Elections-US-2012USA 2012Economie

USA 2012: Après les 47% de Romney, les 30% de Ryan

Jamal El Hassani, mis à jour le 03.10.2012 à 14 h 38

Paul Ryan / Gage Skidmore via FlickrCC License by

Paul Ryan / Gage Skidmore via FlickrCC License by

A la veille du débat Romney-Obama, c’est une vidéo dont les Républicains se passeraient bien. Cet extrait, mis en ligne par Huffington Post, provient du discours de Paul Ryan lors du gala annuel de la fondation The American Spectator en novembre 2011. Le colistier de Mitt Romney y déclare que 70% des Américains «sont de centre-droit» et «veulent le rêve américain» tandis que les 30% restants «veulent l’Etat-providence».

Paul Ryan décrit tout d’abord la menace que l’assistanat fait planer sur les Etats-Unis:

«Nous pourrions bientôt devenir une société pour laquelle nous ne serions pas faits. Nous pourrions devenir une société où une nette majorité d’Américains seraient des preneurs, pas des faiseurs.»

Il assène ensuite une série de chiffres montrant la dépendance des Américains à l’Etat-providence honni par le camp républicain:

«20% des Américains reçoivent 75% de leurs revenus du gouvernement fédéral, ils sont dépendants. 20 autres pourcent des Américains reçoivent 40% de leurs revenus du gouvernement fédéral. Aujourd’hui, 70% des Américains reçoivent plus de prestations du gouvernement fédéral en dollar qu’ils n’en redonnent en payant leurs impôts.»

Viennent ensuite les fameux 30%:

«La bonne nouvelle, c’est qu’enquête après enquête, sondage après sondage, on voit toujours que nous sommes un pays de centre-droit à 70% contre 30%. 70% des Américains veulent le rêve américain, ils croient en l’idée américaine. Seulement 30% veulent leur Etat-providence.»

A propos de ceux qui dépendent des aides de l’Etat, il déclare:

«Au moins la moitié des gens qui se situent actuellement dans cette catégorie n’y sont pas par choix.»

Ce qui sous-entend que l’autre moitié dépend de l’Etat-providence parce qu'ils le veulent, remarque le Huffington Post.

Les 30% de Ryan font évidemment écho aux désorméis célèbres 47% de Mitt Romney. Lors d’un dîner avec de riches donateurs républicains inaccessible aux médias, se croyant à l’abri des caméras, il déclare:

«Il y a 47% de gens qui voteront pour le président quoi qu’il arrive. D’accord, il y a 47% qui sont avec lui, qui dépendent du gouvernement, qui croient qu’ils sont des victimes.»

Paul Ryan avait jugé sur Fox News «maladroite» la façon dont Mitt Romney s’était exprimé, rapporte les Echos. Le voilà à son tour dans l’embarras.

Jamal El Hassani
Jamal El Hassani (83 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte