Économie

«Fabulous Fab», le trader de Goldman Sachs condamné pour fraude, prof d'économie à l'université de Chicago

Temps de lecture : 2 min

Fabrice Tourre quitte la Cour Fédérale de Manhattan, 1er août 2013, Keith Bedford, Reuters.
Fabrice Tourre quitte la Cour Fédérale de Manhattan, 1er août 2013, Keith Bedford, Reuters.

Pendant le deuxième semestre de l’année scolaire, les étudiants de l’Université de Chicago pourront suivre le cours «Eléments d'analyse économique», délivré par le doctorant Fabrice Tourre, annonce le journal de l’Université The Chicago Maroon.

Si ce nom vous dit quelque chose, c'est normal.

Fabrice Tourre, c'est ce trader français qui a fait la une de tous les médias internationaux pour avoir été «le premier et seul banquier de Wall Street à être déclaré coupable de la crise financière» de 2008, expliquait le New Yorker août 2013.

Employé de Goldman Sachs, il a été condamné en août 2013 après avoir été accusé par la Securities and Exchange Commission (SEC) de «fraude boursière, de gains illicites, de négligence et de tromperie intentionnelle, ou encore d'avoir aidé son ex-employeur Goldman Sachs à commettre des infractions», comme le rappelait Le Monde au moment du jugement.

Dans un portrait dressé par Le Monde en juillet 2013, on pouvait lire que «Fabulous Fab» (il signait lui-même ses emails comme ça) avait tout du candidat parfait pour Goldman Sachs: Ecole centrale (une des plus prestigieuses de France), université de Stanford...

Il rencontre chez Goldman Sachs une autre «grosse tête» avec qui il met au point un nouveau produit financier. Il sera d’ailleurs «le seul à être poursuivi par la justice américaine pour son rôle en 2007 dans la vente de produits toxiques assis sur des dérivés de produits hypothécaires (les subprimes), baptisés Abacus».

Le trader quitte Goldman Sachs en janvier 2013, alors qu’il poursuivait un doctorat en économie à l’université de Chicago et qu’il y travaillait en tant qu’assistant et donnait des séances particulières aux étudiants, rapporte le Wall Street Journal.

Un de ces camarades de cours, interrogés par le Wall Street Journal, pointait l'intérêt d'une «personne comme Fabrice» pour l'université:

«Les gens comme Fabrice, qui viennent de la banque d’investissement, sont très utiles dans le programme d’économie. En tant qu’universitaires, nous avons tendance à être à l’extérieur et les banques d’investissement ont tendance à être fermées. Les gens plaisantent sur le fait que les économistes développent ces modèles mais le monde réel est beaucoup plus désordonné.»

Michael A. Santoro, professeur spécialisé en éthique des affaires avait publié un article sur le site du magazine américain New Yorker en janvier intitulé: «Un trader tombé dans la disgrâce peut-il obtenir un job à l'université?». Il avait assisté au procès de Fabrice Tourre en août 2013 et s’interrogeait déjà sur sa carrière de professeur:

«Il serait naturel pour lui de vouloir utiliser à la fois son diplôme en économie et son expérience (chez Goldman Sachs) pour enseigner les futurs cadres de Wall Street. Mais une école de commerce serait-elle prête à embaucher FabriceTourre, mieux connu sous le nom Fabulous Fab, devenu le visage de la cupidité de Wall Street?»

Une professeure lui expliquait par exemple que son établissement ne l'embaucherait pas comme prof, mais qu'elle pourrait l'accueillir en cours «dans le but d’effrayer les étudiants et de les mettre en garde sur les pièges éthiques et juridiques», signale Michael A. Santoro.

L'université de Chicago a donc décidé de profiter pleinement de ses talents. Deux fois par semaine.

Emploi du temps Economie 2014 disponible sur le site de l'Université de Chicago

Newsletters

Concurrence

Concurrence

Reconversion professionnelle: du rêve à la désillusion

Reconversion professionnelle: du rêve à la désillusion

En France, un actif sur cinq a songé à quitter son emploi durant la crise sanitaire. De l'idée au passage à l'acte, encore faut-il anticiper pour éviter quelques déconvenues. 

Comment l’économie bénéficie-t-elle de l’épargne solidaire?

Comment l’économie bénéficie-t-elle de l’épargne solidaire?

Aujourd’hui, investir dans une épargne solidaire est avant tout un choix éthique et personnel. Pourtant, ce placement participe activement à la transition des entreprises pour répondre aux enjeux climatiques et devrait être mieux connu.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio