EconomieEconomie

Le taux d'emploi des Français de 25 à 54 ans est supérieur à celui des Américains

Camille Jourdan, mis à jour le 27.05.2014 à 12 h 01

Travailleurs /  Kompania Piwowars ka via Flickr CC License By

Travailleurs /  Kompania Piwowars ka via Flickr CC License By

Les Français ont une réputation de fainéants, c’est bien connu. Pourtant, une récente étude du prix Nobel d’économie Paul Krugman publiée sur son blog du New York Times montre que ce n’est peut-être pas si vrai.

Paul Krugman s’est attardé sur le taux d’emploi en France et aux Etats-Unis des personnes «dans la fleur de l’âge», c’est-à-dire en âge de travailler. Ses résultats sont probants: depuis le début des années 2000, les Français de 25 à 54 ans sont plus nombreux à avoir un travail que les Américains du même âge.

Aujourd’hui, quand près de 81% des adultes ont un job en France, ils sont 76% aux Etats-Unis. Paradoxal puisque le taux de chômage aux Etats-Unis (6,3%) est plus faible qu’en France (10,2%).

Slate.com fait la même comparaison avec la Suède, où les gens travaillent 36,5 heures par semaine en moyenne, le Canada, et le Royaume Uni. Dans tous ces pays, le taux d’emploi est supérieur à celui des Etats-Unis.

Paul Krugman précise que les pays européens, et la France en particulier, partent en retraite plus tôt, et entrent sur le marché du travail plus tard. On peut ajouter que les Français ont des semaines de 38,5 heures en moyenne, et que sur un an, ils travaillent environ 1.482 heures selon l’OCDE, soit bien moins que les 1.790 heures des Américains. Ce qui a pu justifier de dire que la France est «le pays où l’on travaille le moins.»

«Est-ce une mauvaise chose?» demande Paul Krugman dans Economic Times, après avoir mis en avant le plus fort taux d’emploi en France qu’aux Etats-Unis. Ajoutant:

«Quand il s’agit de la question majeure de fournir du travail aux personnes qui doivent vraiment travailler, sur ce point-là, la vieille Europe nous bat à plates coutures, malgré des prestations sociales et des régulations qui, selon les idéologues de l’économie de marché, devraient détruire énormément d’emplois.»

Slate.com a le même raisonnement: Jordan Weissmann appelle implicitement à remettre en cause les critiques des Etats providences d’Europe:

«Aux Etats-Unis, on a tendance à réfléchir en pensant qu’un Etat providence généreux n’incite absolument pas les gens à travailler. […] Mais là, on peut se demander: pourquoi avons-nous l’air plus fainéant que les Français sur ces graphiques?»

Camille Jourdan
Camille Jourdan (139 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte