Tech & internet / Économie

Pourquoi Facebook et les autres multiplient-ils les applications?

Temps de lecture : 2 min

Un téléphone / William Hook via Flickr CC License By
Un téléphone / William Hook via Flickr CC License By

«Veuillez installer Messenger». Voilà le message que des centaines d’utilisateurs ont vu s’afficher sur leur mobile ces derniers jours, alors qu’ils voulaient discuter avec des amis via le service de discussion instantanée de Facebook. Quartz nous explique pourquoi le géant de l’Internet multiplie les applications.

Facebook, LinkedIn, Dropbox... De plus en plus de grands groupes du web multiplient leurs applications sur mobile. Le réseau social aux 1,2 milliard d’utilisateurs n’arrête pas: Instagram pour les photos, Messenger pour les messages, WhatsApp pour communiquer à travers le monde. Récemment, Mark Zuckerberg a même voulu racheter Snapchat, application de photos éphémères.

Pourquoi tant d’efforts pour acquérir toutes ces applications alors que le réseau social propose déjà de multiples fonctions? Dans une interview accordée au New York Times, Zuckerberg résume:

«Je pense que sur mobile, les gens veulent autre chose.»

Or, de plus en plus d’utilisateurs accèdent à Facebook via leur smartphone. Autant leur fournir autre chose, s’ils veulent autre chose. Mais quoi exactement? Efficacité et rapidité semblent deux mots-clés. Un «utilisateur régulier» de Facebook regarde son smartphone 15 fois par jour, rapporte Quartz, quand un «addict» le checke plus de 60 fois. Parfois pour quelques secondes, en route pour le travail.

«Les utilisateurs aiment les applications qui leur donnent accès rapidement à ce qu’ils cherchent, que ce soit leurs messages, ou le nombre de pas qu’ils font chaque jour.»

Or, si l’on transpose le bon vieux Facebook du web vers le mobile, cette efficacité est moindre. L’utilisateur n’a pas un accès direct à ce qu’il cherche. C’est pourquoi les entreprises du Net cherchent sans cesse à s’adapter, avec en tête «les firmes qui sont nées sur le web». Deep Nishar, chef de produit chez LinkedIn, explique:

«Chaque fois qu’une compagnie choisit de prendre le produit utilisé sur ordinateur, et de simplement le rétrécir pour un écran de 2 pouces et demi ou 3 pouces, ce n’est pas une stratégie de long terme.»

Créer, ou acquérir des applications, telles sont leurs «stratégies de long terme». C’est une autre façon pour des grands groupes comme Google ou Facebook de gagner encore un peu plus «d’espace sur l’écran», constate Quartz. Quitte à ce qu’il y en ait de moins en moins pour les autres, plus petits.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

«Ils se remodèlent eux-mêmes avant qu’un autre ait la moindre chance.»

Newsletters

Poutine accentue sa guerre contre Google

Poutine accentue sa guerre contre Google

Le Kremlin reproche aux géants américains de la tech de faire de l'«ingérence électorale».

Aux Jeux olympiques de Pékin, les athlètes peuvent craindre pour leur cybersécurité

Aux Jeux olympiques de Pékin, les athlètes peuvent craindre pour leur cybersécurité

Certains pays, dont les États-Unis, leur recommandent même de ne pas s'y rendre avec leur smartphone personnel.

Orelsan, star de LinkedIn, inspiration des chefs d'entreprise

Orelsan, star de LinkedIn, inspiration des chefs d'entreprise

Fort du succès de son dernier album «Civilisation», le rappeur est devenu l'un des sujets les plus tendance sur LinkedIn, où il est loué pour son génie marketing. Un phénomène curieux, tant le rappeur s'est construit une image aux antipodes du bourreau de travail.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio