Boire & mangerEconomie

Le restaurant qui a inventé le tiramisu va fermer, victime de la crise

Grégoire Fleurot, mis à jour le 19.03.2014 à 16 h 09

Où l'on apprend aussi que le tiramisu a été inventé dans les années 1970...

tiramisu/Franzconde via Flickr license CC BY 2.0

tiramisu/Franzconde via Flickr license CC BY 2.0

Le 30 mars, le restaurant «Le Beccherie» de Trévise, en Vénétie, va fermer ses portes. Une fermeture comme il y en a des milliers d'autres chaque année en Italie et qui ne mériterait pas qu'on s'y attarde s'il ne s'agissait d'un lieu un peu spécial. C'est en effet dans ce restaurant tenu par la famille Campeol depuis 1939 que fût inventé dans les années 1970 l'un des symboles universels de la gastronomie italienne, le tiramisu, rapporte le Corriere del Veneto, antenne locale du Corriere della Sera, dans un article du 27 février. Interrogé par téléphone, le patron du restaurant, Carlo Campeol, explique au journal la situation:

«Je vais fermer le 30 mars, ce jour-là je vais payer mes trois employés et les fournisseurs puis je fermerai le restaurant pour toujours. [...] Il y a eu une baisse de la clientèle, les hommes politiques, les businessmen et les gens ordinaires ont arrêté de venir.»

«C'est une partie de l'histoire de la ville qui s'en va», regrette le Corriere del Veneto, qui énumère les spécialités du restaurant qui ont fait le bonheur de plusieurs générations de Trévisans. Mais la renommée du restaurant, connu de tous comme l'inventeur du célèbre dessert, n'a pas suffi à contrer les effets de la crise:

«Les restaurants ne se remplissent pas tous les jours avec des nouvelles comme ça. Aujourd'hui, la mode est aux bars qui proposent de longs apéritifs. Nous aurions dû amener du changement dans ce restaurant mais à 60 ans, je n'ai ni l'envie ni l'énergie de le faire. Cela confirme l'adage selon lequel les activités ferment à la troisième génération.»

Luca Zaia, le président de la région Vénétie, mène depuis 2013 une campagne pour que Trévise soit officiellement reconnue par l'Union européenne comme le lieu de naissance du tiramisu, et que le dessert accède au statut de «spécialité traditionnelle garantie» (STG) de la même manière que la pizza à Naples. 

En 2009, la Commission européenne avait attribué le statut de STG à la pizza napolitaine, «contraignant les fabricants à respecter un strict cahier des charges pour se prévaloir de ce label», signalait alors l’AFP. Autrement dit, des normes précises sur les matières premières, la préparation de la pâte, le fromage, l’assaisonnement, la cuisson... Aujourd’hui, tout le monde peut toujours utiliser l’appellation «pizza napolitaine», mais pas le signe d’identification «STG» ni le logo qui orne les «vraies» napolitaines respectant ces règles. 

Interrogé par le Corriere, Zaia commente ainsi la triste nouvelle venant de Trévise:

«Il va nous manquer un endroit comme celui-ci où déguster le territoire et la tradition sans jamais s'ennuyer. Le Beccherie est victime d'un certain nombre de facteurs, qui sont certainement liées à la crise économique, mais aussi, à mon avis, à un certain aplatissement de la culture gastronomique mondiale, où le spectacle dans la cuisine prévaut sur ​​l'engagement de satisfaire au maximum l'envie de convivialité.»

Grégoire Fleurot
Grégoire Fleurot (799 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte