Opep

22 articles
Voilà ce que l'accord de l’Opep va changer dans votre vie

Voilà ce que l'accord de l’Opep va changer dans votre vie

Les prix à la pompe ne changeront peut-être pas beaucoup, mais cela aura un impact politique.

Pour une économie mondiale en meilleure santé, il faudra payer le pétrole plus cher

Pour une économie mondiale en meilleure santé, il faudra payer le pétrole plus cher

Des cours trop bas du pétrole ne sont pas, à terme, un moteur pour la croissance mondiale. Les enjeux géopolitiques peuvent prendre le pas sur les logiques économiques, mais pendant combien de temps?

L'Opep survivra-t-elle au conflit entre l'Arabie saoudite et l'Iran?

L'Opep survivra-t-elle au conflit entre l'Arabie saoudite et l'Iran?

Les pays exportateurs de pétrole paient cher le conflit entre les deux puissances rivales et l’organisation, qui représente le tiers de la production mondiale, échoue dans son rôle de régulation.

Le pétrole atteint son prix le plus bas depuis 2004, voici pourquoi

Le pétrole atteint son prix le plus bas depuis 2004, voici pourquoi

Passé à certains endroits sous la barre symbolique de 1€/L, l’essence est de moins en moins chère.

Le pétrole a tout actuellement pour rester moins cher longtemps

Le pétrole a tout actuellement pour rester moins cher longtemps

Les stratégies de conquête des grands opérateurs modifient les équilibres entre l'offre et la demande de pétrole. Face à cette tendance de fond, le marché devrait rester abondamment approvisionné, et les cours de l'or noir pourraient se maintenir autour de leur niveau actuel.

Accord iranien: le pétrole ne coulera pas à flots

Accord iranien: le pétrole ne coulera pas à flots

L'accord conclu entre l'Iran et le groupe des 5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, Royaume-Uni, France et Allemagne) offre les allègements de sanctions demandés par Téhéran. Il ne va pourtant pas se traduire à court terme par une ruée des investisseurs ni par un raz-de-marée du pétrole iranien sur les marchés.

La baisse du prix du pétrole ne fait pas que des heureux

La baisse du prix du pétrole ne fait pas que des heureux

La Chine en profite, la France aussi. Mais la chute des cours commence à avoir de sérieux effets.

Pétrole: vive la loi de l’offre et de la demande

Pétrole: vive la loi de l’offre et de la demande

Plus de pouvoir d’achat, plus de croissance, l’affaiblissement de l’Opep et de la Russie: la baisse spectaculaire des cours du baril est une bénédiction.

Comment la géopolitique du pétrole explique la crise en Irak

Comment la géopolitique du pétrole explique la crise en Irak

Les sunnites veulent se réapproprier des richesses qui leur échappent au bénéfice des chiites. Mais les djihadistes de l'EIIL comme les Kurdes et le pouvoir de Bagdad ont intérêt à maintenir les installations pétrolières en état de fonctionner. Au moins aussi longtemps que chaque camp espère l’emporter...

Non, le prix du pétrole ne baissera pas!

Non, le prix du pétrole ne baissera pas!

Face à la perspective d’un afflux de pétrole sur le marché mondial, l’Arabie saoudite joue le rôle de régulateur. Avec un objectif: stabiliser le prix du baril autour de 100 dollars. Tant pis pour les consommateurs.

La Syrie ne fait pas chauffer le pétrole

La Syrie ne fait pas chauffer le pétrole

Les menaces de conflit et les conflits au Moyen-Orient nous avaient habitués à voir les cours du brut s'envoler. Ce n'est pas le cas aujourd'hui. Pourquoi la donne a-t-elle changé?

Le pétrole américain menace l'Arabie saoudite

Le pétrole américain menace l'Arabie saoudite

Le boom pétrolier américain à venir est une mauvaise nouvelle pour l'Arabie saoudite. La façon de réagir du royaume pourrait bien conditionner sa survie.

L'OPEP a ramassé en 2012 plus de mille milliards de dollars

L'OPEP a ramassé en 2012 plus de mille milliards de dollars

L'année 2012 a été particulièrement faste pour les pays de l'OPEP. Les revenus issus des exportations de pétrole des 12 membres du cartel parmi lesquels on trouve notamment l'Arabie Saoudite, l'Irak, l'Iran, le Venezuela, le Qatar, le Koweit… ont...

Les Etats-Unis vont-ils rejoindre l’Opep?

Les Etats-Unis vont-ils rejoindre l’Opep?

Les Etats-Unis seront exportateurs nets de pétrole dans vingt ans, comme l’Iran, l’Irak, le Venezuela et les autres pays de l’Opep. Ce n'est pas pour autant qu'ils rejoindront l'organisation...

Julian Assange. L’Equateur: petit pays, grandes ambitions

Julian Assange. L’Equateur: petit pays, grandes ambitions

En accordant l’asile politique au fondateur de Wikileaks, le président équatorien Rafael Correa défie à la fois la Suède, le Royaume Uni et les Etats-Unis. Pas mal pour ce petit pays d’Amérique latine de 14 millions d’habitants, pesant peu, a priori, sur la scène internationale.

L’hypothèse d’une défaite de Chávez

L’hypothèse d’une défaite de Chávez

L'opposition vénézuélienne s'est choisie un candidat unique pour affronter Chávez en octobre: Henrique Capriles Radonski. Une menace pour le président socialiste en poste depuis 13 ans, toujours favori des sondages mais affaibli par son cancer.

L'Arabie saoudite, le royaume des mirages

L'Arabie saoudite, le royaume des mirages

Largement considérée comme un État-providence d’une incroyable richesse, l’Arabie saoudite est en fait une véritable bombe à retardement économique.

Iran: un chef des Gardiens de la révolution prend la tête de l'Opep

Iran: un chef des Gardiens de la révolution prend la tête de l'Opep

Un général iranien des Gardiens de la révolution (Pasdaran) sous le coup sanctions internationales vient de prendre la tête de l’Organisation des pays exportateurs de ...

La hausse du pétrole n’a rien à voir avec la situation en Libye

La hausse du pétrole n’a rien à voir avec la situation en Libye

La hausse de la demande mondiale est le seul vrai facteur d’influence sur le cours du Brut. Les effets du printemps arabes n’interviennent pour l’instant qu’en toile de fond.

Les révolutions arabes ménagent les intérêts pétroliers

Les révolutions arabes ménagent les intérêts pétroliers

Les marchés pétroliers s'affolent de la guerre civile libyenne. Mais la chute des dictatures ne serait pas forcément une mauvaise nouvelle pour la stabilité à terme des marchés.

Newsletters