Économie / Économie

Amazon: Jeff Bezos propose jusqu'à 5.000 dollars à ses employés pour démissionner

Temps de lecture : 2 min

Le centre logistique d'Amazon à Graben en Allemagne. REUTERS/Michael Dalder
Le centre logistique d'Amazon à Graben en Allemagne. REUTERS/Michael Dalder

Voici notre passage préféré de la lettre annuelle du PDG d'Amazon Jeff Bezos aux actionnaires. Il décrit comment l'entreprise va payer les travailleurs des entrepôts d'Amazon jusqu'à 5.000 dollars pour qu'ils démissionnent. Le but du programme est de s'assurer qu'Amazon ne garde que les gens qui veulent vraiment, vraiment travailler chez Amazon:

«Le deuxième programme s'appelle "une paie pour démissionner" ["Pay To Quit" en anglais]. Il a été inventé par les gens intelligents de Zappos, et les centres de distribution d'Amazon l'ont réitéré. "Une paie pour démissionner" est assez simple. Une fois par an, nous offrons à nos associés de les payer pour démissionner. La première année où l'offre est faite, c'est contre 2.000 dollars. Ensuite ça monte de 1.000 dollars par an jusqu'à atteindre 5.000 dollars. La manchette de cette offre est "s'il vous plaît, ne saisissez pas cette offre". Nous espérons qu'ils ne saisissent pas l'offre; nous voulons qu'ils restent. Pourquoi faisons-nous cette offre? Le but est d'encourager les gens à réfléchir à ce qu'ils veulent vraiment. Sur le long terme, un employé qui reste quelque part sans le vouloir n'est pas sain, ni pour l'employé, ni pour l'entreprise.»

Vous pouvez lire la lettre entière ici.

Jim Edwards

Traduit par G.F.

Newsletters

Les États doivent se préparer ensemble à affronter une crise sans précédent

Les États doivent se préparer ensemble à affronter une crise sans précédent

L'absence de coopération entre pays dans la gestion de la pandémie frappant aujourd'hui la planète entière risque de coûter très cher à tout le monde.

La crise du Covid-19 coûte très cher au sport mondial

La crise du Covid-19 coûte très cher au sport mondial

Le report des compétitions ne sera pas sans conséquences économiques. Des petits clubs vont-ils devoir déposer le bilan? Ou ouvrira-t-on la voie à un nouveau modèle plus solidaire?

Le Covid-19 sonnera-t-il le glas du capitalisme?

Le Covid-19 sonnera-t-il le glas du capitalisme?

La pandémie de coronavirus met à mal toute l'économie mondiale. Le moment est peut-être venu de tout changer au lieu de s'en inquiéter.

Newsletters