EconomieTech & internet

Oculus Rift: quand vous donnez sur Kickstarter, vous n'êtes pas actionnaire et les 2 milliards de Facebook vous passent sous le nez

Andréa Fradin, mis à jour le 27.03.2014 à 12 h 46

"Orlovsky and Oculus Rift" par Sergey Galyonkin  | FlickR licence CC BY SA

"Orlovsky and Oculus Rift" par Sergey Galyonkin | FlickR licence CC BY SA

Le rachat d'Oculus VR par Facebook pour 2 milliards de dollars, annoncé le 24 mars, met une nouvelle fois en avant l'histoire une petite start-up qui décroche le gros lot en se faisant racheter par un géant du web. Mais il y a un hic:  les premiers à avoir cru au projet n'auront droit à rien dans l'opération.

Comme d'autres projets aujourd'hui, l'Oculus Rift a en effet la particularité d'avoir bénéficié des dispositifs de financement collaboratif. «Oculus doit une bonne partie de son succès à une campagne réussie sur Kickstarter», l'un des sites qui met en avant les projets de ceux en recherche de soutiens, indique ainsi Business Insider. Un succès qui se chiffre en millions:

«En 2012, la start-up a levé plus de 2,4 millions de dollars en provenance de 9.522 soutiens.»

Problème: «aucune des personnes qui ont investi pour aider cette jeune société à décoller ne bénéficieront du deal conclu» entre Oculus Rift et Facebook.


L'Oculus Rift en action.

Forcément, la nouvelle ne réjouit pas vraiment les milliers d'investisseurs en question, enthousiastes de la première heure de l'Oculus Rift, qui ont manifesté en masse leur mécontentement sur Internet. «[...] Des centaines de messages postés sur Kickstarter, Reddit, Twitter et d'autres forums déplorent la vente», résume le site Circa. Certains fans ont même demandé le remboursement de l'argent versé sur Kickstarter.»

A en croire les estimations d'une plateforme de crowdfunding concurrente, Seedrs, 300 dollars versés dans les premiers jours d'Oculus Rift auraient pu valoir 20.000 dollars... si seulement cet investissement avait été synonyme d'une rétribution en parts du capital de la société.

Or si certaines plateformes permettent ce mécanisme dit de l'equity crowdfunding, Kickstarter est en revanche catégorique:

«Les créateurs de projet possèdent 100% de leur travail et Kickstarter ne peut être utilisé pour offrir des actions, des retours sur investissement ou pour soliciter des emprunts.»

En contrepartie des dons, les soutiens reçoivent le plus souvent des objets dérivés (affiches, tee-shirts...) ou le produit en lui-même –c'est le cas avec l'Oculus.

L'un des fondateurs du projet, Palmer Luckey, a tenté de calmer le jeu en écrivant le 26 mars un long message sur le site Reddit:

«Nous avons commencé l'Oculus VR avec l'idée de rendre la réalité virtuelle abordable et accessible, de faire en sorte que tout le monde puisse expérimenter l'impossible. [...]

Au final, je n'arrête pas de revenir à cette question que nous nous posons chaque jour chez Oculus: quel est le meilleur pour le futur de la réalité virtuelle? Lier un partenariat avec Mark [Zuckerberg, NDLR] et l'équipe de Facebook est une opportunité unique et puissante

Pas sûr néanmoins que Palmer Luckey parvienne à apaiser la gronde. Car au-delà de la perte financière, certains craignent tout simplement les effets négatifs de la mainmise de Facebook sur le projet.

Ainsi l'un des créateurs du très populaire Minecraft, Markus Persson, a déclaré sur Twitter avoir abandonné son idée d'une version adaptée à l'Oculus Rift:

«On était en discussion pour créer éventuellement une version Oculus de Minecraft. Je viens juste d'annuler le deal. Facebook me fout les jetons.»

Andréa Fradin
Andréa Fradin (204 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte