Tech & internet / Économie

Anniversaire de l'entrée en bourse de Facebook: il valait mieux investir dans Yahoo ou AOL

Temps de lecture : 2 min

Statista

Cette année devait être celle de Facebook. Il y a un an exactement ce samedi 18 mai, le réseau social entrait en bourse, offrant des actions à 38 dollars dans une des plus grosses introductions en bourse de l’histoire du secteur technologique. Mais le prix a commencé à chuter presque immédiatement, et est aujourd’hui à 26 dollars par action, ce qui signifie que les investisseurs initiaux de l’entreprise ont perdu un tiers de ce qu’ils avaient investi.

Dans quelles autres entreprises technologiques auraient-ils dû investir à la place? Certaines des plus grosses boîtes de ces dernières années, comme Google et Amazon, ont vu une augmentation solide et régulière de leur cours de bourse depuis que Facebook est arrivée sur le marché. Mais comme le souligne le portail d’études de marché allemand Statista, il y a au moins deux géants de l’Internet qui ont été plus performants cette année, et ce ne sont pas ceux auxquels vous vous attendez.

AOL a vu son cours bondir, passant de 26 dollars par action en mai 2012 à plus de 37 dollars aujourd’hui, soit presque exactement le contraire de l’évolution des actions de Facebook. Un autre dinosaure, Yahoo, s’en est encore mieux sorti, passant de 15 dollars l’année dernière à plus de 26 dollars aujourd’hui. Si vous aviez eu la prévoyance d’acheter des actions de ces deux entreprises au lieu de celles de Facebook il y a un an, félicitations: vous avez gagné le droit de faire la fête comme si c’était 1999.

Dans le cas d’AOL, la tentative du PDG Tim Armstrong de réinventer l’entreprise comme un média soutenu par la publicité a enfin montré des signes encourageants au cours de l’année écoulée. Pendant ce temps, l’entreprise continue on ne sait pas trop comment de ramasser un demi-milliard de dollars chaque année grâce aux abonnements à Internet par ligne commutée (modem), ce qui suffit à compenser les pertes de ses autres services.

Du côté de Yahoo, la PDG Marissa Mayer a lancé une reconversion qui pourrait s’avérer plus durable. Elle a réussi à remanier une culture d’entreprise moribonde en rachetant des startups en vogue, en faisant venir des stars talentueuses et en traquant les employés qui utilisaient l’excuse du «je travaille de chez moi» pour ne rien faire. Sa révolution anti-télétravail lui a attiré de nombreuses critiques, mais elle semble fonctionner.

Après avoir été tout près de devenir une blague récurrente, Yahoo est de retour à la une des médias pour ses paris osés plutôt que pour ses recettes mollassonnes ou ses polémiques de leadership. Aujourd’hui, on en parle à cause de rumeurs de rachat de Tumblr.

A ce sujet, AllThingsD se posait la question de savoir si Yahoo allait essayer de redevenir cool en achetant la plateforme de blog newyorkaise, qui est particulièrement populaire chez les adolescents et les jeunes.

C’est peut-être exagéré. Ce n’est pas comme si détenir Hulu faisait de NBC, de Fox ou de Disney-ABC des marques à nouveau cools. Mais cela en fait des acteurs-clé dans un nouveau marché émergent qui aurait pu au contraire menacer leur activité existante.

Acheter des entreprises comme Tumblr pourrait avoir le même effet pour Yahoo. Yahoo ne redeviendra peut-être jamais cool (d’ailleurs, l’a-t-il jamais été?), mais il a déjà réussi quelque chose d’encore mieux. Il compte à nouveau.

Will Oremus

Traduit par Grégoire Fleurot

Newsletters

Un algorithme pourrait-il prédire les nouvelles vagues de Covid-19?

Un algorithme pourrait-il prédire les nouvelles vagues de Covid-19?

Des scientifiques développent un algorithme utilisant les réseaux sociaux et d'autres données pour prévoir l'évolution de l'épidémie.

Quatre façons de prolonger la durée de vie de vos appareils technologiques

Quatre façons de prolonger la durée de vie de vos appareils technologiques

En cette période de récession provoquée par la pandémie de Covid-19, il est plus important que jamais de prendre soin de nos smartphones et ordinateurs.

Une université travaillant sur le Covid-19 se fait hacker et paie 1.140.000$

Une université travaillant sur le Covid-19 se fait hacker et paie 1.140.000$

L'Université de Californie à San Francisco, une institution de recherche médicale, a payé la rançon pour éviter une cyberattaque du groupe de hackers Netwalker.

Newsletters