EconomieEconomie

GoAir, une compagnie low-cost indienne, veut embaucher féminin pour économiser du carburant

Jean-Marie Pottier, mis à jour le 29.06.2013 à 17 h 25

Jeh Wadia, le fondateur de GoAir, et des employées de la compagnie en 2007. REUTERS/Arko Datta.

Jeh Wadia, le fondateur de GoAir, et des employées de la compagnie en 2007. REUTERS/Arko Datta.

Il n'y a pas que l'européenne Ryanair pour avoir de drôles d'idées en matière de transport aérien: selon le quotidien The Times of India, la compagnie low-cost indienne GoAir a en effet décidé, pour ses futurs recrutements, de ne plus embaucher que du personnel de cabine féminin au motif que cela permettrait… d’alléger l’avion, et donc de consommer moins de carburant.

La compagnie, dont 40% des 330 employés de cabine sont mâles —ratio qu’elle entend faire passer à 30%, selon un porte-parole interrogé par CNN—, estime que ce futur recrutement 100% féminin lui permettrait d’économiser environ 25 à 30 millions de roupies par an (un peu plus de 300.000 euros).

Et c’est justement une question de roupie qui est à l’origine de cette initiative: la chute de la monnaie indienne vis-à-vis du dollar affecte durement la compagnie aérienne, toute les dépenses du secteur étant traditionnellement libellées en dollars. Aujourd'hui, 100 roupies ne permettent en effet d'obtenir qu'un peu moins de 1,70 dollar, contre environ 1,85 dollar début mai.

«La chute du cours de la roupie nous coûte 30 millions de roupies par an. Nous étudions toutes les pistes d’économies possibles pour rester bénéficiaires», a affirmé au Times of India le PDG de la compagnie, Giorgio de Roni. Selon l’agence de presse indienne PTI, GoAir a dégagé un profit sur l’ensemble de l’exercice 2012-2013 ainsi que sur le premier trimestre de l’exercice 2013-2014, mais serait passée dans le rouge au second semestre.

Cette initiative de la compagnie est analysée avec un grand scepticisme par le site d'information indien Firstpost:

«Et la prochaine fois? Est-ce que GoAir va commencer à adapter ses tarifs en fonction du poids des passagers? Est-ce qu’elle va privilégier les femmes et enfants aux passagers mâles? L’idée de ne recruter que des commandants de bord et des copilotes femmes —une nouvelle fois, parce que les femmes sont plus légères!— pourrait aussi lui traverser l’esprit.»

Cité anonymement, un ancien directeur exécutif d’une grande compagnie aérienne estime que cette décision est une fausse bonne idée:

«Il y a je-ne-sais-combien de choses qu’une compagnie peut faire pour réduire le poids de ses appareils. Par exemple, elle peut réduire la quantité de nourriture et d’eau emportée à bord, utiliser des couverts plus légers, n’emporter que la quantité de carburant nécessaire en fonction de la durée du vol, etc. GoAir emploie des A320, ce qui signifie qu’elle doit avoir, en moyenne, quatre membres d’équipage par vol intérieur. Si même un seul d’entre eux est un homme, cela fait-il une si grande différence en termes de poids?»

Jean-Marie Pottier
Jean-Marie Pottier (942 articles)
Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte