Économie

Les employés de fast-food américains en grève

Temps de lecture : 2 min

Fast food is the best!/ ebruli via Flickr CCLicence By
Fast food is the best!/ ebruli via Flickr CCLicence By

Un appel à la grève a été lancé pour ce jeudi 29 août dans les chaînes de restauration rapide de cinquante villes des Etats-Unis. Il devrait s'agir d'un mouvement sans précédent, selon l’Associated Press.

Depuis les premières manifestations de novembre 2012, à New York, ce vent de révolte s’est élargi à tout le pays. Les employés demandent à être payés 15 dollars (un peu plus de 11 euros) de l’heure (soit plus du double de l’actuel salaire minimum), alors que le salaire moyen dans les Burger King, McDo, KFC et consorts est actuellement de 9 dollars.

Le site du mouvement, Fast food forward, accueille le lecteur en expliquant directement son propos :

«Nous ne pouvons pas survivre avec 7,25 dollars! Aux Etats-Unis, des gens qui travaillent dur doivent être en mesure de payer leurs besoins de base, comme l’alimentation, le loyer, la garde des enfants et le transport. Alors que les entreprises de restauration rapide font des bénéfices records, les travailleurs peinent à survivre. Beaucoup sont obligés d’avoir recours aux aides publiques, malgré leur emploi. Une augmentation des salaires bénéficierait aux travailleurs et à l’économie globale ».

Selon BBC News, un porte-parole de la National Restaurant Association a justifié les bas salaires en expliquant que la plupart des travailleurs de la restauration rapide étaient des jeunes, avec peu d’expérience professionnelle, et bien arrangés par des temps partiels...

Mais pour Mary Kay Henry, du Service Employees International Union, un syndicat qui soutient la grève, le problème est que les employés sont justement de moins en moins des jeunes voulant financer leurs études. Et de plus en plus des hommes et femmes avec une famille à charge, qui subissent un temps partiel trop bas pour subvenir à leurs besoins.

Pour elle, même pour «ceux qui ont la chance de travailler 40 heures sans avoir à prendre une journée pour maladie», le salaire de 9 dollars est insuffisant.

Pour l’instant, ce mouvement n’a pas fait bougé les choses. Comme le précise lemonde.fr, «l’organisation de la plupart des chaînes de fast-food en réseaux de franchisés constitue un véritable mur face aux revendications». Les chaînes se défendent aussi en expliquant que des salaires plus hauts les obligeraient à moins embaucher, à utiliser plus de machines.

Alors, «tout dépendra donc de l’écho que ce mouvement va rencontrer dans l’opinion américaine. Car McDonald’s ne voudra pas abîmer son image auprès de ses clients». Plusieurs chaînes de restauration rapide ont dû fermer certains de leurs restaurants pour la journée ou quelques heures à cause de la grève

Newsletters

Il n'est pas du tout certain que l'on puisse se passer un jour du nucléaire

Il n'est pas du tout certain que l'on puisse se passer un jour du nucléaire

En se prononçant pour la construction de nouveaux réacteurs, Macron remet le sujet à l'ordre du jour. À droite, c'est clairement oui, à gauche, c'est plutôt non, avec plus ou moins de clarté.

J'ai découvert une entreprise qui ne cherche pas à grossir à tout prix, et ça m'a fascinée

J'ai découvert une entreprise qui ne cherche pas à grossir à tout prix, et ça m'a fascinée

Une marque a besoin de trouver un équilibre économique, pas forcément de devenir leader d'un marché.

Pourquoi l'hôtellerie-restauration ne séduit plus les travailleurs

Pourquoi l'hôtellerie-restauration ne séduit plus les travailleurs

Si les hôtels et les restaurants ont rouvert après de longs mois de fermeture, le secteur a du bien du mal à recruter. Les négociations à venir pourraient entraîner une revalorisation des salaires.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio