Économie / Économie

Amazon: Jeff Bezos propose jusqu'à 5.000 dollars à ses employés pour démissionner

Temps de lecture : 2 min

Le centre logistique d'Amazon à Graben en Allemagne. REUTERS/Michael Dalder
Le centre logistique d'Amazon à Graben en Allemagne. REUTERS/Michael Dalder

Voici notre passage préféré de la lettre annuelle du PDG d'Amazon Jeff Bezos aux actionnaires. Il décrit comment l'entreprise va payer les travailleurs des entrepôts d'Amazon jusqu'à 5.000 dollars pour qu'ils démissionnent. Le but du programme est de s'assurer qu'Amazon ne garde que les gens qui veulent vraiment, vraiment travailler chez Amazon:

«Le deuxième programme s'appelle "une paie pour démissionner" ["Pay To Quit" en anglais]. Il a été inventé par les gens intelligents de Zappos, et les centres de distribution d'Amazon l'ont réitéré. "Une paie pour démissionner" est assez simple. Une fois par an, nous offrons à nos associés de les payer pour démissionner. La première année où l'offre est faite, c'est contre 2.000 dollars. Ensuite ça monte de 1.000 dollars par an jusqu'à atteindre 5.000 dollars. La manchette de cette offre est "s'il vous plaît, ne saisissez pas cette offre". Nous espérons qu'ils ne saisissent pas l'offre; nous voulons qu'ils restent. Pourquoi faisons-nous cette offre? Le but est d'encourager les gens à réfléchir à ce qu'ils veulent vraiment. Sur le long terme, un employé qui reste quelque part sans le vouloir n'est pas sain, ni pour l'employé, ni pour l'entreprise.»

Vous pouvez lire la lettre entière ici.

Jim Edwards

Traduit par G.F.

Newsletters

Pourquoi le loto rend-il accro?

Pourquoi le loto rend-il accro?

Les systèmes aléatoires rendent fou.

Les malheurs du vapotage font le bonheur du marché du tabac

Les malheurs du vapotage font le bonheur du marché du tabac

L’avenir est bel et bien dans la cigarette, selon Wall Street.

Sous le dôme de Center Parcs, le paradis a disparu

Sous le dôme de Center Parcs, le paradis a disparu

En difficulté financière, Pierre & Vacances tente de rentabiliser ses Center Parcs. Mais les petits propriétaires de ses fameux cottages et les associations écologistes dénoncent les pratiques du groupe.

Newsletters