Économie

[VIDÉO] A quoi ressemblent dix secondes de ruée boursière sur l'action BlackBerry

Temps de lecture : 2 min

Jadis pionnière du smartphone, la société canadienne BlackBerry n'est plus que l'ombre de ce qu'elle représentait dans ses années fastes. Au deuxième trimestre 2013, ses produits ne comptaient plus que pour 3% de part de marché des smartphones vendus dans le monde.

Mais son action a connu une forte hausse mercredi 2 octobre. BlackBerry a d'abord annoncé sa volonté de se faire racheter par son actionnaire Fairfax, qui possède plus de 10% du capital. C'est alors qu'un autre acteur, un fond d'investissement américain, Cerberus Capital Management, est entré dans le jeu, manifestant à son tour son intérêt.

Selon le Wall Street Journal, le fonds allait signer un accord confidentiel l'autorisant à consulter les comptes de l'entreprise. C'est cette annonce qui a fait grimper l'action BlackBerry, ce que nous montre, au ralenti, cette fascinante vidéo: en 3 minutes 30, elle permet de visualiser seulement 10 secondes de trading sur l'action entre les différentes places de marché, à raison de 40.000 ordres par seconde.

Sur la vidéo, on voit l'action partir à 7,61 dollars pour finir un peu en-dessous de 8, soit 5% de gagnés en dix secondes. Un ballet d'ordres de vente et d'achat qui ressemble à une partie de Space Invaders!

Newsletters

Le nouveau pouvoir d'attraction de Marseille

Le nouveau pouvoir d'attraction de Marseille

La cité phocéenne accueille chaque année de nouveaux habitants. Mais les premiers à répondre présents ne restent que le temps des vacances.

Ne parlez plus jamais de «pensions alimentaires»

Ne parlez plus jamais de «pensions alimentaires»

«Violences économiques». Le terme est apparu dans les médias en 2018, avec les manifestations des «gilets jaunes». Il désigne un phénomène lié au couple désormais bien connu dont il faut prendre conscience: de même qu'on ne doit pas accepter les...

L'élection de Joe Biden peut rebattre les cartes en Asie-Pacifique

L'élection de Joe Biden peut rebattre les cartes en Asie-Pacifique

S'il réactivait l'accord transpacifique duquel Trump s'était retiré, le futur président des États-Unis troublerait la toute nouvelle plus grande zone de libre-échange au monde.

Newsletters