keynésianisme

12 articles
En économie, à la fin, ce sont les Allemands qui gagnent

En économie, à la fin, ce sont les Allemands qui gagnent

L'Europe se divise à nouveau entre les partisans du «keynésianisme» et des politiques de relance, et les «austéritaires», incarnés par l'Allemagne. Les résultats comparés des deux approches sont pour l'instant sans appel.

Le graphique qui démontre que les économistes ne débattent plus entre eux

Le graphique qui démontre que les économistes ne débattent plus entre eux

Jusque dans les années 60, les économistes débattaient entre eux dans les revues universitaires spécialisées, mais ça, c’était avant. Le site Dissident Voice, qui s’affiche comme faisant partie de la mouvance de la gauche radicale, publie un...

Etats-Unis, Japon, Europe: les gouvernements en panne

Etats-Unis, Japon, Europe: les gouvernements en panne

L'incapacité des pays développés à sortir pour de bon de la crise divise les économistes. Les uns y voient l'échec de la politique de relance monétaire. Les autres, l'effet de la baisse des salaires qui étouffe la reprise.

La France doit-elle imiter l’Angleterre et redécouvrir les vertus de Keynes?

La France doit-elle imiter l’Angleterre et redécouvrir les vertus de Keynes?

Alors que les conservateurs britanniques redécouvrent les vertus de leur économiste le plus célèbre, les socialistes français, eux, sont obligés d'appliquer une théorie et une pratique monétaire qui datent de l'époque de la République de Weimar.

Regardons le «Capitalisme»

Regardons le «Capitalisme»

Il s'adapte, se métamorphose, et semble ressortir victorieux de toutes les crises. Cet automne, pourtant, le capitalisme est à nouveau débattu publiquement. Dernière charge en date: une série documentaire, diffusée sur Arte à partir du 14 octobre. Décoiffante.

Manuel Valls, Premier ministre de l'Economie

Manuel Valls, Premier ministre de l'Economie

Il aura mis une semaine, le temps d'installer la confusion autour des 3% de déficit, mais le chef du gouvernement a annoncé un plan courageux. Qui a tout pour déplaire au Parti socialiste.

Manuel Valls, chef d'un gouvernement de combat contre le Parti socialiste

Manuel Valls, chef d'un gouvernement de combat contre le Parti socialiste

Il va falloir que François Hollande arrête de vouloir ménager les chèvres et les choux. Mais, si cet écueil est évité, si Hollande et Valls sont parfaitement d’accord sur la compétitivité et la rigueur, le couple peut prendre une posture de «vérité» et tenir un discours d’efforts aux Français.

François Hollande est au pied du mur. La France aussi

François Hollande est au pied du mur. La France aussi

Nous sommes arrivés au terme d'une longue lignée de présidents qui n'ont cessé d'évacuer les problèmes sous le tapis du déficit. François Hollande saura-t-il interrompre la série? Il a l'occasion de sortir du dilemme entre croissance et rigueur par le haut.

La discutable conversion économique de François Hollande

La discutable conversion économique de François Hollande

Le président de la République est un homme trop habile pour être cru sur parole, et il est nécessaire d’aller au-delà du discours général pour débusquer ce qui constitue encore les ambiguïtés et les non-dits de sa politique économique. Une tribune de Vincent Le Biez, de l'UMP.

Il va falloir s'y faire: l'«autre politique» est morte

Il va falloir s'y faire: l'«autre politique» est morte

Le tournant social-démocrate de François Hollande signe la mort d'une politique économique dite de gauche. Et si elle disparaît, c'est qu'elle a échoué, tant en France que dans tous les autres pays où elle a été essayée.

Comment François Hollande s'est mis à dos les économistes de gauche

Comment François Hollande s'est mis à dos les économistes de gauche

En déclarant que «l'offre crée la demande», le président français a clairement fait référence aux théories controversées de Jean-Baptiste Say, un des fondateurs de l'économie classique.

Désolé, mais Paul Krugman se trompe

Désolé, mais Paul Krugman se trompe

Le chroniqueur star du New York Times et prix Nobel d'économie n'a rien compris à l'Europe. Tribune d'Anders Åslund, économiste suédois.

Newsletters