PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

Sondages: faut-il tester Le Pen et Bayrou au second tour?

Jean-Marie Pottier, mis à jour le 25.01.2012 à 21 h 33

C’EST L'EXPRESSION A LA MODE DE LA PRÉSIDENTIELLE: le «match à quatre» entre François Hollande, Nicolas Sarkozy, Marine Le Pen et François Bayrou. Les deux premiers ont été constamment donnés au second tour par les sondages depuis la primaire socialiste, mais les sondeurs pourraient prochainement tester d’autres hypothèses comme Hollande-Le Pen voire Hollande-Bayrou.

L’institut LH2, chez qui l’écart entre Sarkozy et Le Pen est passé de 12,5 à 6,5 points entre les deux dernières enquêtes, n’exclut ainsi pas, pour son prochain baromètre du début février, de tester un second tour Hollande-Le Pen et de le publier si les résultats du premier tour sont serrés. OpinionWay affirme de son côté envisager «sérieusement» la publication de seconds tours alternatifs, et tester déjà d’ailleurs sans les publier toutes les hypothèses sauf Le Pen/Bayrou.

Un sondage de second tour mettant en scène Le Pen ne serait pas une nouveauté. «On a testé des hypothèses de second tour avec elle quand elle était très haute au premier tour en 2011», explique Adélaïde Zulfikarpasic, directrice du département opinion de LH2, qui rappelle néanmoins l’existence de «règles définies par la commission des sondages».

Celle-ci n’interdit pas la publication de plusieurs seconds tours alternatifs, mais il faut normalement pour cela que «compte tenu des marges d’incertitude» sur les scores, «l’identité des candidats qualifiés pour le second tour soit incertaine». Une proposition de loi bipartisane visant à inscrire cette règle dans le droit a été votée en février dernier au Sénat, mais enterrée à l'Assemblée.

Les seconds tours de l'hiver 2007

Quelle est cette marge d’incertitude? Environ 2,5 points de plus ou de moins sur 1.000 sondés, soit cinq points d’écart entre deux candidats, les derniers sondages publiés par les six instituts en donnant quatre à huit entre Sarkozy et Le Pen. De quoi accréditer la possibilité d’un «21 avril à l’envers»: «On peut contester l’idée que l’on va vers Hollande et Sarkozy quoi qu’il arrive. En 2002, on avait reproché aux sondeurs de ne pas avoir prévu autre chose que Chirac/Jospin», rappelle Bruno Jeanbart, directeur des études politiques d’Opinion Way.

Le cas Bayrou est plus compliqué: il est actuellement donné neuf à treize points derrière Sarkozy. Cela n’avait pas empêché des instituts, à l’hiver 2007, de le tester au second tour alors même que son retard sur Ségolène Royal était bien au-delà de la marge d’erreur: le 9 février 2007, BVA le donnait ainsi vainqueur face à Royal et perdant de justesse contre Sarkozy alors qu’il accusait douze et vingt points de retard sur eux au premier tour. Puis vainqueur des deux dix jours plus tard avec encore onze et dix-huit points de retard au premier tour…

Les défenseurs de cette pratique estiment qu’elle permet aux électeurs de faire leur choix parmi les candidats dont ils sont proches idéologiquement en connaissant leur potentiel au second tour; ses détracteurs estiment qu’elle manipule la réalité en créant une dynamique artificielle en faveur d’un candidat qui ne dispose pas d’une base suffisante au premier tour.

Un débat qui risque de ressurgir si un média tente prochainement un «coup» avec un sondage donnant Bayrou largement distancé par Sarkozy au premier tour, mais mieux placé que lui face à Hollande… «Je pense que c’est la prochaine polémique à venir sur les sondages», prédit Bruno Jeanbart.

Jean-Marie Pottier

Photo: Thermometer. zoonabar via Flickr CC License by.

Jean-Marie Pottier
Jean-Marie Pottier (944 articles)
Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte