Culture

«À la croisée des mondes» saison 1, épisode 4: «L'Armure», récap et analyse

Temps de lecture : 8 min

[ATTENTION SPOILERS] Toutes les questions que l'on se pose après le quatrième épisode d'«À la croisée des mondes» (et toutes nos réponses).

Iorek Byrnison, du peuple des ours en armure, a une dette envers Lyra. | Capture d'écran via YouTube
Iorek Byrnison, du peuple des ours en armure, a une dette envers Lyra. | Capture d'écran via YouTube

Avis aux fans de fantasy (et aux non-initié·es): l'adaptation du roman À la croisée des mondes a démarré le 5 novembre. Chaque semaine durant la diffusion de cette première saison, on analysera les épisodes et on vous aidera à y voir plus clair. Si vous avez des questions, vous pouvez nous écrire sur Twitter. On y répondra peut-être la semaine suivante!

Il était cool cet épisode, non?

C'était clairement le meilleur depuis le début de la saison, et ce n'est pas très surprenant: dans les livres, le début est la partie la plus ennuyeuse. Les scénaristes ont fait de leur mieux pour pimenter l'intrigue des premiers épisodes, avec des scènes d'action très réussies dans l'appartement de Mrs. Coulter. Mais c'est lorsque Lyra arrive dans le Nord que les vraies aventures commencent.

On sent ce changement de ton dès la première scène, quand Lee Scoresby flotte dans les airs et fredonne gaiement avec son lièvre (ou plutôt sa hase, eh oui vous avez appris un nouveau mot). Entre les ours qui parlent, les sorcières, et l'aéronaute accompagné d'une hase nommée Hester... On a enfin l'impression d'entrer dans un vrai univers de fantasy –et c'est pour ça qu'on est là, non?


Capture d'écran.

Où se situe l'action de ce nouvel épisode?

À Trollesund, dans le Nord (en Laponie, pour être précis). Dans l'univers de Lyra, le Nord est un lieu d'exploration: Lord Asriel, Mrs. Coulter ou encore Stanislaus Grumman y ont mené des expéditions scientifiques. C'est aussi un endroit beaucoup plus merveilleux que Londres ou Oxford, avec non seulement des sorcières et des panserbjørne (les ours en armure), mais aussi des Tartares, de nombreuses créatures fantastiques et des esprits mystérieux. C'est une région reculée qui échappe en partie au contrôle du Magisterium, c'est pourquoi il peut s'y passer des choses étranges (et cela pourrait expliquer pourquoi Mrs. Coulter y mène ses expérimentations, à l'abri des regards).

Est-ce-que Pantalaimon peut uniquement se changer en petits animaux?

Normalement non; dans les livres, il se change parfois en dragon ou en léopard quand il veut intimider. Pour l'instant, les producteurs ne l'ont montré que sous la forme d'animaux plus petits, peut-être pour ne pas user toutes leurs cartouches, ou peut-être parce que ça coûte trop cher (c'est la raison donnée par HBO pour justifier la disparition des loups de Game of Thrones). Mais tant que Pan reste aussi mimi en hermine ou en renard des neiges, on ne va pas s'en plaindre.

On en pense quoi de la performance de Lin Manuel Miranda?

Il faut l'avouer, au début Lin Manuel Miranda semblait être la seule fausse note d'un casting impeccable. Son accent texan est assez aléatoire, et sa manière de réciter les répliques un peu mécanique... Mais on s'y fait. Avec Hester, il amène à la série une petite touche de fantaisie, et comme l'intrigue ne va faire que s'assombrir, il nous offrira peut-être un répit bienvenu dans les épisodes à venir. On espère juste qu'il ne va pas se mettre à faire du freestyle à Bolvangar.

Est-ce que Farder Coram vous a déchiré le cœur en parlant de Serafina Pekkala?

Quel choupi d'amour. En quelques regards dévastateurs, l'excellent James Cosmo nous fait ressentir toute la douleur de Farder Coram lorsqu'il se remémore la perte de son fils. Dans la série, il explique que sa relation avec Serafina s'est terminée à cause de la douleur provoquée par ce deuil. Dans les livres, c'est un peu plus pragmatique: Serafina a surtout dû partir car elle est devenue reine de son clan.


Capture d'écran.

Les sorcières vieillissent aussi beaucoup plus lentement que les humains, leurs relations amoureuses avec des hommes sont donc fugaces et vouées à l'échec. Dans les livres, c'est Serafina qui explique tout ça à Lyra, mais la série a choisi de se reposer sur la performance déchirante de James Cosmo –et ça fonctionne très bien.

Est-ce qu'on peut parler de Iorek??!!!!


Capture d'écran.

Il est poilu, il est grognon, et il est pas là pour déconner: c'est Iorek Byrnison, un des meilleurs personnages d'ALCDM. Forcément, tous les fans des livres attendaient son arrivée avec impatience, et il n'a pas déçu. Iorek appartient au peuple des panserbjørne, des ours en armure. Leur armure est un peu comme un dæmon: sans elle, ils sont amoindris et n'ont plus de véritable identité.

Quand on rencontre Iorek, il est déshonoré et s'est fait voler son armure par des humains qui l'ont fait boire et l'ont piégé. Depuis, il est forcé de travailler pour eux. Si Iorek est si précieux pour les humains, c'est parce que les panserbjørne savent manier le métal grâce à leurs pouces opposables et leur grande dextérité. Mais ce sont aussi des guerriers par nature, c'est donc particulièrement triste et humiliant pour Iorek d'être domestiqué de la sorte. Heureusement, ça n'a pas duré longtemps.

Est-ce que Iorek est du côté des gentils ou des méchants?

Les ours en armure ne se préoccupent pas de politique, comme Farder Coram l'explique dans le livre: «Ils sont dans le camp de ceux qui les paient.» Cependant, ils ont un code de l'honneur très strict et tiennent toujours leur parole (dans les livres, Iorek insiste même pour terminer sa journée de travail avant d'aller tuer tout le monde pour récupérer son armure: un vrai employé modèle!). Comme Lyra lui a rendu service, il a une dette envers elle, c'est pourquoi il s'engage à l'aider. Et aussi parce qu'il est trop cool.

Qui est l'autre ours qu'on voit à la fin de l'épisode?

Il s'agit de Iofur Raknison, le nouveau roi des ours –en réalité, un monarque fantoche installé au pouvoir par Marisa Coulter pour servir ses propres intérêts. Comme on le découvre dans cet épisode, il est très vaniteux (et complètement ridicule dans son armure). Contrairement au reste des ours, Iofur est très impliqué dans la vie des humain·es, et va même jusqu'à les envier: il rêve d'avoir un dæmon, et d'être baptisé. Dans un sens, il représente la même fièvre religieuse que le Magisterium.

Qu'allait dire le singe de Marisa avant qu'elle ne lui mette un stop?


Capture d'écran.

Libérez la parole du singe de Marisa Coulter!

C'est quoi l'intercision?

Encore un nouveau concept pour cette série qui nous pond de nouvelles informations toutes les cinq minutes: le docteur Lanselius, Consul des sorcières, prononce le mot «intercision» pour décrire les expériences que mène Mrs. Coulter sur les enfants kidnappé·es. Iorek, lui, parle de «child cutters», ou «découpeurs d'enfants». Mais aucun des deux n'explique vraiment en quoi ce procédé consiste, et tout ce qu'on sait pour l'instant, c'est que la Station où ont été emmené·es les enfants se trouve à Bolvangar, un nom qui signifie «les champs du mal» (sympa). Il faudra donc patienter encore un peu pour découvrir quel sombre destin Mrs. Coulter a réservé à Billy Costa, Roger et les autres.

Pourquoi est-ce que Lyra continue de sortir son aléthiomètre en public en toute décontraction?

C'est comme sortir un billet de 500 euros dans la rue, vaut mieux éviter quand même!!

Qui est Fra Pavel?


Capture d'écran.

C'est le méchant très méchant qu'on a déjà vu discuter avec Lord Boreal dans l'épisode précédent. C'est un aléthiométriste; comme son nom l'indique, il sait lire les aléthiomètres (mais pas aussi rapidement que Lyra, puisqu'il dit à Marisa que cela pourrait lui prendre des semaines pour trouver la réponse à une seule question).

Et visiblement, il est aussi sinistre que le reste des hommes du Magisterium, puisque Lord Boreal le menace de révéler au grand jour ses «penchants répugnants» (on ne sait pas de quoi il parle exactement, mais vu que le Magisterium est un équivalent de l'Église catholique, on vous laisse faire les maths). Les gens qui pensent que la série n'est pas assez critique envers la religion… Je ne sais pas ce qu'il vous faut de plus.

Pourquoi le dæmon de Serafina peut se pointer à Trollesund sans elle?

Toutes les sorcières ont le pouvoir de s'éloigner physiquement de leur dæmon. Lorsqu'elles atteignent la majorité, afin de devenir sorcières, elles doivent traverser une terre reculée dans laquelle leurs dæmons ne peuvent pas se rendre. C'est grâce à ce rituel qu'elles ont ensuite la capacité d'être séparées de leurs dæmons sur de très longues distances.

Qui est Lyra??

C'est la question sur toutes les lèvres dans cet épisode: même Mrs. Coulter semble déroutée par l'identité de sa propre fille. Évidemment, elle connaît très bien les origines de Lyra, mais ce qu'elle veut savoir, c'est plutôt quels sont ses pouvoirs, et quelle est sa destinée.

On en avait déjà eu un premier indice dans le pilote, lorsque le maître de Jordan a expliqué à un érudit que Lyra était spéciale et allait commettre une grande trahison. Dans ce nouvel épisode, Farder Coram parle d'une prophétie que lui a raconté Serafina, sur un·e enfant élu·e qui pourrait être Lyra. Effectivement, les sorcières parlent de Lyra depuis des siècles, comme l'explique le docteur Lanselius dans le bouquin: «Elles ont parlé d'une enfant comme elle, qui a une grande destinée [...]. Sans cette enfant, nous mourrons tous. Mais elle doit accomplir cette destinée dans l'ignorance, car nous pourrons seulement être sauvés dans son ignorance.» Il explique ainsi «qu'elle doit être libre de commettre des erreurs. Nous devons espérer qu'elle n'en commette pas, mais nous ne pouvons pas la guider.»

Lyra est très clairement élue, mais pour faire quoi, et par quels moyens?On ne le saura pas tout de suite.

En vrac

– Le petit sourire en coin de Iorek à la fin de l'épisode a guéri mon anxiété, nettoyé ma peau et rallongé mon espérance de vie de quinze ans.


Capture d'écran.

– Cet épisode développe encore un peu plus l'idée que Mrs. Coulter exerce une fascination très puissante sur les hommes du Magisterium. Dans ce milieu très masculin, elle jure par ses tenues voyantes et glamour, et a certainement appris à utiliser ses atouts physiques à bon escient. Mais elle est aussi extrêmement intelligente: dans cet épisode, elle évite de se faire virer en annonçant au Père McPhail qu'elle tient Lord Asriel captif, et qu'elle contrôle les panserbjørne.

– Hester la hase est très impertinente, et je suis à 100% là pour ça. Vu ses petits commentaires bien sentis pendant la bagarre dans le saloon, elle serait parfaite pour entraîner Michael B. Jordan dans le prochain Creed.


Capture d'écran.

– En fait, Mrs. Coulter c'est dark Mrs. Maisel.


Capture d'écran.
Capture d'écran.

– Dans les livres Lyra est une excellente menteuse, et on voit enfin ce côté de sa personnalité lorsqu'elle désobéit à John Faa et ment à Lee Scoresby pour le convaincre de travailler pour elle.

«Ça ne fait pas “un certain temps”. Ça fait trois ans.» Iorek: king of précision.

– Encore une référence visuelle (intentionnelle ou pas) à Game of Thrones: la scène où Lyra court à l'avant du bateau au tout début de l'épisode rappelle beaucoup Arya dans une scène similaire à la fin de la saison 4.

– Encore un mec qui tente un flex avec son dæmon-serpent.

Allez, je vous laisse car comme Iorek, «mon comportement est indigne d'un ours et je préfèrerais que vous partiez.»

Newsletters

Des idées de livres qui colleront à chaque membre de la famille

Des idées de livres qui colleront à chaque membre de la famille

Oncle «gilet jaune», grand-mère nostalgique, sœur lectrice de développement personnel, beau-père En Marche, cousine start-upeuse, ces livres feront plaisir et transmettront un message.

Ces séries et films faits par des femmes méritaient une place aux Golden Globes

Ces séries et films faits par des femmes méritaient une place aux Golden Globes

Aucune réalisatrice n'est nommée. Aucune scénariste non plus. Les femmes sont encore une fois les grandes absentes des Golden Globes 2020, et c'est une injustice évidente.

Pourquoi les romances télé de Noël séduisent tant les jeunes femmes modernes

Pourquoi les romances télé de Noël séduisent tant les jeunes femmes modernes

Ces productions sont pourtant pétries de conservatisme et d'anti-féminisme.

Newsletters