Économie

Aller à Disney World vous coûte 5 fois plus cher qu'en 1970

Temps de lecture : 2 min

Les parcs d’attraction ont tendance à augmenter leurs prix chaque année. Patrick Reikofski via Flickr CC License by

99 dollars. C’est le prix que devront désormais payer les Américains (et les autres) pour passer un jour au Parc Disney World, à Orlando, en Floride. Une nouvelle augmentation de 4 dollars, après celle de 6 dollars en 2013.

Depuis 1970, le prix d’entrée dans le 3e site le plus visité du monde a été multiplié par cinq, souligne Quartz.

Le site USA Today retrace année par année cette escalade des prix aux Etats-Unis, notamment au travers de plusieurs graphiques:

Et attention: une hausse de prix peut en cacher une autre. Quelques jours après Disney, Universal Orlando, autre parc de la ville, en a profité pour passer ses tickets d’entrée à 96 dollars. Quand cette course s’arrêtera-t-elle? Certainement pas tant que les visiteurs afflueront par centaines de milliers chaque jour. «S’il y a une augmentation de la demande, il y aura une augmentation du prix», assure Robert Niles, journaliste et fondateur du site Theme Park Insider. «C’est la loi de l’offre et de la demande.»

Mais dans une ville qui compte une dizaine de parcs à thème, on aurait pu penser que les lois de la concurrence pouvaient elles aussi jouer. Pour attirer davantage de visiteurs, chaque entreprise a d’habitude tendance à pratiquer des prix plus bas que ses concurrents. Mais c’est sans compter l’argent que sont prêts à dépenser les visiteurs à Disney World ou Universal.

Les parcs d’attraction bénéficient d’une «demande inélastique» par rapport au prix, explique Andrew Busch, contributeur chez CNBC. Pour résumer, la demande reste stable, voire augmente même si les prix sont en hausse. «Un jour viendra peut-être où les parcs à thème connaîtront un retour de bâton de la part des visiteurs, qui refuseront de payer toujours plus cher pour passer un jour chez eux. Mais ce jour n’est pas près d’arriver», peut-on lire sur le site de Time Magazine.

En France en revanche, la fréquentation des parcs d'attraction est en baisse, peut-on lire sur La Tribune. En 2013, Disneyland Paris a perdu plus d’un million de visiteurs par rapport à 2012. Le Parc Astérix et le Futuroscope ont également vu leur nombre de visiteurs se réduire.

Les prix, eux, ne diminuent pas pour autant: il faut compter tous les ans quelques euros de plus pour passer la journée dans le monde de Mickey. En 2013, l’entrée pour un jour en semaine est par exemple passée de 35 euros à 39 euros. Peut-être peut-on cependant attribuer ces hausses de prix à une fréquentation record du parc en 2012, soit l’année précédente, à l’occasion des 20 ans du complexe.

Peut-on alors s’attendre à une baisse des tarifs à la suite de cette demande en berne en 2013, loi de l'offre et de la demande oblige? Cela semble mal parti: le pass annuel pour Disneyland devrait d’ores et déjà augmenter de 10 euros au 1er juillet 2014...

Newsletters

J'ai découvert une entreprise qui ne cherche pas à grossir à tout prix, et ça m'a fascinée

J'ai découvert une entreprise qui ne cherche pas à grossir à tout prix, et ça m'a fascinée

Une marque a besoin de trouver un équilibre économique, pas forcément de devenir leader d'un marché.

Pourquoi l'hôtellerie-restauration ne séduit plus les travailleurs

Pourquoi l'hôtellerie-restauration ne séduit plus les travailleurs

Si les hôtels et les restaurants ont rouvert après de longs mois de fermeture, le secteur a du bien du mal à recruter. Les négociations à venir pourraient entraîner une revalorisation des salaires.

Au Royaume-Uni, les pénuries font craindre un nouvel Hiver du mécontentement

Au Royaume-Uni, les pénuries font craindre un nouvel Hiver du mécontentement

Ces derniers jours, le manque d'essence et de biens de consommation a semé un vent de panique en Angleterre. Des événements qui ne sont pas sans rappeler la période 1978-1979. 

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio