Festival de Cannes

144 articles
Spike Lee, l'échec à Cannes et la batte de base-ball

Spike Lee, l'échec à Cannes et la batte de base-ball

Le cinéaste n'a toujours pas digéré l'absence de «Do the Right Thing» au palmarès 1989.

«Le Lac aux oies sauvages», imparable poème noir cauchemar et rose flashy

«Le Lac aux oies sauvages», imparable poème noir cauchemar et rose flashy

Le nouveau film de Diao Yinan joue avec virtuosité des codes du polar pour mieux esquisser un portrait halluciné de la réalité chinoise.

«It Must Be Heaven» ou la comédie comme ultime munition

«It Must Be Heaven» ou la comédie comme ultime munition

Le cinéaste palestinien Elia Suleiman retrouve son personnage burlesque et mutique pour mieux étendre aux dimensions de la planète ses étonnements navrés devant les tragédies de l'époque.

«Les Misérables» dans le violent labyrinthe de la cité

«Les Misérables» dans le violent labyrinthe de la cité

Saisissante adaptation des tensions accumulées dans les banlieues, le film de Ladj Ly compose une fresque virtuose, que son succès menace de transformer en machine spectaculaire simpliste.

«Atlantique», une épopée sorcière

«Atlantique», une épopée sorcière

Le premier film de Mati Diop invente une fantasmagorie qui, entre histoire d'amour fou, spectres et enquête policière, prend à bras-le-corps les violences et les injustices d'un continent.

«Bacurau», fresque cosmique et combattante

«Bacurau», fresque cosmique et combattante

Sensation du dernier Festival de Cannes, le film de Kleber Mendonça Filho et Juliano Dornelles s'inspire du western et des grandes peintures murales pour une fable chaleureuse et tonique.

Avec «Le Daim», à délirant, délirante et demie

Avec «Le Daim», à délirant, délirante et demie

Le nouveau film de Quentin Dupieux fabrique une fable absurde autour d'un serial killer obsessionnel et givré, invention nourrie d'une autre folie moins improbable, la pulsion créatrice.

«Les Particules», un autre monde à portée de jeunesse

«Les Particules», un autre monde à portée de jeunesse

Entre banalité du quotidien au lycée et expérience surnaturelle, le premier film du Suisse Blaise Harrison trouve sa place singulière dans le domaine très peuplé du cinéma de l'adolescence.

«Parasite» et l'art du chaos

«Parasite» et l'art du chaos

Couronné de la Palme d'or, le film de Bong Joon-ho associe drame, burlesque et fantastique pour évoquer avec une vigueur élégante et dérangeante un monde d'injustice et d'inégalités.

«Le Traître» dans la nuit de Cosa Nostra, et la pénible expérience «Mektoub»

«Le Traître» dans la nuit de Cosa Nostra, et la pénible expérience «Mektoub»

Le film de Marco Bellocchio reconstitue un épisode décisif de la lutte contre la Mafia, tandis qu'Abdellatif Kechiche plonge le public dans une interminable boucle bruyante et comateuse.

Les désarrois du «jeune Ahmed», contre les regrettables bonnes places de caméra

Les désarrois du «jeune Ahmed», contre les regrettables bonnes places de caméra

Le film de Jean-Pierre et Luc Dardenne affronte sans complaisance ni préjugé l'abîme de la radicalisation violente. Exemplaire d'une résistance au conformisme de la mise en scène.

«Les Siffleurs» et autres nouvelles de l'Est

«Les Siffleurs» et autres nouvelles de l'Est

Le film du Roumain Corneliu Porumboiu, en compétition, est le marqueur le plus visible d'une présence en pointillé des cinémas d'Europe orientale, souvent associés à des partenaires de l'Ouest.

La sorcière et la sainte, par les chemins de traverse

La sorcière et la sainte, par les chemins de traverse

«Zombi Child» de Bertrand Bonello, à La Quinzaine des réalisateurs, et «Jeanne» de Bruno Dumont, à Un certain regard, inventent des évocations sidérantes et très émouvantes de jeunes personnages féminins.

Croisette des esprits: bien réelle magie du cinéma

Croisette des esprits: bien réelle magie du cinéma

Venus du Brésil, du Sénégal, du Congo et de France, quatre films aussi remarquables que différents ont illuminé une journée d'une richesse merveilleuse, à tous les sens du mot.

Sur la Croisette, des sourires de toutes les couleurs

Sur la Croisette, des sourires de toutes les couleurs

Malgré leurs différences, les films d'ouverture des sélections cannoises jouent dans un registre peu courant dans les festivals, celui de l'humour. Mais il n'y a pas que les films d'ouverture...

«Une affaire de famille», bricolage de survie en or fin

«Une affaire de famille», bricolage de survie en or fin

Le nouveau film de Kore-eda accompagne avec verve et émotion les membres d'une «famille» précaire, mais inventant en marge des lois et des normes sa propre façon d'exister.

Silence, on mange!

Silence, on mange!

Le cinéma français n’aime rien tant que casser la croûte. À tel point que la cuisine et la gastronomie sont devenues un élément central de ses chefs-d’œuvre. Ou de ses navets.

Cannes 2018, jour 11: derniers feux de la Croisette et fils conducteurs

Cannes 2018, jour 11: derniers feux de la Croisette et fils conducteurs

Après la présentation des derniers films sélectionnés au Festival, vue d’ensemble sur certaines tendances d’une édition globalement réussie.

Cannes 2018, jour 10: l’Asie en force et en beauté

Cannes 2018, jour 10: l’Asie en force et en beauté

Dans l’inégal dynamisme des différentes régions que traduit le Festival de Cannes, l'Asie apparaît de nouveau comme la zone la plus fertile.

Cannes 2018, jour 9: loin de la compétition, les autres visages du Festival

Cannes 2018, jour 9: loin de la compétition, les autres visages du Festival

La diversité des films présentés, mais aussi la circulation des informations, les négociations et les réflexions participent de l’ADN de la plus grande manifestation de cinéma au monde.

Cannes 2018, jour 8: un film en enfer, l'autre dans le mur

Cannes 2018, jour 8: un film en enfer, l'autre dans le mur

Deux films que tout oppose se sont partagé les écrans du Palais des festivals: un conte moral en forme de film d’horreur, «The House That Jack Built» de Lars von Trier, et une fresque sans morale en forme de film social, «En guerre» de Stéphane Brizé.

Cannes 2018, jour 7: quatre regards très différents sur les crises actuelles

Cannes 2018, jour 7: quatre regards très différents sur les crises actuelles

Au Kurdistan contre Daech, en Syrie lors du début du soulèvement populaire, dans l'Amérique des suprémacistes blancs et de Donald Trump, plusieurs films cannois mettent en jeu par la fiction des zones de conflits contemporains.

Cannes 2018, jour 6: «Trois visages» et «Heureux comme Lazzaro», le cinéma comme voyage, miracle et évidence

Cannes 2018, jour 6: «Trois visages» et «Heureux comme Lazzaro», le cinéma comme voyage, miracle et évidence

Le film de Jafar Panahi construit autour de trois figures féminines un voyage dans l’histoire des mœurs et des représentations. Celui d’Alice Rohrwacher confronte à la noirceur du monde l’innocence d’un jeune paysan et la sensibilité du cinéma.

«Cassandro, the Exotico!» à Cannes, documentaire sur un catcheur cassé

«Cassandro, the Exotico!» à Cannes, documentaire sur un catcheur cassé

La réalisatrice française Marie Losier présente à Cannes un documentaire consacré au Mexicain Saúl «Cassandro» Armendáriz, célèbre catcheur gay qui fait les beaux jours de sa discipline depuis trente ans.

Cannes 2018, jour 5: sur le trapèze volant du «Livre d’image» de Jean-Luc Godard

Cannes 2018, jour 5: sur le trapèze volant du «Livre d’image» de Jean-Luc Godard

En écho à l’œuvre existante, le nouveau film invente un nouveau ton et de nouveaux chemins.

Cannes 2018, jour 4: «Les Éternels », film-monde mis en mouvement par une actrice hors-norme

Cannes 2018, jour 4: «Les Éternels », film-monde mis en mouvement par une actrice hors-norme

Le nouveau film de Jia Zhang-ke avec Zhao Tao raconte de manière incroyablement riche et vivante les mutations et les permanences de la Chine contemporaine.

Cannes 2018, jour 3: deux très beaux films d'amour et une succession de clichés

Cannes 2018, jour 3: deux très beaux films d'amour et une succession de clichés

Des trois films de la compétition officielle, les deux réussites ne sont pas celles qu’on attendait.

Cannes 2018, jour 2: quatre pas dans le réel (dont un faux-pas)

Cannes 2018, jour 2: quatre pas dans le réel (dont un faux-pas)

Documentaire, fiction, animation, pamphlet, en Ukraine, en Égypte, en Chine ou en Palestine, quatre films rendent compte de manières fort différentes des réalités actuelles ou passées.

Cannes 2018, jour 1: «Everybody Knows», film-machine

Cannes 2018, jour 1: «Everybody Knows», film-machine

Le film d’Asghar Farhadi remplit le contrat du film d’ouverture, avec une réalisation qui accuse les pesanteurs du cinéaste.

La mort de Pierre Rissient, gentleman globe-trotter du cinéma

La mort de Pierre Rissient, gentleman globe-trotter du cinéma

Disparu le 6 mai 2018 à 81 ans, il n’était ni une star ni un réalisateur célèbre. Pourtant il incarne toute une phase de l’histoire du cinéma.

Le Carlton, acteur à part entière du Festival de Cannes

Le Carlton, acteur à part entière du Festival de Cannes

À travers les aléas du temps, le Carlton a maintenu sa primauté, sa magie singulière, même quand le Palais des Festivals s’est déplacé au bout de la Croisette au début des années 1980.

Le plan secret de Macron pour ringardiser Mai 68

Le plan secret de Macron pour ringardiser Mai 68

Le gouvernement prépare activement la commémoration de Mai 68. Tous les ministères sont mis à contribution pour faire de mai 2018 un cinquantenaire inoubliable, avec deux mots d'ordre: être à la fois Mai 68 fever et startup nation. Révélations exclusives.

«La Caméra de Claire»: Huppert solaire

«La Caméra de Claire»: Huppert solaire

Le nouveau film de Hong Sang-soo est un conte alerte et inventif autour de deux femmes et des pouvoirs magiques et réels de l'image.

L'hôtel Martinez, ex «palace des crevards» de Canal+, réouvre ses portes sur la Croisette

L'hôtel Martinez, ex «palace des crevards» de Canal+, réouvre ses portes sur la Croisette

Fermé pour travaux, le palace réouvre ses portes à Cannes ce 5 mars. Ancien décor pour «Nulle part ailleurs» et le «Grand journal» pendant le festival, il a été racheté par le Qatar en 2013. Des anciens racontent l'âge d'or de cet hôtel si longtemps boudé par la télé.

«Vers la lumière», par le chemin des mots, pour toucher le soleil

«Vers la lumière», par le chemin des mots, pour toucher le soleil

Le nouveau film de Naomi Kawase est un mélodrame aux arrêtes vives, porté par deux personnages lumineux: celle qui décrit les images pour ceux qui ne voient pas et celui qui traverse l'obscurité pour retrouver le contact avec les sentiments.

La respiration vivante d’«En attendant les hirondelles»

La respiration vivante d’«En attendant les hirondelles»

Ce fut une des meilleures découvertes du dernier Festival de Cannes: en accompagnant trois récits, le premier long métrage de Karim Moussaoui explore en liberté l'état de l'Algérie actuelle.

«120 battements par minute», un film d'action pour aujourd'hui

«120 battements par minute», un film d'action pour aujourd'hui

Au plus près des corps comme des idées, le film de Robin Campillo, Grand Prix au dernier Festival de Cannes, raconte la geste d'Act Up avec émotion et une impressionnante énergie vitale.

«Le Jour d’après» de Hong Sang-soo, l'épopée du quotidien

«Le Jour d’après» de Hong Sang-soo, l'épopée du quotidien

Le nouveau film du prolifique réalisateur, un des rares joyaux de la récente compétition du Festival de Cannes, poursuit dans une tonalité sombre la puissante et paradoxale invention d'un marivaudage à la coréenne qui porte toute l'œuvre de ce cinéaste.

À Cannes, trop de films en liberté surveillée, et quelques belles découvertes

À Cannes, trop de films en liberté surveillée, et quelques belles découvertes

La déception globale concernant la compétition cannoise vient surtout de films qui, renonçant à leur liberté de mise en scène pour suivre des partis-pris formatés, privent aussi leurs spectateurs de liberté. Pourtant, à Un certain regard ou du côté de l'ACID, quelques heureuses rencontres.

Cannes, un grand festival… du documentaire français

Cannes, un grand festival… du documentaire français

C’est en tout cas un domaine pour lequel on pourra tirer un bilan très positif au terme de cette 70e édition. Les films signés Agnès Varda et JR, Claude Lanzmann, Barbet Schroeder, Raymond Depardon, Emmanuel Gras ou Mariana Otero multiplient les propositions passionnantes.

Newsletters