cinéma iranien

10 articles
«Haut perchés», «Reza» et «Le Déserteur», trois bonnes surprises

«Haut perchés», «Reza» et «Le Déserteur», trois bonnes surprises

Parfaitement dissemblables, ces films français, iranien et nord-américain surgissent en même temps sur les écrans, et témoignent ensemble de l'inventivité du cinéma, un peu partout dans le monde.

«Je considère les plateaux de tournage comme des parcs d’attraction»

«Je considère les plateaux de tournage comme des parcs d’attraction»

Entre burlesque et horreur, le sixième long-métrage de Mani Haghighi dessine à traits incisifs l'état de son pays, et confirme sa place singulière dans le cinéma iranien.

«Les Versets de l’oubli» ou les aventures d'un héros de la mémoire

«Les Versets de l’oubli» ou les aventures d'un héros de la mémoire

Tourné au Chili, le premier film de l'iranien Alireza Khatami est un poème onirique déroulant ses images dans l'ombre de toutes les oppressions.

Cannes 2018, jour 1: «Everybody Knows», film-machine

Cannes 2018, jour 1: «Everybody Knows», film-machine

Le film d’Asghar Farhadi remplit le contrat du film d’ouverture, avec une réalisation qui accuse les pesanteurs du cinéaste.

«Taxi Téhéran»: un huis clos en mouvement, ouvert à l’infini

«Taxi Téhéran»: un huis clos en mouvement, ouvert à l’infini

Le cinéaste Jafar Pahani a de nouveau bravé l'interdiction de réaliser des films. Il offre, depuis l'habitacle d'un taxi, un voyage entre tragique et comique dans la société urbaine iranienne.

«Taxi» de Jafar Panahi, premier événement de la Berlinale

«Taxi» de Jafar Panahi, premier événement de la Berlinale

Le film occupe d’ores et déjà une place singulière dans la sélection, et c’est aussi le seul dont il est assuré que son réalisateur n’assistera pas à la projection officielle, encore sous le coup d’une interdiction de quitter l’Iran.

Cannes 2013, jour 3: oublions «Le Passé», célébrons Jia Zhang-ke

Cannes 2013, jour 3: oublions «Le Passé», célébrons Jia Zhang-ke

Si l'on passera rapidement sur le film manipulateur d'Asghar Farhadi, il faut faire l'éloge du complexe et vibrant «Touch of Sin» du réalisateur chinois. Son meilleur film.

«Une famille respectable», de Massoud Bakhsi: l'Iran a une histoire

«Une famille respectable», de Massoud Bakhsi: l'Iran a une histoire

Avec ce premier film, le réalisateur nous offre un film noir et hanté.

«A propos d’Elly», la mer à boire [épisode 12]

«A propos d’Elly», la mer à boire [épisode 12]

L'été dernier, Slate vous avait proposé un tour de France des films de vacances, de Tati à Podalydès en passant par Rohmer. Cette année, nous avons cassé notre tirelire pour vous offrir un tour du monde en vingt-et-une destinations, auta...

Ceci n'est pas le printemps du cinéma iranien

Ceci n'est pas le printemps du cinéma iranien

Entendons-nous bien: «Ceci n’est pas un film» de Jafar Panahi est sûrement le plus accompli des nombreux films iraniens sortis en France cette année. Mais cette qualité et cette quantité donnent une idée trompeuse de la situation dans le pays.

Newsletters