Économie

L'industrie française (presque) aussi déprimée que la grecque

Temps de lecture : 2 min

L'activité des entreprises n'est guère brillante dans le monde, mais c'est en Europe et en France que l'on touche le fond.

Les chiffres sont cruels pour l’ensemble de la zone euro comme pour la France. Eurostat a confirmé ses estimations: au premier trimestre, le PIB de la zone a encore reculé, de 0,2%, et celui de la France a suivi exactement le même chemin. Et les chiffres du deuxième trimestre s’annoncent encore médiocre, si l’on en croit les réponses faites par les entreprises aux enquêtes de conjoncture.

Les économistes de la société d’investissement Aurel BGC ont eu l’idée de de rassembler les différentes enquêtes PMI (pour Purchasing Managers Index, indices des directeurs des achats) réalisées dans l’industrie de 28 pays au mois de mai. Cette rapide étude comporte deux enseignements majeurs: une confirmation et une information particulièrement désagréable pour nous.

La confirmation, c’est que l’économie mondiale est en petite forme. Dans ces enquêtes menées par différents organismes (ISM pour les Etats-Unis, Markit pour l’Europe, etc.), les différentes informations recueillies sur la production, l’emploi, les carnets de commandes et les prix sont synthétisées par un indicateur unique selon la même méthodologie: à 50, l’indicateur signale une stabilité de l’activité, au-dessus de 50 une activité en expansion et en dessous de 50 une activité en repli.

Pour ces 28 pays, on constate au mois de mai un indice global de 50,6, ce qui indique une expansion très modérée. Les grands pays émergents ne tirent pas beaucoup la croissance mondiale: 51 pour l’Inde, 50,8 pour la Chine, 50,4 pour le Brésil et la Russie. Ce mois de mai a apporté de surcroît une petite déception, avec le recul de l’indice ISM manufacturier aux Etats-Unis à seulement 49.

Et l'Europe?

L’information désagréable, c’est ce qui se passe en Europe. Prenons le classement par ordre de performance décroissant: l’Allemagne est en tête à 49,4 (ce qui n’est pas merveilleux, même si c’est mieux qu’aux Etats-Unis), suivie par les Pays-Bas à 48,7, l’Autriche à 48,2, l’Espagne à 48,1 et l’Italie à 47,3. Où est à la France? Elle arrive ensuite à 46,4, malgré un net rebond par rapport à avril, juste devant la Grèce, à 45,3 selon Markit (et non 43,1 comme indiqué sur le graphique).

Laissons à Chris Williamson, chef économiste à Markit, le soin de commenter ces chiffres, avec une petite note d’espoir et une autre plus inquiétante:

«Bien que l’industrie manufacturière de l’eurozone continue de se détériorer, l’ampleur du ralentissement de la contraction constaté en mai est de nature à rassurer. (…) Les regards restent tournés vers la France où, depuis le début de l’année, la contraction est plus rapide qu’en Italie ou en Espagne.»

Ceux qui manifestent publiquement leur inquiétude concernant l’industrie française n’ont malheureusement pas tort.

Gérard Horny

Newsletters

J'ai découvert une entreprise qui ne cherche pas à grossir à tout prix, et ça m'a fascinée

J'ai découvert une entreprise qui ne cherche pas à grossir à tout prix, et ça m'a fascinée

Une marque a besoin de trouver un équilibre économique, pas forcément de devenir leader d'un marché.

Pourquoi l'hôtellerie-restauration ne séduit plus les travailleurs

Pourquoi l'hôtellerie-restauration ne séduit plus les travailleurs

Si les hôtels et les restaurants ont rouvert après de longs mois de fermeture, le secteur a du bien du mal à recruter. Les négociations à venir pourraient entraîner une revalorisation des salaires.

Au Royaume-Uni, les pénuries font craindre un nouvel Hiver du mécontentement

Au Royaume-Uni, les pénuries font craindre un nouvel Hiver du mécontentement

Ces derniers jours, le manque d'essence et de biens de consommation a semé un vent de panique en Angleterre. Des événements qui ne sont pas sans rappeler la période 1978-1979. 

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio