PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

Hollande «fend l'armure», Libé défend son sondage... La revue de web du matin

Slate.fr, mis à jour le 23.01.2012 à 11 h 31

1.

«Fendre l'armure», qu'est-ce que ça veut dire?

Rue89 s’intéresse à l’expression la plus utilisée par les journalistes politiques ce week-end: François Hollande a voulu «fendre l’armure» avec son discours du Bourget. Une expression popularisée par Lionel Jospin lors de sa première campagne présidentielle en 1995 et qui est devenue un véritable cliché, utilisé aussi bien pour parler d’Alain Juppé que de Martine Aubry ou de Claude Guéant.

2. Les mesures surprises de Hollande

Le Parisien revient sur les «mesures-surprises» annoncées par François Hollande lors de son meeting du Bourget, alors que les observateurs s’attendaient à un discours «de posture» en attendant le dévoilement du programme plus tard dans la semaine. Pêle-mêle, le candidat a annoncé vouloir revenir sur les rythmes scolaires, sanctionner les villes en manque d’habitat social, créer des zones de sécurité prioritaire, supprimer les stock-options ou encore inscrire la loi de 1905 sur la séparation de l’église et de l’Etat dans la Constitution.

3. L'accalmie de la crise mauvaise pour Sarkozy?

Pour Arnaud Leparmentier, journaliste du Monde qui tient le blog l’Elysée côté jardin, il y a au moins une personne en France qui ne voit pas d’un bon œil la récente accalmie de la crise de la dette: le président de la République. Pour Leparmentier, Nicolas Sarkozy est «en passe de voir s’envoler» son dernier argument, «celui du président qui protège dans la tempête».

4. Zebda entre en campagne

Le JDD publie une interview du groupe toulousain Zebda, dont le nouvel album Second Tour vient de sortir. Un album au timing qui n’est pas «anodin» et dans lequel les Toulousains s’opposent notamment aux débats de l’UMP sur la laïcité et l’identité nationale. Militants de gauche, ils espèrent ne pas être «trahis» par la gauche une fois de plus: «Ce n’est pas la gauche qui a nommé trois ministres héritiers de l’immigration postcoloniale.»

5. «Libé» défend son sondage  sur le vote lepéniste

Le directeur de Libération Nicolas Demorand et le directeur associé de l’institut Viavoice reviennent dans un édito sur la une du journal du lundi 9 janvier: «30 % n’exclueraient [sic] pas de voter Le Pen». D’'abord pour s’excuser de l’erreur de conjugaison du verbe exclure à la troisième personne du pluriel du conditionnel présent, qui s’écrit «excluraient». Mais surtout pour défendre la méthode du sondage et le titre choisi, objets de critiques la semaine passée car les 30% regroupaient des personnes ayant répondu «oui» et «non, probablement pas» à la question «Si le premier tour de l'élection présidentielle avait lieu dimanche prochain, pourriez-vous voter pour Marine Le PenL’édito précise que le chiffre signifie «que le niveau "d’appétence maximale", stade ultime des sphères d’audience potentielles du lepénisme, se situe à 30 %».

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte