Économie / Économie

Et si les employés étaient plus productifs sous la contrainte?

Temps de lecture : 2 min

 Home office  / otubo via Flickr CC License by.
Home office / otubo via Flickr CC License by.

Et si Angus MacGyver était l'employé le plus productif du monde? L'homme qui fabrique une bombe à retardement avec une ficelle, un trombone et un chewing-gum devrait faire des merveilles dans un bureau équipé. Et bien, peut-être est-il si fort justement parce qu'il doit faire avec peu.

Le site The Atlantic a récemment relayé une enquête sur la productivité des employés intitulée «Making do with less: working harder during recession» («Faire avec moins: travailler plus dur pendant la récession»). Cette étude conduite par les chercheurs Edward P. Lazear (Stanford University), Christopher Stanton (Université de l'Utah) et Kathryn L. Shaw (Stanford University) s'intéresse à la hausse de la productivité qui a eu lieu durant la crise économique de septembre 2007 à juin 2009 aux Etats-Unis:

«La productivité a augmenté durant la récente récession. De 2007 à 2009, la production globale a chuté de 7,16%, mais le nombre global d'heures travaillées est tombé de 10,01% dans les entreprises non-agricoles. Les coûts de production ont plus baissé que la production, ce qui implique que la productivité a augmenté.»

Il y a plusieurs explications, selon les chercheurs, mais la principale est qu'en période de récession, les travailleurs consentent à produire plus avec le même salaire, et les entreprises arrivent à faire plus avec moins. Par ailleurs:

«Finalement, il apparaît que les employés les moins productifs sont les plus réactifs aux récessions et à l'augmentation du taux de chômage au niveau local, peut-être parce que leurs alternatives sont des plus réduites durant les périodes économiques compliquées.»

Peut-être est-ce la raison pour laquelle une étude allemande a pu montrer en 2012 que les salariés âgés augmentaient la productivité des entreprises.

The Atlantic rappelle avant de conclure que ces études sont bien souvent contradictoires:

«La recherche sur la productivité a quelque chose du tir à l'aveugle. Il y a des études suggérant que que pratiquement tout ce que les employés aiment, des photos de chat aux siestes, les rend formidablement meilleurs dans leur travail, alors que d'autres études montrent que "les pires événements", comme les grandes récessions ou la surveillance par les employeurs, rend plus diligent. Peut-être certaines de ces conclusions peuvent-elles s'accorder: être reposé au travail vous donne de l'espace pour être créatif, mais la peur de conséquences négatives rend aussi plus dur à la tâche à très court terme.»

Florian Reynaud

Newsletters

Les classes populaires décrochent depuis 2008 (et tout le monde s’en fout)

Les classes populaires décrochent depuis 2008 (et tout le monde s’en fout)

«Ce décrochage de la France d’en bas est inédit», lit-on dans une note de l'Observatoire des inégalités, dont le directeur n’est pas content et le fait savoir.

Pourquoi l'Allemagne est-elle la championne du monde de l'innovation?

Pourquoi l'Allemagne est-elle la championne du monde de l'innovation?

L'innovation ne vaut que si elle est partagée par tous les acteurs économiques, ce que l'Allemagne a compris

Le taux d'emploi des Français de 25 à 54 ans est supérieur à celui des Américains

Le taux d'emploi des Français de 25 à 54 ans est supérieur à celui des Américains

Les Français ont une réputation de fainéants, c’est bien connu. Pourtant, une récente étude du prix Nobel d’économie Paul Krugman publiée sur son blog du New York Times montre que ce n’est peut-être pas si vrai. ...

Newsletters