EconomieEconomie

Non, le New York Times n'est pas à vendre

Anaïs Bordages, mis à jour le 08.08.2013 à 11 h 08

NYT building / David Basulto via Flickr CC License by

NYT building / David Basulto via Flickr CC License by

Après le rachat surprise du Washington Post par Amazon ce lundi, le New York Times reste la dernière entreprise de presse familiale des Etats-Unis, résistant encore et toujours à l’envahisseur. Le jour-même, plusieurs médias ont relancé la rumeur selon laquelle le maire de New York, Michael Bloomberg, aurait des vues sur le prestigieux quotidien. Et alors que le New York Times a lui-même vendu, pas plus tard que le 3 août, le Boston Globe, les spéculations vont bon train: qui mettra la main sur le Times?

Comme nous l’apprend le quotidien lui-même sur son site, Arthur Sulzberger Jr, le président, a réaffirmé ce mercredi son refus de vendre l’entreprise:

«Notre famille va-t-elle vendre le Times? La réponse est non. Le Times n’est pas à vendre, et les administrateurs de la société Ochs-Sulzberger, ainsi que le reste de la famille sommes unis dans notre volonté de travailler avec toute l’équipe et les employés, pour faire avancer le New York Times dans son futur global et numérique.»

Le journal est dans les mains de la famille Ochs-Sulzberger depuis 1896.

Anaïs Bordages
Anaïs Bordages (105 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte