Égalités / Société

Peut-on être féministe et apprendre la vie à son mec?

Temps de lecture : 7 min

Pour obtenir une répartition conjugale plus égalitaire, des femmes peuvent avoir envie de montrer la voie à leur partenaire. Au risque de tomber dans l'infantilisation et d'assumer un rôle à rebours de leurs convictions féministes.

«La question de la nécessité d'éduquer son conjoint est un engagement en partie antiféministe», estime la sociologue Chiara Piazzesi. | Andy Fitzsimon via Unsplash
«La question de la nécessité d'éduquer son conjoint est un engagement en partie antiféministe», estime la sociologue Chiara Piazzesi. | Andy Fitzsimon via Unsplash

«J'étais cheffe de projet pour la charge mentale; pour mon copain, ce n'était pas inné et du coup, c'est clair et net, j'ai vraiment participé à son éducation, dépeint Alice*, 23 ans, professeure des écoles, après deux ans de vie commune. En tant qu'instit, j'estime que j'ai un devoir d'éducation et que, s'il y a un dysfonctionnement, c'est qu'il y a peut-être des choses qui sont encore opaques et qui doivent être explicitées. Donc j'ai essayé de rendre ça plus clair pour lui.» Au menu du rattrapage scolaro-bénévolo-conjugal entrepris par la jeune féministe: l'élaboration de listes de tâches ménagères avec son copain et aussi en sa compagnie. «Je voulais que ce soit lui qui élabore la liste de la charge mentale, penser à acheter des éponges ou des trucs comme ça, parce que c'était important pour moi qu'il fasse ce cheminement et qu'il s'en souviendrait mieux si c'était lui qui avait énoncé tout ça.»

Elsa*, universitaire de 38 ans, s'est elle aussi retrouvée à réaliser un document pour son conjoint au sujet de ses déplacements professionnels «avec des règles comme “prévenir au moins quinze jours avant”». En cause: de multiples annulations de réunions calées tôt le matin parce qu'il ne l'avait pas prévenue suffisamment à l'avance de son absence et qu'il lui avait bien fallu que quelqu'un –elle en l'occurrence– se dévoue pour conduire les enfants à la crèche et l'école; aussi une fête d'anniversaire «désurprisée» contrainte et forcée parce qu'«il avait oublié de [lui] dire qu'il était en déplacement».

L'objectif de ces «to-do lists» et règlements intérieurs: ne pas porter tout le foyer sur ses seules épaules et que leurs conjoints soient, à terme, en capacité de partager l'exécution des tâches domestiques de manière équitable et spontanée ainsi que toute l'organisation invisible en amont, la fameuse charge mentale. Le problème, c'est que ce rôle d'éducatrice à domicile, assumé plus ou moins volontairement, va à rebours des idéaux féministes et semble même par endroits contre-productif dans le sens où il revient à s'autoproclamer référence du foyer et à assumer une tâche supplémentaire: celle d'être à l'initiative de la prise de conscience et du changement de comportement de son conjoint.

«Si on veut vraiment être féministe, on ne peut pas être en couple avec un homme: soit on accepte de faire plus pour avoir la paix dans le couple, soit on se retrouve derrière lui à minuter», synthétise à regret Elsa. Pour Chiara Piazzesi, professeure à l'Université du Québec à Montréal (Uqam) et membre du Réseau québécois en études féministes (RéQEF), cette apparente impasse dans laquelle se retrouvent les féministes en couple hétérosexuel est le signe qu'«on ne peut pas avoir des solutions noires ou blanches» à ce clash conjugal des socialisations.

«Obligée de demander»

Si les mentalités évoluent et que 71% des hommes considèrent que participer aux tâches domestiques fait partie de leur rôle, révélait en 2018 un sondage Ipsos, ce n'est pas pour autant qu'ils ont conscience de l'ensemble du chemin féministe à parcourir (parfois laborieusement) pour parvenir à l'égalité. «Il va me dire que, oui, il comptait bien préparer à manger ce soir sans que je lui dise, mais il va commencer trop tard, ce qui va nous faire manger trop tard. Il n'a pas du tout ce rapport urgent et minuté aux tâches ménagères car il ne les a pas toutes à l'esprit donc j'imagine qu'il se dit qu'il a le temps», développe Alice.

«Il y a une chose qui n'est pas équilibrée [dans mon couple], c'est le rangement. J'ai l'impression qu'à moins d'être un homme maniaque c'est quelque chose de complètement flou pour la gent masculine. Si je ne range pas, il ne se passe rien et je suis obligée de demander alors que je n'aime pas ça», se hérisse Clémence*, 31 ans, doreuse et encadreuse d'art. «Quand vous avez des privilèges, vous pouvez n'en avoir aucune idée. Les hommes que j'ai interrogés ne réalisaient pas tout le travail effectué par les femmes», appuie Jenny van Hooff, sociologue à l'Université métropolitaine de Manchester (MMU). Les y conscientiser paraît donc nécessaire.

Autorité maritale infantilisante

Nombreuses sont celles pourtant qui se refusent d'assumer cette fonction, qui leur semble éminemment antiféministe, de gouvernante du foyer, à l'instar de Clémence: «Je ne voulais pas rentrer dans ce jeu, je ne suis pas sa mère. J'ai besoin d'avoir un partenaire sur qui compter et pas à qui je dois apprendre la vie.» Idem pour Thalie*, coordinatrice RH de 33 ans: «Je ne peux pas aimer quelqu'un que je ne considère pas comme un égal et à qui je considère qu'il faut que j'enseigne des choses sur des aspects comme le ménage.» Mélanie, 32 ans, éducatrice Montessori, a préféré pour cette raison mettre un terme à sa relation. «J'attendais qu'il soit capable de maintenir un foyer commun. Je voulais un mec capable de se gérer, un adulte fonctionnel, insiste-t-elle en parlant de son ex. Et j'ai préféré être seule plutôt que de devoir prendre en charge l'éducation d'un adulte. Je considérais que ce n'était pas mon rôle.»

«Je ne lui ai pas encore dit “c'est pas l'hôtel ici” mais il y a des fois où je le pense»
Elsa

C'est vrai, donner des consignes à son conjoint peut procurer la sensation de devenir sa mère de substitution (pas dans le sens où l'on considère que c'est elle seule qui avait la responsabilité de l'éduquer mais parce que l'on vient se métamorphoser, en tant que femme, en la tutrice de son compagnon en stimulant méthodiquement et sans relâche son apprentissage comme sa prise d'initiatives). «C'est compliqué de ne pas se transformer en la maman de son conjoint, narre Elsa. Notre aîné a 5 ans, on a une affiche pour lui avec les règles de la maison. Je fais la même chose que pour un gamin de 5 ans. C'est complètement fou! Je ne lui ai pas encore dit la phrase traumatique de tous les parents “c'est pas l'hôtel ici” mais il y a des fois où je la pense. Ça rend la relation infantilisante, c'est désagréable.» D'un côté comme de l'autre. «Il ne m'a jamais dit “t'es pas ma mère” –heureusement– mais il a peut-être un peu marmonné quelque chose qui avait le même sens!» pointe Alice.

Quotidien désaccordé

Insister pour que le partage des tâches soit égalitaire, pour que son compagnon soit attentif à des besognes auxquelles il n'a pas été accoutumé (qu'il s'agisse de les réaliser ou d'y penser), c'est non seulement avoir la sensation de l'infantiliser mais c'est aussi risquer de se transformer en mégère de la maisonnée, en le surveillant et lui rentrant dans le lard au moindre écart… «Ça débouche à minima sur des tensions ou des engueulades», détaille Amélie*, journaliste de 38 ans, qui pour cette raison se «réfrène vachement» à dicter à son conjoint la «bonne» manière de faire quand il commence par exemple à couper les concombres avant de faire chauffer l'eau des pâtes. Rien à voir avec la vie de couple rêvée.

Pour autant, «on ne peut pas non plus en conclure que la meilleure solution pour tout le monde est de se séparer ou de divorcer, tempère la chercheuse montréalaise en sociologie de l'intimité amoureuse et des émotions. Il faut avoir de la bienveillance à l'égard des personnes qui décident de passer par des compromis» (et qui peuvent avoir l'impression taraudante d'être de «mauvaises féministes», si l'on reprend la judicieuse formule de Roxane Gay). Alice nous confie que la répartition inégale des tâches domestiques et de la charge mentale «pourrait être un motif de rupture» et que cela joue sur son amour ainsi que son désir pour son copain. Sa décision actuelle: compléter son éducation plutôt que d'attendre qu'il change miraculeusement de comportement. «J'ai essayé de ne pas dire les choses, je me suis dit “allez, il va y penser, j'vais pas l'dire”. Mais plus les minutes passaient, plus j'avais un froid dans mon cœur, parce qu'il ne le faisait pas. Si je veux continuer à être avec lui, je n'ai pas le choix en fait, parce que je ne pourrais pas accepter que ça reste en l'état.» Pas question de renoncer à ses idéaux. There is no alternative. Elle n'a donc «vraiment pas lâché» et applique ses convictions féministes en émettant des directives éducatives «maternelles».

Recherche équilibriste du bonheur

Selon elle, pour le moment, «l'apprentissage n'est pas suffisamment ancré pour être réinvesti et transposé de manière autonome mais il y a eu des progrès». Les principaux: son copain «ne se braque plus du tout» quand elle lui demande de faire sa part et il pense aussi à faire des courses spontanément. «Croyant dans l'éducabilité, je me dis que ça s'améliorera, esquisse la jeune professeure des écoles. Ça ne sera peut-être pas parfait mais il faut continuer à y croire quand même, donc je continuerai à travailler là-dessus.» Signe que, pour certains couples hétérosexuels, la solution pour parvenir à l'équilibre et lutter contre la persistance des inégalités au sein du foyer passe par ces cours (qu'on espère temporaires) à domicile.

«La question de la nécessité d'éduquer son conjoint est un engagement en partie antiféministe car on assume en plus ce travail de resocialiser son conjoint, appuie la sociologue féministe de l'Uqam. Mais chacun négocie et bricole ses compromis en se donnant des justifications contingentes pour essayer de survivre dans un présent qui n'est pas satisfaisant en vue d'un futur qui sera meilleur. Étant donné la socialisation plutôt sourde au féminisme que les hommes aujourd'hui ont reçue, devenir une deuxième mère est souvent le compromis qu'on trouve pour ne pas trahir complètement ses engagements féministes tout en étant à la recherche du bonheur.» Jusqu'à temps qu'ils obtiennent leur certificat de socialisation féministe.

* Ce prénom a été changé

Newsletters

Trois semaines de violences conjugales en France

Trois semaines de violences conjugales en France

Tous les jours, partout sur le territoire, des femmes sont menacées, battues et tuées. C'est pour elles que nous marcherons demain samedi 23 novembre contre les violences sexistes et sexuelles.

Le monde n'est pas habitué aux voyageuses noires

Le monde n'est pas habitué aux voyageuses noires

Cette dernière décennie a démocratisé la manière de voyager, notamment pour les femmes. Pourtant, les Noires sont encore sur le carreau, malgré une meilleure représentation.

Enceinte et malade, j'ai été traitée comme une hystérique

Enceinte et malade, j'ai été traitée comme une hystérique

L'hyperémèse gravidique, cette maladie qui provoque des vomissements incoercibles pendant la grossesse, peut se soigner. Mais pour ça, il faudrait écouter les femmes qui en souffrent.

Newsletters