Culture

«Game of Thrones», saison 8, épisode 3: «La Longue Nuit», récap et analyse

Temps de lecture : 12 min

[ATTENTION SPOILERS] Toutes les questions que l'on se pose après l'épisode 3 de la saison 8 de «Game of Thrones» (et toutes nos réponses).

On a du mal à y voir quelque chose, non? | Capture d'écran via YouTube
On a du mal à y voir quelque chose, non? | Capture d'écran via YouTube

Ça y est, comme l'hiver, la saison 8 de Game of Thrones est enfin arrivée. Pendant les six semaines de sa diffusion, on analysera chaque nouvel épisode, et on vous aidera à y voir plus clair. D'ailleurs, si vous avez des questions, vous pouvez nous écrire sur Twitter, peut-être qu'on y répondra la semaine suivante!

ARYA!!!!!!!!!

Oui, on sait, c'est pas une question, mais il fallait que ça sorte. Entre la scène où elle se bat sur les remparts et celle où elle sauve littéralement l'humanité, jamais notre petite Stark ne nous a rendues aussi fières.

Bon alors, cette bataille… C'était aussi bien que ce qu'on avait imaginé?

Bah franchement, ouais. Et il s'agit d'une véritable prouesse pour une série qui manque sans cesse de s'écrouler sous les attentes complètement délirantes de son public. Ce n'est pas notre épisode préféré, ni le meilleur de la série, mais c'est un très bon volet –et c'est tout ce qu'on voulait.

Malgré les nombreuses théories et prédictions qui circulaient, on a eu droit à plusieurs surprises, dont le retour de notre femme-sangsue préférée, Mélisandre. La scène où elle enflamme les armes des Dothrakis était un petit triomphe, le premier moment d'espoir (et de lumière) dans un épisode qui joue sans cesse avec nos nerfs.

Les scénaristes ont été assez malins pour déjouer nos attentes comme celles des personnages: la bataille de Winterfell, c'est un peu la bataille où rien ne se passe comme prévu.

Les personnes qui se croyaient en sécurité dans la crypte se font surprendre par les morts; le fossé qui devait s'enflammer ne s'enflamme pas. Dans une scène silencieuse et terrifiante, les Dothrakis sont anéantis dès les premières minutes de l'épisode, alors qu'il s'agissait peut-être de l'armée la plus redoutable.

Et surtout, le Night King n'est tué ni par Jon et son épée, ni par Daenerys et son dragon, mais par Arya, qui lui saute dessus par derrière, ninja style, dans l'une des meilleures scènes de toute la série.

Game of Thrones renverse une nouvelle fois les codes narratifs habituels: alors que Jon, le héros apparent de l'histoire, est isolé et dépassé par les événements pendant tout l'épisode, c'est une femme qui nous offre les plus belles scènes d'action et qui finit par éliminer la menace –et non des moindres.

Est-ce que la scène de la bibliothèque vous a fait penser à celle de la cuisine dans «Jurassic Park»?

Sauf qu'au lieu des dinosaures, on a des zombies qui puent et qui vomissent leurs entrailles sur Arya.

Pourquoi les Marcheurs blancs étaient dans la bibliothèque, d'ailleurs?

Est-ce qu'ils espéraient y trouver l'intégrale de Cinquante nuances de Grey?

Bon, passons aux choses sérieuses. Qui est mort?

Finalement, on a perdu Edd, Lyanna Mormont, Béric Dondarrion, Théon, Jorah et Mélisandre. Et on avait beau s'attendre à la plupart de ces morts, toutes se sont avérées déchirantes, car elles étaient vraiment bien écrites et exécutées.

Lyanna Mormont, en plus d'être la fillette la plus stylée de la série, prouve tout son courage en réussissant à tuer un géant alors qu'il est en train de la tuer. QUELLE FEMME PETITE FILLE.

Capture d'écran

On a aussi sangloté à chaudes larmes lorsqu'on a découvert que Béric avait été ressuscité tant de fois pour pouvoir sauver Arya, elle qui était donc destinée à tuer le Night King. Comme Lyanna, Béric n'a pas eu beaucoup de scènes dans la série, mais sa mort héroïque était vraiment poignante, en plus d'être lourde de sens.

On s'est souvenues de tous les moments qu'Arya avait partagés avec lui depuis le début de la série, surtout dans la saison 2, lorsqu'elle faisait route avec la Fraternité sans bannières, à une époque où elle était encore très jeune, vulnérable et en quête de figure paternelle. La voir autant chamboulée par le sort de Béric et prête à tout pour le sauver nous rappelle l'humanité de la jeune femme, qu'elle semblait parfois avoir perdue.

Au grand désespoir des dermatos de Westeros, on a aussi perdu Jorah «allergique à la crème solaire» Mormont, mort dans les bras de Daenerys après l'avoir sauvée une dernière fois. Emilia Clarke est excellente dans cette scène, où on la voit plus bouleversée que jamais.

Quant à Mélisandre, elle a accompli son devoir (de manière vraiment stylée, qui plus est), et c'est donc presque avec soulagement qu'elle se laisse enfin mourir, dans une conclusion très poétique.

Mais on a gardé le plus triste pour la fin: bien entendu, on veut parler de Théon, petit ange parti trop tôt. Quand Bran le remercie pour son aide et lui dit qu'il est quelqu'un de bien, on a dû faire pause parce qu'on ne voyait plus rien à travers nos larmes. Et quand il s'est élancé contre le Night King, sachant très bien qu'il courait vers sa mort, on a poussé un râle tellement déchirant que nos voisins ont appelé la police.

Et maintenant, leur garde a pris fin.

Pour aller déposer une fleur sur la tombe de votre perso préféré dans notre cimetière virtuel, c'est par ici.

Tout compte fait, y a pas tant de personnages que ça qui sont morts, si?

C'est vrai qu'on s'attendait un peu à l'hécatombe, et donc à dire au revoir à plein d'autres personnages, comme Tormund, Grey Worm, Podrick et peut-être même Brienne (et puis Gilly, allez). Au fil des saisons, on s'est tellement habitué à la cruauté spectaculaire de Game of Thrones qu'on en arrive presque à attendre et espérer des morts.

Mais le fait que l'épisode ne soit pas si meurtrier n'est pas forcément une mauvaise chose: alors qu'à ses débuts, la série a renversé nos attentes en éliminant Ned, puis Robb et Catelyn Stark, aujourd'hui, c'est sa clémence qui nous prend par surprise.

Tant mieux: quand tuer à tout prix devient une mode ou un raccourci facile pour provoquer de l'émotion, cela n'a plus le même poids (coucou The Walking Dead). Les créateurs de la série sont parvenus à prouver, notamment avec cet épisode, qu'ils n'ont pas besoin de supprimer quelqu'un pour réussir à nous offrir de superbes moments d'émotion.

Ok, mais du coup, à part les morts, c'était quoi les moments les plus émouvants?

Par où commencer ?

  • Quand Jaime et Brienne se sont battus dos à dos sur les remparts
  • Quand Arya s'est battue avec son arme détachable, avec le thème musical de Braavos (l'endroit où elle s'est entraînée) en fond sonore
  • Quand Sandor, en pleine crise d'angoisse, a vu Arya et s'est relancé dans la bataille!!!
  • Et quand Sandor a attrapé Arya pour la sauver, comme dans l'épisode des Noces Pourpres (tous les moments entre Sandor et Arya, en fait)
  • Quand Sansa et Tyrion se sont regardés, puis se sont pris la main, puis quand Tyrion lui a embrassé la main

Capture d'écran

  • Quand Dany a ramassé une épée pour se battre (ok, là, c'est juste qu'on pleurait non-stop depuis vingt minutes) (mais c'était classe quand même)
  • Quand Théon a défendu Bran, seul contre une bonne centaine de zombies –bon, on est en train de repleurer en écrivant cette liste...

Il leur a fallu combien de temps pour filmer un tel épisode?

La Longue Nuit est non seulement l'épisode le plus long de toute la série, mais aussi la plus longue séquence de bataille jamais filmée, surpassant ainsi celle du Gouffre de Helm dans le Seigneur des Anneaux.

Il a fallu cinquante-cinq nuits de tournage aux 750 membres du casting et des équipes de production pour réaliser cet exploit –le tout dans des conditions météorologiques franchement pas très clémentes, puisque la température est parfois descendue jusqu'à -14°C.

Pas étonnant donc que l'ensemble des participant·es décrivent ces onze semaines comme le tournage le plus difficile de leur vie. Si vous voulez en savoir plus sur tous les moyens humains, matériels et technologiques qui ont été déployés pour réaliser une telle bataille, on vous recommande vivement cette vidéo making-of impressionnante.

Est-ce que Mélisandre pourrait aller encore plus lentement pour allumer le feu des tranchées?

Genre meuf, on sait que t'as 3.058 ans, mais c'est pas comme si le destin de tout le monde en dépendait.

À quoi fait référence le titre de l'épisode?

La Longue Nuit, c'est bien sûr celle que les personnages passent à combattre l'armée des morts, mais c'est aussi le nom d'une page très connue de l'histoire de Westeros.

Plusieurs milliers d'années avant les événements de la série, Westeros a été plongé dans un hiver et une obscurité qui ont duré toute une génération. Cette période fait l'objet de beaucoup de légendes dans le Nord, et on voit dès le début de la série la nourrice de Bran lui raconter des récits de Marcheurs blancs envahissant Westeros à dos de chevaux morts, pillant et ravageant tout sur leur passage.

C'est cet épisode traumatisant qui a mené à la construction du Mur et à la création de la Garde de la Nuit pour protéger le royaume de ces menaces surnaturelles.

Mais l'obscurité n'était pas limitée à Westeros, puisque des histoires similaires existent à Essos. C'est d'ailleurs de là que vient la légende la plus célèbre liée à la Longue Nuit: celle d'Azor Ahai, un héros qui a combattu l'obscurité à l'aide d'une épée de feu et dont beaucoup de personnages de Game of Thrones ont prophétisé le retour, sous la forme du «Prince qui fut promis».

Son identité a souvent été considérée comme le mystère au cœur de la saga et son retour comme la clé de la victoire contre le Night King et son armée. Les deux hypothèses les plus populaires ont toujours été Jon et Daenerys, dont les parcours respectifs collaient à la prophétie et qui semblaient être les protagonistes de l'histoire.

Sauf que ce ne sont pas eux qui ont tué le Night King ni sauvé l'humanité, mais Arya, que personne n'a jamais suspectée d'être l'élue.

Du coup, est-ce que ça fait d'Arya Azor Ahai?

Pas forcément. À plusieurs reprises dans ses livres, George R. R. Martin met en garde contre les prophéties que tout le monde prend pour argent comptant. Dans la série aussi, Mélisandre, pourtant tellement obsédée par Azor Ahai qu'elle a brûlé une petite fille vivante parce qu'elle pensait que Stannis était l'élu, prévient Daenerys: «Les prophéties sont dangereuses.»

Comme George R. R. Martin adore bousculer les codes narratifs traditionnels de la fantasy et se jouer des attentes des fans, on l'imagine bien utiliser une bonne vieille prophétie pour détourner l'attention du public de celle qui est devenue, au fil des années, la plus grande menace pour le Night King: Arya.

D'ailleurs, ça voulait dire quoi ce que Mélisandre a dit à Arya, exactement?

Si son acte héroïque en a surpris plus d'un, Arya n'est pas arrivée ici par hasard: l'assassinat du Night King est le point culminant d'un arc narratif construit sur plusieurs années. Les remarques de Mélisandre évoquent tout ce chemin parcouru.

Quand la prêtresse a rencontré la jeune Stark pour la première fois, lors de la saison 3, Arya n'était qu'une enfant et n'avait pas encore fait ses classes à l'école Sandor Clegane, ni à celle des Sans-Visage. Mais Mélisandre, qui percevait déjà tout le potentiel meurtrier de la petite, lui avait alors prédit qu'elle fermerait des yeux verts, marrons et bleus à tout jamais –une phrase qui prend tout son sens quand la sorcière la rappelle à Arya lors de la bataille de Winterfell. Elle insiste désormais sur ces yeux bleus qu'elle va éteindre, ceux du Night King et de son armée.

La deuxième phrase que Mélisandre prononce est la devise de Syrio Forel, le maître d'arme d'Arya dans la saison 1, qui se sacrifie pour lui sauver la vie: «Que dit-on au dieu de la mort? Pas aujourd'hui.» Une leçon qui a servi de boussole à notre héroïne pendant toutes ses années d'apprentissage et qui la guide vers son ultime acte de défiance envers la mort.

C'est quoi l'arme avec laquelle Arya a tué le Night King?

C'est le poignard en acier valyrien de Littlefinger, que Bran avait donné à Arya dans la saison 7. Ce poignard a eu son importance dès la première saison de la série, puisque c'est avec celui-ci qu'un assassin avait tenté de poignarder Bran.

Convaincue par Littlefinger que Tyrion était le propriétaire du poignard, Catelyn Stark avait ordonné son arrestation, déclenchant ainsi la guerre entre les Stark et les Lannister.

Ironie de l'histoire: après avoir causé la guerre originelle de Game of Thrones, ce poignard vient de mettre fin au plus grand conflit de la série.

Du point de vue de Bran, cette bataille avait l'air plutôt chill, non?

Pendant que tout le monde se bat et meurt autour de lui, le mec est pépère dans son fauteuil en train de méditer. Nous aussi, on est fans de Petit Bambou, mais bon.

Qui va amener des croissants et du thé aux survivant·es?

On se porte volontaires.

Il se passe quoi maintenant que le Night King est mort?

Ça fait plusieurs saisons que la série nous présente le Night King comme le plus grand méchant de son univers et son armée comme la plus grande menace pour nos personnages favoris. Alors forcément, le voir disparaître si soudainement à la moitié de la dernière saison a surpris tout le monde ou presque.

Mais quand on connaît George R. R. Martin, ce renversement narratif n'est pas si étonnant. Si son travail s'inscrit dans la tradition de la fantasy et revendique sa parenté avec Le Seigneur des anneaux, l'auteur a toujours été plus intéressé par la politique et les dynamiques de pouvoir que par la magie et les guerres de survie. Avec la mort de Mélisandre et celle du Night King, c'est aussi le surnaturel qui s'efface de Game of Thrones pour laisser place au politique, alors qu'on s'éloigne du Nord et de ses légendes pour recentrer l'action sur Port Réal et ses intrigues.

Maintenant que l'humanité est sauvée, il s'agit donc de savoir qui va la gouverner. Et on devrait voir plusieurs candidat·es solides se disputer le trône de fer, Cersei, Daenerys et sûrement Jon en tête.

De notre côté, tout ce qu'on souhaite, c'est que tonton Euron meure au plus vite et si possible dans d'atroces souffrances.

En vrac

– Bran est un peu en train de devenir notre modèle dans la vie. À partir de maintenant, dès qu'un mec nous parlera dans le métro, on va dire «Je vais y aller maintenant» et révulser nos yeux.

Capture d'écran

– Par contre, l'épée du Night King, on dirait vraiment qu'il l'a achetée au Disney Store.

Capture d'écran

– Entre perdre sa virginité, sauver l'humanité et se faire vomir dessus par un zombie, Arya a passé 24 heures très riches en émotions. Jack Bauer t ki?

– Jon a passé son permis dragon il y a deux jours et il est déjà champion de Formule 1.

– Le Night King a vraiment une tête de connard de la start-up nation qui double tout le monde dans la queue du supermarché en parlant fort au téléphone de «task force marketing».

Capture d'écran

– Ça aurait été marrant de voir un petit «pendant ce temps-là à Port-Réal», avec Cersei qui sirote un bon rosé sur fond de musique d'ascenseur.

– Jon qui se ramasse plein de sapins et de neige dans la gueule, on dirait nous quand on tente une piste noire en snowboard.

Capture d'écran

– Edd, qui nous ravit de ses répliques sarcastiques depuis la saison 2, était le premier personnage à parler dans l'épisode –et aussi le premier à mourir, après avoir sauvé Sam. :(

– D'ailleurs, Sam a pris cher pendant la bataille, et même Jon n'a pas eu l'énergie de l'aider. Ceci dit, c'est bien de voir que Jon a enfin le sens des priorités.

– Pour rappel: Maisie Williams, qui exécute une grosse partie de ses cascades elle-même, est droitière, mais elle insiste depuis le début du tournage pour se battre de la main gauche, comme Arya dans les livres. Voilà voilà, et nous, on arrive même pas à faire nos lacets correctement.

– Dans la liste des trucs qu'on espérait ne jamais voir: les crottes de nez d'un géant zombifié.

Capture d'écran

– Franchement, à la place de Grey Worm, qui a perdu les trois quarts de son armée pour défendre un peuple de racistes, on se casserait tout de suite aux Maldives. Il a assez donné, le pauvre.

– Voici le long morceau qui apparaît à la fin de l'épisode, dont les notes de piano rappellent beaucoup «Light of The Seven», le morceau qui rythme la destruction du Septuaire de Baelor par Cersei.

– Le détail qui tue: ce sont les deux filles les plus petites de la série qui ont éliminé deux des plus grosses menaces, le géant zombie et le Night King.

Anaïs Bordages Journaliste

Marie Telling Journaliste

GOT, ultime saison
«Game of Thrones», saison 8, épisode 2: «Un chevalier des Sept Couronnes», récap et analyse

Épisode 2

«Game of Thrones», saison 8, épisode 2: «Un chevalier des Sept Couronnes», récap et analyse

«Game of Thrones», saison 8, épisode 4: «Les Derniers des Stark», récap et analyse

Épisode 4

«Game of Thrones», saison 8, épisode 4: «Les Derniers des Stark», récap et analyse

Newsletters

«L'Œuvre sans auteur», fresque paradoxale

«L'Œuvre sans auteur», fresque paradoxale

Parcourant trente ans d'histoire de l'Allemagne, le film évoque les rapports entre l'art et la politique, d'une manière qui contredit complètement la thèse qu'il entend défendre.

«Tu enfanteras dans la douleur», pour combien de temps encore?

«Tu enfanteras dans la douleur», pour combien de temps encore?

Le documentaire d'Ovidie met en lumière les violences obstétricales et gynécologiques et s'interroge sur la façon d'y mettre un terme.

Emmanuel Macron va-t-il déclarer la guerre au cinéma français?

Emmanuel Macron va-t-il déclarer la guerre au cinéma français?

Le souhait du président de nommer à la tête du Centre national du cinéma l'auteur d'un rapport menaçant toute l'architecture du cinéma en France suscite une profonde inquiétude.

Newsletters