Économie

Detroit, la plus grande ville américaine à avoir jamais fait faillite

Temps de lecture : 2 min

Le 27 janvier 2013 à Detroit, aux Etats-Unis. REUTERS/Rebecca Cook
Le 27 janvier 2013 à Detroit, aux Etats-Unis. REUTERS/Rebecca Cook

C’est officiel depuis ce jeudi 18 juillet. La ville de Detroit est en faillite. Pas une faillite métaphorique comme celles que les hommes politiques ont tendance à annoncer pour critiquer la politique fiscale d’un adversaire. Une vraie faillite, comme celles que l’on retrouve dans le chapitre 9 du «bankruptcy code» américain.

C’est la plus grande ville à avoir jamais été en faillite, et bien sûr aucune grande ville ne fait faillite sans entraîner une série complexe de problèmes. Mais la raison principale pour laquelle Detroit en est arrivée là est assez simple. En 1950, il y avait 1,85 million d’habitants à Detroit. En 1970, il y en avait 1,5 million. En 1990, c’était un million pile. En 2010, la population était descendue à 710.000.

Quand votre ville rétrécit comme ça, vous vous retrouvez avec une base imposable insuffisante pour maintenir l’infrastructure fixe ou pour payer les retraites qui ont été gagnées en des temps plus prospères. Dégraisser les obligations d’héritage est une étape nécessaire du redressement.

Vous pouvez vous délester des obligations touchant les prestations de retraite sans faire faillite en spoliant les retraités. Mais l’étendue des problèmes fiscaux de Detroit est si énorme que cette solution serait cruelle et inutile. Les porteurs d’obligations doivent prendre un coup, et c’est comme ça qu’il faut s’y prendre.

Matthew Yglesias

Traduit par G.F.

Newsletters

J'ai découvert une entreprise qui ne cherche pas à grossir à tout prix, et ça m'a fascinée

J'ai découvert une entreprise qui ne cherche pas à grossir à tout prix, et ça m'a fascinée

Une marque a besoin de trouver un équilibre économique, pas forcément de devenir leader d'un marché.

Pourquoi l'hôtellerie-restauration ne séduit plus les travailleurs

Pourquoi l'hôtellerie-restauration ne séduit plus les travailleurs

Si les hôtels et les restaurants ont rouvert après de longs mois de fermeture, le secteur a du bien du mal à recruter. Les négociations à venir pourraient entraîner une revalorisation des salaires.

Au Royaume-Uni, les pénuries font craindre un nouvel Hiver du mécontentement

Au Royaume-Uni, les pénuries font craindre un nouvel Hiver du mécontentement

Ces derniers jours, le manque d'essence et de biens de consommation a semé un vent de panique en Angleterre. Des événements qui ne sont pas sans rappeler la période 1978-1979. 

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio