Et si vos amis sur Facebook déterminaient si vous avez le droit à un crédit ?

Site de Lenddo

Site de Lenddo

Utiliser des statistiques pour déterminer le profil d’un emprunteur et évaluer le risque qu’il ne rembourse pas n’est pas une méthode nouvelle.

Aux Etats-Unis par exemple, le score FICO est un nombre qui définit le risque que vous constituez pour un organisme de crédit. C’est en fonction de ce genre de score que les prêteurs calculent votre taux d’intérêt quand vous demandez un emprunt.

Comme l’écrit CNN, quelques start-ups arrivent désormais sur le marché du crédit en proposant des analyses de l’entourage sur les réseaux sociaux pour mesurer la fiabilité du candidat à un prêt. Ainsi Lenddo, implantée aux Philippines, en Colombie et au Mexique, détermine si un de vos «amis» de Facebook a déjà eu du mal à rembourser un crédit accordé par la société. Son président explique à CNN:

«Il se trouve que les humains sont vraiment bons pour repérer qui est digne de confiance et fiable dans leur communauté. Ce qui est nouveau, c’est que nous sommes désormais capable de le mesurer grâce à une puissance informatique élevée.»

Evidemment, votre score Lenddo baisse si vous avez un mauvais payeur parmis vos contacts en ligne.

Sur son site, Lenddo se présente comme étant «la première plateforme online au monde qui aide les nouvelles classes moyennes à utiliser leurs connections sociales pour construire leur crédibilité financière et accéder à des services financiers locaux».

Comme l'écrit la MIT Technology Review, la cible de Lenddo est une population souvent ignorée par les banques actuellement. Les classes moyennes émergentes des pays en développement ont du mal à accéder au crédit parce qu'elles manquent d'historique de crédit pour rassurer les organismes de prêt. L'idée de Lenddo est donc de remplacer la documentation bancaire par la recommandation communautaire et la pression des pairs: les candidats sont encouragés à inviter leurs contacts sur Lenddo, afin de constituer un réseau de fiabilité qui augmente leur propre score.

Kreditech, une start-up allemande, collecte et analyse elle aussi des données issues de Facebook, eBay ou Amazon. Mais elle étudie également le comportement du candidat en ligne. S’il se rend sur le site de Kreditech et passe du temps à lire les informations fournies, ses chances d’accéder au crédit augmentent. La firme vous donne même des mauvais points si vous remplissez le formulaire en utilisant les majuscules à mauvais escient...