Culture

«À la croisée des mondes», saison 1 épisode 7: «Combat à outrance», récap et analyse

Temps de lecture : 5 min

[ATTENTION SPOILERS] Toutes les questions que l'on se pose après le septième épisode d'«À la croisée des mondes» (et toutes nos réponses).

Lyra s'agenouille devant le roi Iofur –plus pour longtemps. | Capture d'écran via YouTube
Lyra s'agenouille devant le roi Iofur –plus pour longtemps. | Capture d'écran via YouTube

Avis aux fans de fantasy (et aux non-initié·es): l'adaptation du roman À la croisée des mondes a démarré le 5 novembre. Chaque semaine durant la diffusion de cette première saison, on analyse les épisodes et on vous aide à y voir plus clair. Si vous avez des questions, vous pouvez nous écrire sur Twitter. On y répondra peut-être la semaine suivante!

Pourquoi le roi Iofur croit-il Lyra aussi facilement?

Généralement, il est impossible de duper un ours: c'est comme si l'espèce était immunisée contre le mensonge. Mais Iofur n'est pas digne d'être un ours –on l'avait déjà vu lors de sa rencontre avec Mrs. Coulter.

Son plus grand souhait est de ressembler aux êtres humains, c'est pour ça qu'il veut être baptisé par le Magisterium et même avoir un dæmon. Son obsession est telle que décrite dans le livre: il fait semblant d'avoir un dæmon, qui est en fait une poupée de chiffon habillée comme Mrs. Coulter.

Dès que Lyra apprend la faiblesse de Iofur, elle en profite pour se faire passer pour un dæmon et lui offrir ses services. Elle espère qu'en provoquant un duel entre lui et Iorek, elle sauvera la peau de son ours préféré. Comme l'obsession de Iofur pour les êtres humains a émoussé ses capacités d'ours, il se laisse facilement berner par Lyra et accepte sa proposition.

On postule où, pour être le dæmon de Iorek?

Vu la crise des médias, je songe sérieusement à une reconversion.

Est-ce que Iofur a mangé la souris d'agneau la plus grosse de l'histoire pour fabriquer son trône?


Capture d'écran.

J'ai faim.

C'est normal que les ours en armure… retirent leur armure pour se battre?

Non, ça n'a aucun sens. Déjà parce que, comme on a pu s'en apercevoir dans l'épisode à Trollesund, un ours sans armure n'a aucune dignité. C'est comme s'il avait perdu son âme, sa raison d'être, car dans cet univers, les Panserbjørne sont un peuple de guerriers.

Et puis, corrigez-moi si j'ai tort, mais les armures servent à se battre, non? C'est quoi l'intérêt de les retirer juste avant un combat? On peut ajouter cette incohérence à la liste de plus en plus longue des décisions absurdes prises par les scénaristes de la série.

Et c'est aussi normal que la scène de duel entre Iofur et Iorek ne dure que 15 secondes et demie?

Non, ça n'a aucun sens non plus. Il s'agit de l'une des scènes les plus cruciales du livre, et clairement de la plus impressionnante en matière d'action. Dans le livre, le duel se transforme en cérémonie spectaculaire, organisée à l'extérieur du palais devant tous les ours du royaume –alors que dans la série, c'est devant cinq pauvres gardes.

Le fait que l'affrontement entre les deux ours s'achève en arrière-plan, avec un focus sur le visage de Lyra, traduit surtout une impossibilité de retranscrire cette bataille visuellement.


Capture d'écran.

Il devient de plus en plus clair que la plupart des choix scénaristiques et visuels de la série ont été faits en réaction aux limites imposées par le budget et les effets spéciaux. Résultat: ce qui aurait dû être un duel spectaculaire entre deux guerriers en armure se transforme en une courte succession de roulades.

Dans le livre, Iorek fait semblant d'être blessé avant de se jeter au dernier moment sur son adversaire, trop occupé à se pavaner –désolée de ramener Game of Thrones dans cette histoire, mais c'est un revirement assez similaire à la scène de combat entre Oberyn et La Montagne. La fin du combat est particulièrement brutale. Iorek arrache la mâchoire de Iofur puis, une fois qu'il l'a tué, il ouvre sa carcasse, arrache son cœur et le mange devant la foule de sujets rassemblés pour le duel.

Oui, c'est très violent, mais c'est aussi un moment époustouflant qui illustre la culture primitive des ours. L'épisode s'appelle quand même «Combat à outrance», les gars… C'est censé être la pièce centrale de l'épisode, alors pourquoi on passe plus de temps à nous montrer une conversation entre Mrs. Coulter et Père McPhail dans un hangar?

Pourquoi Iofur enlève-t-il son casque pour parler à Lyra?


Capture d'écran.

Ça n'a aucun sens!!! C'est comme si un roi enlevait sa couronne pour parler à ses courtisans!

Elle n'a pas froid, Serafina?


Capture d'écran.

Eh non, c'est l'un des nombreux pouvoirs des sorcières dans cet univers: elles ne craignent pas le froid. C'est même en étant aussi peu vêtues qu'elles peuvent ressentir plus profondément leur environnement et être en communion avec la nature.

À la fin de l'épisode, Iorek dit à Lyra: «Tu fais partie des nôtres.» Du coup, Lyra est un ours?

Non, pas du tout. Encore une preuve que Jack Thorne n'a pas très bien compris l'univers qu'il décrit. Iorek vient de tuer Iofur parce qu'il n'est pas un «vrai» ours et qu'il se préoccupe trop des affaires humaines, mais dit à Lyra qu'elle fait partie des leurs? Cela n'a aucune logique.

Dans le livre, Iorek surnomme Lyra «Parle d'Or» lorsqu'il arrive à Svalbard et qu'il apprend, impressionné, la ruse de Lyra. Mais à aucun moment il ne lui donne un titre d'ours honorifique, on va se calmer.

Pourquoi la série transforme-t-elle le royaume des ours en royaume des Bisounours?

Un autre choix étrange de la part des scénaristes: dans les livres, le roi Iofur a une fascination pour l'or, les bijoux et les joyaux –une obsession très humaine, qui rappelle le goût pour les métaux précieux et les ornements de certaines branches de l'Église. Lorsque Iorek reprend son trône, il intime à ses sujets de se débarrasser de toutes ces joailleries superflues, qui n'ont rien à faire dans leur culture.

La série, bizarrement, a remplacé les bijoux par… la violence. Le palais n'est pas orné d'or mais d'os et de morceaux de chair. Lorsque Iorek gagne le combat, il annonce à son peuple qu'il compte mettre fin à la violence. Alors qu'il vient de tuer son rival. Et qu'il est un ours en armure, pour qui la guerre est une seconde nature. Ça n'a… aucun sens.

Pourquoi Asriel panique lorsqu'il voit Lyra mais se détend lorsqu'il voit Roger?

On le découvrira dans le final… TAMTAMTAM.

En vrac

– En fait, cette série devrait être écrite par Marisa. Elle, au moins, elle a le sens du drame et de l'emphase.


Capture d'écran.

– Cela devient de plus en plus évident: même les fabuleux manteaux de Marisa Coulter ne parviendront pas à sauver les incohérences de cette série.

– Très pratique et serviable le chat de Will, sur lequel l'espion trébuche. On pourrait presque dire que c'est... son dæmon.


Capture d'écran.

– Même si c'était accidentel, Will a donc tué un homme. C'est pour ça qu'à la fin de l'épisode, il part en cavale, effrayé d'attirer des ennuis à sa mère. Où ira-t-il? La réponse dans le prochain épisode, voire la prochaine saison.

– Il est quand même très sympa, le coach de Will.

– Marisa a ordonné le meurtre de dizaines d'enfants pour ses recherches, mais visiblement, tuer quelqu'un à mains nues lui semble encore insurmontable.

– Il y a au moins une chose que cette série réussit très bien: les scènes de câlins.

– La scène de rupture entre Marisa et Lord Asriel a dû être encore plus intense que celle de Marriage Story.



Captures d'écran.

Pour info: le dernier épisode de la série est diffusé le 24 décembre, mais le récap sera sans doute publié quelques jours plus tard, histoire de vous laisser le temps de vous remettre après les fêtes.

Newsletters

En attendant le retour des concerts, les podcasts à écouter par genre musical

En attendant le retour des concerts, les podcasts à écouter par genre musical

À défaut de sauter dans des salles humides ou de déguster une galette-saucisse en festival, cette sélection devrait combler vos oreilles mélomanes.

Quand le Covid-19 fera son entrée au musée

Quand le Covid-19 fera son entrée au musée

Alors que la pandémie a contraint les institutions culturelles du monde entier à fermer leurs portes, certaines s'affairent à collecter objets, photos et témoignages qui serviront à raconter son histoire.

«Wind of Change» de Scorpions, la CIA et la propagande par la pop

«Wind of Change» de Scorpions, la CIA et la propagande par la pop

On pourrait penser que la diplomatie par la culture n'a plus d'impact dans un monde où la musique circule partout. Pourtant, l'usage de cette dernière comme arme politique reste efficace.

Newsletters