Égalités / Société

C'est trop facile de dire que les femmes sont coupables d'en faire trop

Temps de lecture : 11 min

L'égal partage des tâches domestiques est difficile à atteindre, y compris quand on est féministe. Et ça n'a rien à voir avec une guerre de territoire ni une exigence naturellement féminine.

Pour ne pas devenir l'unique gestionnaire des vêtements et machines, Elsa a décidé de laver uniquement son linge à elle. | Dan Gold via Unsplash
Pour ne pas devenir l'unique gestionnaire des vêtements et machines, Elsa a décidé de laver uniquement son linge à elle. | Dan Gold via Unsplash

En 2018, Elsa*, enseignante-chercheuse féministe de 38 ans à qui la répartition inégale des tâches domestiques «pèse pas mal», devait passer deux jours à Paris pour le travail et a prolongé volontairement son séjour. «C'était ma semaine de vengeance.» L'objectif visé: que son conjoint réalise ce que c'était, concrètement, de s'occuper de leurs deux enfants au quotidien, de vérifier que le grand n'avait pas oublié un vêtement à l'école, de préparer le petit-déjeuner la veille pour ne pas prendre du retard le matin...

«Mais, même quand je pars, je culpabilise. Je suis allée acheter les petits pots et les couches en avance. Je ne veux pas que ça ait un impact sur les enfants. Je m'assure que tout soit calé pour eux car je n'ai pas envie que mon enfant aille mal parce que son père n'est pas allé acheter les bons petits pots. Je me sentirais mal sinon. Peut-être que je me stresse trop...» ponctue l'universitaire.

«Ce n'est pas un problème conjugal, c'est une question sociale.»
Jenny van Hooff, sociologue

Un (vilain) défaut partagé. La gent féminine a davantage tendance à «laisser faire le conjoint mais en veillant au grain», dévoilait un sondage Ipsos de 2018. Il serait plus difficile aux femmes qu'à leur partenaire de «déléguer aveuglément»: «25% des répondants délèguent (tout en surveillant) le tri du linge et le lancement d'une lessive (38% chez les femmes); 24% pour faire les courses (33% chez les femmes); 22% pour étendre ou sécher le linge (33% chez les femmes); 21% pour repasser (33% chez les femmes); 17% pour s'occuper des enfants (21% chez les femmes).»

Et voilà, les coupables de la persistance des inégalités domestiques sont tout trouvées! Ce seraient, évidemment, les femmes, tout bonnement incapables de lâcher prise et de laisser les hommes se faire une place, accrochées qu'elles sont à leur rôle de gestionnaire en cheffe comme une moule à son rocher.

«Ce n'est pas juste, qu'elle ait à ranger mon bordel, donc je m'en veux et j'essaye de faire des trucs, mais alors, souvent, elle va prendre le relais, parce que je ne fais pas ça comme il faut», raconte Alex à Jenny van Hooff, sociologue à l'Université métropolitaine de Manchester (MMU). Sauf qu'il ne s'agit guère d'une volonté de garder la mainmise (notamment en raison du soi-disant instinct maternel) ou d'une posture sacrificielle et victimaire. Les origines du maintien de cette inégale répartition des tâches au sein des foyers hétéros sont bien plus complexes et les responsabilités plus partagées. «Ce n'est pas un problème conjugal, c'est une question sociale», accuse la chercheuse.

Insatisfaction domestique

Les femmes ont déjà lâché du lest: elles en font bien moins à domicile que les générations précédentes, pointe l'Insee, en raison d'«un relâchement des exi­gences en matière d'entretien domestique et [d']une externalisation croissante des tâches». Elles en font néanmoins toujours beaucoup plus que leur partenaire de sexe masculin. En 2010, elles consacraient en moyenne chaque jour une heure et quarante-huit minutes de plus que les hommes aux activités domestiques.

À qui la faute? Selon le sondage Ipsos, quatre Français·es sur dix «pensent [...] que si les femmes s'impliquent davantage dans la répartition des tâches c'est aussi en partie de leur fait car elles y trouveraient une satisfaction personnelle» –comme si les femmes rechignaient en surface mais, au fond, y trouvaient du plaisir (un raisonnement qui est loin de s'appliquer à la seule sphère domestique).

Cette perception un peu béate du surinvestissement domestique féminin provient en grande partie d'une représentation masculine: 68% des hommes trouvent que participer aux tâches du foyer leur confère une image positive d'eux-mêmes (probablement parce que c'est ce que la société renvoie aux «nouveaux pères» et qu'ils assument des tâches moins rébarbatives qui attirent davantage de louanges: concocter un bon petit plat a par exemple plus de chances d'être complimenté que d'avoir passé l'aspirateur ou nettoyé les toilettes).

De l'autre côté du spectre, seulement 55% des femmes font le même constat (aussi parce qu'elles en assument plus et que, malgré leur épuisement, ça n'est jamais assez au regard des normes de la société). Et, comme nous le racontions dans le premier épisode, les frustrations provoquées par cette surcharge de travail domestique sont légion.

Pragmatisme complice

La satisfaction n'est pas le seul élément cité à tort pour rejeter de manière simpliste la responsabilité de l'inégal partage du travail domestique sur les femmes. «Certains hommes prétexteront le manque de temps (39%), le défaut de compétence (32%) ou l'absence d'utilité (33%)» pour expliquer qu'ils ne réalisent pas certaines tâches. En outre, pour 43% des sondé·es, «en général, les hommes ont moins de dispositions naturelles que les femmes pour les tâches ménagères»! Ce qui laisse entendre que la mainmise féminine sur les tâches domestiques tiendrait à une plus grande disponibilité de ces dames mais aussi à des dispositions soi-disant innées.

«Ma compagne Ali fait à peu près tout. Ce n'est pas juste, vraiment. Je devrais en faire plus.»
Ben, interrogé par la sociologue Jenny van Hooff

Quand on ne parle pas de compétence ou d'appétence, revient (très) souvent sur le tapis l'exigence de la gent féminine, indique la sociologue Jenny van Hooff. «Sara fait quasi tout, je dois l'admettre, mais pas parce que je pense qu'elle doit le faire parce qu'elle est une femme. C'est juste qu'elle a des normes de propreté plus élevées», lui confie ainsi Steven en riant. «Je n'attendrais jamais que Teresa s'en charge parce que c'est une femme. Je pense que c'est plus une question de personnalité, elle est obsédée par le ménage et moi le bazar ne me dérange pas autant», se livre aussi Alex. Pareil pour Paul: «Elle est juste une personne plus ordonnée que moi.»

Il est possible que, dans certains cas, il s'agisse de goûts individuels qui n'ont que peu à voir avec le genre de la personne. Mais, relève la sociologue britannique, ces arguments rattachant l'inégalité à des caractéristiques individuelles sont souvent convoqués par les couples pour ne pas admettre explicitement qu'ils ne parviennent pas à mettre à exécution leurs propres convictions égalitaristes. C'est une manière de se disculper. À grand renfort de motifs pragmatiques, ils énoncent pourquoi l'égalité est inatteignable, alors même qu'elle faisait partie de leurs objectifs et qu'ils concèdent que la répartition actuelle est fondamentalement injuste. «Ma compagne Ali fait à peu près tout. On se dispute pas mal à ce sujet. Ce n'est pas juste, vraiment. Je devrais en faire plus», confessait ainsi Ben à Jenny van Hooff.

Féministe et ménagère

Dans le même article, la sociologue pointait que, «puisque ces stratégies dépolitisent la question de la répartition des tâches domestiques, elles se rendent complices du maintien des privilèges masculins». Affirmer que c'est une question d'emploi du temps, d'horaires à rallonge, de responsabilités masculines comme d'efficacité et d'inclinations féminines, c'est, en fin de compte, taire les véritables origines des inégalités domestiques.

N'est-ce pas parce qu'elles ont consacré du temps à leurs enfants et aux tâches domestiques qu'elles se retrouvent à des postes plus précaires et/ou subalternes aux horaires moins étendus et moins bien rémunérés et donc à prioriser leur foyer, en un cercle sans fin? Et quid de la socialisation genrée? Est-ce seulement parce que les femmes y font montre de plus de compétences qu'elles effectuent plus de tâches ménagères et domestiques? N'est-ce pas aussi parce qu'on les a éduquées à ces tâches qu'elles ont acquis, à la longue, de plus grandes aptitudes?

«J'avais l'impression d'être hyper armée. En fait, je ne m'en sors pas mieux.»
Elsa, enseignante-chercheuse, 38 ans

«C'est grandement une question de socialisation et d'habitudes à répondre aux demandes de l'environnement dans lequel on se trouve. La réaction typique d'une femme quand elle voit quelque chose qui doit être fait, c'est de vouloir le faire immédiatement, pointe Chiara Piazzesi, professeure de sociologie à l'Université du Québec à Montréal (Uqam). C'est vraiment la façon dont les femmes sont éduquées, à répondre immédiatement aux demandes.» Dites bonjour à la charge mentale. «J'ai un mec très féministe qui prend largement sa part, mais je me sens toujours plus responsable de la marche de notre foyer que lui. En soi, il n'a aucun problème à s'occuper des choses mais, sur les trucs de l'organisation, de la logistique du foyer, j'ai l'impression d'être conditionnée à ça, d'avoir le cerveau fait pour prévoir, anticiper et faire plusieurs trucs à la fois», dépeint Amélie*, journaliste de 38 ans.

C'est pour ça que le féminisme ne suffit pas pour faire apparaître comme par enchantement une répartition des tâches pleinement égalitaire au sein des couples. Si l'on se réfère au sondage Ipsos de 2018, les femmes considèrent à 60% que ce n'est pas leur rôle de s'occuper des tâches domestiques, qu'elles soient ménagères ou familiales. «Je suis féministe, on est un couple de trentenaires sympas; en fait, on est en train de reproduire un vieux modèle traditionnel où je suis une ménagère», dénonçait dans une vidéo de L'Obs la journaliste Titiou Lecoq, autrice notamment de l'ouvrage Libérées. Le combat féministe se gagne devant le panier de linge sale.

Cette dissonance, Elsa la vit au quotidien. «C'est un sujet sur lequel j'ai été sensibilisée de manière théorique avant même d'y être confrontée: j'ai lu Jean-Claude Kaufmann sur le partage du linge, j'avais 18 ans. Je travaille aussi dessus... Ma mère m'a toujours appris à passer d'abord, j'ai fait de bonnes études et le métier qui me plaisait. J'avais l'impression d'être hyper armée. En fait, je ne m'en sors pas mieux. Le jour où les enfants te tombent dessus, tu te dis que, non, toi, ce sera pas pareil, mais c'est hyper violent, ça nous remet dans des rôles.»

Compromis conjugaux

En outre, même lorsque les femmes ont des engagements féministes, ce n'est évidemment pas à l'aune de ce seul critère que leur couple et leur vie de famille s'organisent. «Le seul enjeu du couple n'est pas celui de l'égalité mais d'être ensemble, d'avoir un quotidien ensemble, dans lequel on ne veut pas toujours “se faire chier” pour le dire vulgairement, où il faut aussi se faire plaisir. C'est un déchirement à la fois émotionnel et politique. Il faut savoir quelles sont les priorités», détaille Chiara Piazzesi, également membre du Réseau québécois en études féministes (RéQEF). «À la fin de l'année scolaire, j'étais épuisée et je lui en voulais, campe Elsa. J'étais constamment en train de souligner des choses qui n'allaient pas. Il m'a dit “j'en peux plus, t'es sans arrêt sur mon dos”.»

Or, comme le relève la sociologue de l'Uqam, se faire accélératrice de disputes conjugales en pointant à son partenaire le ras-le-bol suscité par le surcroît de tâches qui pèse sur les épaules des femmes revient en partie à aller à rebours de ce qui est attendu d'elles traditionnellement: «Il existe un certain héritage qui concerne l'identité de genre et la place de la femme dans la famille; depuis que l'idéal romantique du couple a pris l'avant-scène, c'est la femme qui prend en charge cette harmonie conjugale. Être celle qui amène le conflit, qui n'est pas productrice et protectrice de l'harmonie et engendre des désaccords n'est pas du tout un rôle facile à assumer.»

«Que voulons-nous au juste, la quiétude des ménages ou l'égalité?»
Jean-Claude Kaufmann

C'est aussi ce que discernait Titiou Lecoq. «Quand on est dans une histoire d'amour, les principes, très vite, on les oublie, on fait: “Oh, c'est pas grave, je l'aime!” L'amour de son conjoint et l'amour des enfants, c'est vraiment des prétextes pour déroger à l'égalité. Et ça, c'est terrible», racontait-elle à L'Obs.

On peut comprendre que des femmes, quand bien même elles seraient féministes, plutôt que d'entamer un bras de fer permanent avec leur conjoint, les baissent, sans pour autant les garder croisés puisqu'elles assument alors d'en faire plus. «John est tellement nul pour ça, vous voyez, il va programmer le mauvais cycle ou un truc du style, donc je m'en charge parce que ça va plus vite», explique Carrie à Jenny van Hooff, la sociologue britannique. Les couples «préfèrent s'accommoder de l'inégalité raisonnable qu'ils ont mise au point tant cela leur paraît compliqué de révolutionner leur quotidien, dissèque Jean-Claude Kaufmann pour Ipsos. [...] Que voulons-nous au juste, la quiétude des ménages ou l'égalité?»

Toujours fautive

Pas facile, qui plus est, d'en faire moins en pratique. Surtout quand les enfants sont dans la balance. Quand Elsa a emménagé avec son compagnon, elle s'est vite rendu compte qu'il n'allait pas prendre l'initiative de faire les lessives. Pour ne pas devenir l'unique gestionnaire des vêtements et machines, elle a décidé de laver uniquement son linge à elle; que lui s'occupe du sien quand il le souhaite.

Maintenant qu'ils ont deux enfants, cette stratégie initiale s'est retournée contre elle: «Il continue à ne faire que ses lessives avec ses habits et moi je fais les lessives pour trois, dont deux ont des habits très sales –le plus petit a 1 an. Avant, au pire, si je n'avais pas fait mes lessives, c'était moi qui pâtissais de mes décisions. Si on n'avait pas fait les courses, on se débrouillait, on commandait. Pour les enfants, on ne peut pas fonctionner comme ça, ça oblige à avoir beaucoup d'anticipation.» Tâche prévisionnelle qui lui revient quasi exclusivement.

«Nous avons intériorisé les injonctions sociales, au point de devenir notre propre bourreau.»
Béatrice Kammerer dans L'éducation vraiment positive

Dès lors que les femmes en font moins, comme ça aura forcément des répercussions, on leur tombe dessus (tout en les critiquant sur le fait qu'elles en font trop et qu'il suffirait de lâcher prise...). Une étude publiée en mai 2019 dans la revue Sociological Methods & Research montrait ainsi que le regard porté sur le caractère plus ou moins ordonné d'une pièce variait suivant le sexe de son occupant. On attend davantage des femmes qu'elles aient un intérieur propret. «Tout le monde connaît les stéréotypes et les attentes existantes, donc même lorsqu'on ne les partage pas personnellement, cela influence le comportement», expliquait la sociologue à l'Université de Californie à Santa Barbara Sarah Thébaud au New York Times.

Culpabilisation, intériorisation

Et l'on s'étonne après que les femmes, quand bien même elles seraient féministes, aient du mal à lâcher prise et déléguer les tâches, ménagères comme familiales, à leur compagnon. Difficile de ne se sentir responsable si c'est ce à quoi on a été élevée, si cela nous semble, au bout du compte, naturel et si l'on se sait jugée sur le résultat. «Il y a cette culpabilité qui flotte un peu chez les femmes, chez les mères, de vouloir tout préparer, tout faire, d'avoir du mal à se reposer quand l'autre fait quelque chose», note Thalie*, coordinatrice RH de 33 ans.

Ce comportement, Chiara Piazzesi l'a observé dans le cadre de ses recherches: «Les répondantes me disaient à quel point il peut être difficile de se donner du temps pour elles, où elles n'étaient pas utiles pour la famille et me faisaient part du temps que ça leur avait pris pour se donner le droit de demander du temps pour soi.» En cause, «l'imaginaire lié à l'image de la bonne mère, toujours là pour satisfaire les besoins, écouter... À quel point une femme a alors le droit de demander de l'espace pour elle-même?»

Comme le rappelle dans son ouvrage L'éducation vraiment positive (paru en septembre 2019) la journaliste Béatrice Kammerer, «il est utile [...] de s'interroger sur la façon dont nous avons intériorisé les injonctions sociales, au point de devenir notre propre bourreau et de nous obliger nous-même à prendre part à la course à la mère parfaite». S'il est question de lâcher prise, cela ne relève pas tant de l'exécution des tâches que des réflexes acquis par le biais de l'éducation. «Ce travail émotionnel est très difficile à combattre parce que ça ne se voit pas, ponctue Jenny van Hooff, mais c'est à la base des inégalités entre les sexes.»

* Le prénom a été changé.

Newsletters

Trois semaines de violences conjugales en France

Trois semaines de violences conjugales en France

Tous les jours, partout sur le territoire, des femmes sont menacées, battues et tuées. C'est pour elles que nous marcherons demain samedi 23 novembre contre les violences sexistes et sexuelles.

Le monde n'est pas habitué aux voyageuses noires

Le monde n'est pas habitué aux voyageuses noires

Cette dernière décennie a démocratisé la manière de voyager, notamment pour les femmes. Pourtant, les Noires sont encore sur le carreau, malgré une meilleure représentation.

Enceinte et malade, j'ai été traitée comme une hystérique

Enceinte et malade, j'ai été traitée comme une hystérique

L'hyperémèse gravidique, cette maladie qui provoque des vomissements incoercibles pendant la grossesse, peut se soigner. Mais pour ça, il faudrait écouter les femmes qui en souffrent.

Newsletters