EconomieEconomie

Toi aussi, parle du livre de Thomas Piketty sans l'avoir lu

Jean-Marie Pottier, mis à jour le 29.04.2014 à 10 h 23

Détail de la couverture du livre «Capital in the Twenty-First Century» (The Belknap Press).

Détail de la couverture du livre «Capital in the Twenty-First Century» (The Belknap Press).

Les médias américains l'ont adoubé (et du coup, les médias français le redécouvrent): avec la traduction de son livre Le Capital au XXIe siècle, meilleure vente actuelle du site Amazon.com, l'économiste français Thomas Piketty est devenu une star outre-Atlantique.

C'est donc le moment idéal pour briller en société en dissertant sur son livre, même si on ne l'a pas lu: il suffit d'appliquer la recette du journaliste du Washington Post Carlos Lozada, qui a repéré dans les chroniques du livre dix constantes.

Voici donc une critique imaginaire élaborée à partir de ces récurrences, que nous avons signalées en gras:

«Voilà le livre français le plus influent aux Etats-Unis depuis De la démocratie en Amérique d’Alexis de Tocqueville! Certains le disent révolutionnaire, d’autres estiment qu'il s'agit du travail d’un idéologue: Le Capital au XXIe siècle, œuvre d’un sémillant jeune économiste de 42 ans, est en tout cas un tour de force intellectuel, fondé pourtant sur une thèse très simple. Dans ce copieux essai à la fois nourri de références littéraires (Balzac, Jane Austen, Henry James…) et de nombreuses notes de bas de page, Thomas Piketty nous propose une théorie unifiée des inégalités dont on pourra seulement regretter que ses implications pratiques soient utopiques: la taxe mondiale sur la richesse qu’il propose est quasiment inimaginable.»

Merci qui?

Jean-Marie Pottier
Jean-Marie Pottier (944 articles)
Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte