Culture

«Game of Thrones», saison 8, épisode 1: «Winterfell», récap et analyse

Temps de lecture : 10 min

[ATTENTION SPOILERS] Toutes les questions que l'on se pose après l'épisode 1 de la saison 8 de «Game of Thrones» (et toutes nos réponses).

Cette scène ne vous rappelle rien? | Capture d'écran via YouTube
Cette scène ne vous rappelle rien? | Capture d'écran via YouTube

Ça y est, comme l'hiver, la saison 8 de Game of Thrones est enfin arrivée. Pendant les six semaines de sa diffusion, on analysera chaque nouvel épisode, et on vous aidera à y voir plus clair. D'ailleurs, si vous avez des questions, vous pouvez nous écrire sur Twitter, peut-être qu'on y répondra la semaine suivante!

C'est quoi ce nouveau générique?

Première surprise de l'épisode: un générique tout nouveau, tout beau, pour refléter la menace venant du nord et la concentration des intrigues. Alors que l'ancien générique débutait toujours à Port-Réal, celui-ci renverse la donne et s'ouvre sur le Mur, en illustrant l'avancée des Marcheurs Blancs dans Westeros, puis se conclut sur le trône de fer, au centre de l'intrigue depuis le début de la série. Et comme toute l'histoire est désormais concentrée sur Winterfell et Port-Réal (avec un petit passage par un château du Nord dont on parlera plus loin), le générique prend le temps d'explorer ces deux lieux dans le détail.

Pour la première fois, on nous transporte ainsi dans la grande salle et la crypte de Winterfell, avant de nous emmener vers la capitale, où le générique reflète enfin certains bouleversements majeurs de l'histoire, comme la destruction du Grand Septuaire de Baelor par Cersei (dans un des meilleurs épisodes de la série). Pour couronner le tout, les créateurs se sont fait plaisir en incluant des clins d'œil aux moments phares dans les fresques qu'on aperçoit dans le générique. Alors que celles-ci représentaient avant des moments de l'histoire de Westeros comme la rébellion de Robert Baratheon, elles illustrent désormais des scènes inoubliables comme la chute du Mur, les Noces Pourpres, et la naissance des dragons de Dany.

Capture d'écran

Cet épisode est-il à la hauteur de toutes nos attentes?

Franchement, il était impossible pour ce nouvel épisode de combler toutes nos attentes, après presque deux ans de pause, trois milliards de théories et une hype complètement démente depuis plusieurs mois. Effectivement, on a quelques réserves. L'écriture, notamment, nous a rappelé les défauts déjà notés dans la saison 7: la série devant être bouclée rapidement, le rythme s'est nettement accéléré, parfois au détriment des codes qu'elle avait mis tant de temps à bâtir.

Finis les monologues contemplatifs et les métaphores filées, place au grand spectacle et à des scènes qui ressemblent plus à un volet de Harry Potter qu'à un épisode de Game of Thrones, comme l'escapade en dragon de Jon et Dany. Dans une autre saison, les retrouvailles de Jon et Arya, celles de Tyrion et Sansa, ou le fait que Jon découvre ses origines auraient été le point culminant de l'épisode. Ici, on a droit à toutes ces scènes les unes après les autres, expédiées de manière assez rapide.

Si la série n'a jamais été très bonne pour les ouvertures de saison (à part pour l'excellent Two Swords), celle-ci est plutôt pas mal en comparaison. Assez intelligemment, «Winterfell» multiplie les rappels au pilote et nous fait prendre toute la mesure du chemin parcouru par les personnages. La scène d'ouverture reflète étroitement l'arrivée de Robert Baratheon à Winterfell dans le pilote, jusque dans la musique utilisée, et l'image du petit garçon qui grimpe à l'arbre pour observer le convoi royal rappelle une scène similaire avec Bran.

L'arrivée des dragons au-dessus de Winterfell, sous les yeux effarés d'Arya et de Sansa, était un des plus beaux moments (est-ce qu'on a pleuré? Oui, évidemment). Et puis, c'était vraiment l'épisode des retrouvailles entre tous les personnages qui ne s'étaient plus vus depuis de longues saisons: Jon et Bran, Jon et Arya, Jon et Sam, Arya et Gendry, Arya et Sandor Clegane, Sansa et Tyrion, ou encore Bran et Jaime.

Wowowow. Quelles étaient les meilleures retrouvailles?

On a l'embarras du choix, mais on a été particulièrement touchées par celles entre Jon et Bran: lorsque Jon embrasse son petit frère sur le front, comme la dernière fois qu'il l'avait vu, on sent que Bran n'est encore à ses yeux qu'un enfant –il ne se doute pas qu'il est devenu un piaf omniscient qui peut posséder les gens et voyager dans le temps. Sansa et Tyrion, quant à eux, ont des retrouvailles un peu moins chaleureuses, qui nous permettent d'apprécier encore une fois à quel point Sansa est devenue un des personnages les plus fascinants de la série, et certainement une des meilleures stratèges (en même temps, faire son stage de 3e avec Cersei, Tyrion, Littlefinger et Ramsay, ça paie).

On a aussi glapi de joie devant la réunion du meilleur duo de la série: Arya et Sandor, qui s'étaient quittés en d'assez mauvais termes. Les scénaristes ont pris la sage décision de refléter cette tension dans leurs retrouvailles, très froides mais réalistes, et bizarrement touchantes (fallait pas non plus s'attendre à ce que les deux cœurs de pierre de la série se fassent un câlin).

Et puis il y a Arya et Gendry… On a rêvé ou ils étaient carrément en train de flirter? Quand Gendry insiste pour appeler Arya «m'lady», il rappelle la dernière conversation un peu romantique qu'ils avaient eue avant de se quitter. En plus, Gendry a le moyen parfait pour séduire Arya: lui confectionner une arme.

Est-ce que la barbe poivre et sel de Jaime vous a filé un coup dans les ovaires aussi ou c'est juste nous?

Pas besoin de répondre hein, c'était rhétorique.

Capture d'écran

Qu'est-ce qu'il se passe avec la grossesse de Cersei?

Dans la saison 7, elle a dit qu'elle était enceinte à Jaime et à Tyrion, et a même refusé de boire du vin, signe que quelque chose ne tournait vraiment pas rond. Mais dans ce nouvel épisode, on la voit boire un petit coup après avoir couché avec Euron Greyjoy. Est-ce qu'elle a menti pour manipuler Tyrion et Jaime? Est-ce qu'elle était véritablement enceinte mais a fait une fausse couche depuis? Ou est-ce qu'elle est toujours enceinte mais n'a pas lu la dernière étude de la Citadelle sur la consommation d'alcool pendant la grossesse? Honnêtement, on n'en a aucune idée.

C'est qui le mec qui débarque à Port-Réal avec Euron?

Tiens, Game of Thrones a décidé d'introduire un nouveau personnage à la dernière minute! Euron fait son retour accompagné d'un jeune blond pas très fun, dont on ne sait pour l'instant pas grand-chose, à part qu'il s'appelle Capitaine Harry Strickland, et qu'il est le chef de la Compagnie dorée, un groupe de mercenaires embauché par Cersei pour l'aider à battre Jon et Daenerys. Fun fact: Jorah a appartenu à cette compagnie il y a fort longtemps.

Ils sont où Tormund, Beric et Edd?

Le château pillé par les Marcheurs Blancs dans lequel Tormund, Beric et Edd se retrouvent est celui de Last Hearth (qui s'appelle visiblement Âtre-lès-Confins en français...), le fief de la maison Umber. Il apparaît pour la première fois, et sûrement la dernière, dans le générique du début de l'épisode. C'est le château le plus proche du Mur et donc le premier sur le chemin de l'armée des morts. Le seigneur du château est le petit garçon qu'on aperçoit au début de l'épisode quand Sansa l'envoie en mission pour récupérer ses hommes. Le fait qu'il ait déjà été Marcheur Blanc-isé quand Tormund et les autres arrivent prouve que le Night King et son armée se rapprochent dangereusement de Winterfell.

La dernière fois qu'on a vu Tormund et Beric, ils étaient en haut du Mur, lors de sa destruction par les Marcheurs Blancs. On ne sais pas comment ils s'en sont sortis mais on ne va pas trop se poser de questions et juste se réjouir de les retrouver. Edd, lui, était basé à Castle Black avec le reste de la Garde de la nuit. Ils se dirigent tous désormais vers Winterfell pour rejoindre Jon.

Vous pensez que le Night King a fait option arts plastiques?

Parce que sa fresque était vraiment pas mal. Plus sérieusement, on a retrouvé ce motif en spirale à de nombreuses reprises dans la série: il est dans les fresques des enfants de la forêt que Jon découvre dans les mines de Dragonstone, dans la scène où Bran assiste à la naissance du Night King, et dans une autre où Jon et Mance Rayder tombent sur des cadavres de chevaux mutilés par les Marcheurs Blancs (toujours aussi fun, ces morts-vivants!). Pas mal de gens sur internet voient une certaine ressemblance entre le motif et le blason des Targaryen, mais, pour l'instant, rien dans l'histoire n'indique vraiment un lien entre les deux.

Capture d'écran

C'est nous ou les épisodes sont très «LOL» ces derniers temps?

Entre le dragon qui fixe Jon alors qu'il embrasse Daenerys, et Tyrion qui dit à Varys «moi j'ai des couilles, et pas vous», la série a de plus en plus recours à des blagues un peu pouet pouet. Certes, c'est drôle, mais c'est un peu facile, et parfois, on a plus l'impression d'être dans un film Marvel que dans une série connue pour son atmosphère grave et ses dialogues très fins. Et ce ton léger vient parfois saper des moments qui auraient dû avoir un peu plus de poids, comme lorsque Jon monte sur un dragon pour la première fois. C'est un moment lourd de sens (car c'est la preuve que Jon est un Targaryen) qu'on attend depuis longtemps, et il est présenté sur le ton de l'humour, dans une scène qui manque cruellement de solennité.

Ok mais du coup… C'est qui Jon?

Dans un épisode rempli de scènes mémorables, la plus importante pour l'intrigue est sans doute celle où Jon apprend enfin sa véritable identité. Comme on sait que les drames familiaux et les arbres généalogiques de Westeros sont parfois difficiles à suivre, on s'est dit qu'on allait vous faire un petit résumé.

Commençons par le père de Jon qui n'est donc pas Ned Stark, comme notre héros l'a toujours cru, mais Rhaegar Targaryen. Ce dernier était le fils aîné d'Aerys Targaryen II, AKA le Roi Fou. Oui, parce qu'Aerys, qui était le fruit de générations d'incestes, avait un gros pet au casque et aimait particulièrement brûler ses ennemis vivants. Son héritier, Rhaegar, était apparemment très beau, intelligent, doué au combat et aimait beaucoup chanter. Il était marié à Elia Martell (la sœur d'Oberyn), avec laquelle il a eu deux enfants.

Lyanna Stark, la mère de Jon, était la petite sœur de Ned. Elle était connue pour sa beauté, sa ténacité et son audace. Lyanna était promise à Robert Baratheon, l'ami d'enfance de Ned. On vous la fait courte, mais l'honorable Rhaegar a abandonné femme et enfants et déclenché une guerre entre les plus grandes familles de Westeros, après être tombé sous le charme de Lyanna et l'avoir enlevée (selon la version officielle). Lorsque les Stark ont appris son enlèvement par Rhaegar, le père de Ned et son frère aîné se sont rendus à Port-Réal en quête de justice. Mais Aerys, toujours aussi dingo, a décidé de les brûler vivants. C'est cet enchaînement d'événements qui a mené à la rébellion de Robert Baratheon contre la couronne et à la chute des Targaryen.

Sauf que l'enlèvement de Lyanna n'en était pas vraiment un, puisqu'elle était elle aussi amoureuse de Rhaegar. Et alors que leurs familles s'entretuaient, les deux tourtereaux filaient le parfait amour. On l'a appris dans la dernière saison grâce aux découvertes de Sam à la Citadelle et aux visions de Bran: Rhaegar a annulé son mariage à Elia pour épouser Lyanna, rendant leur union légitime. Le Targaryen finira par être tué au combat par Robert Baratheon, et Lyanna mourra en couche, après avoir donné naissance à l'héritier du trône: Aegon Targaryen, que l'on connaît sous le nom de Jon Snow.

Et donc son lien de parenté avec Daenerys, c'est quoi déjà?

C'est sa tante. Daenerys est la petite sœur de Rhaegar (le père de Jon, donc) et la fille du Roi Fou. Elle est née juste après la chute de la dynastie Targaryen et a donc presque le même âge que Jon. Maintenant que tout ça est clair, qu'on ne vous entende plus dire que c'est sa cousine!

Qu'est-ce qu'on attend le plus dans ces prochains épisodes?

Honnêtement, voir Arya tuer des Marcheurs Blancs, et la tête de Jon quand il va se rendre compte que sa sœur est devenue une vraie petite psychopathe.

En vrac

– Cette séquence «Greg le millionnaire» près de la cascade entre Jon et Daenerys, c'était vraiment gênant. Rendez-nous Ygritte!!!

– Vu la façon dont ils regardent Missandei et Grey Worm, les gens du Nord n'ont clairement jamais vu de personnes racisées.

– Bran a beau avoir téléchargé toute l'histoire de l'humanité dans son cerveau, il a raté la partie «ne pas fixer les gens en société».

– Il meurt quand tonton Euron? Parce qu'on n'en peut déjà plus là.

– IL EST OÙ GHOST???

– Fun fact: l'arbalète que Qyburn donne à Bronn pour tuer Jaime et Tyrion est la même que Tyrion a utilisée pour tuer son père… et Joffrey pour torturer et tuer les prostituées.

– Ça commence à faire plusieurs saisons que Tyrion ne fait plus grand-chose à part bouder et lancer des regards mystérieux à Jon et Daenerys. On sait pas ce que c'est son délire mais on aimerait bien retrouver le stratège charismatique qu'on aimait tant.

– On n'a toujours pas notre permis mais Jon Snow sait conduire un dragon.

– Si vous regardez bien, vous vous rendrez compte que deux des hommes tués par Théon lorsqu'il libère Yara sont joués par Mac de It's Always Sunny In Philadelphia et Gilfoyle de Silicon Valley.

– On sent que Théon a investi dans un bon shampoing racines grasses-pointes sèches, ça fait plaisir.

– L'épisode se termine avec les retrouvailles de Bran et Jaime, qui ne se sont pas vus depuis que ce dernier a poussé le petit garçon par la fenêtre… à la fin du pilote de la série. Une belle symétrie pour cet épisode qui joue sur les rappels du passé.

Anaïs Bordages Journaliste

Marie Telling Journaliste

GOT, ultime saison
«Game of Thrones», saison 8, épisode 2: «Un chevalier des Sept Couronnes», récap et analyse

Épisode 2

«Game of Thrones», saison 8, épisode 2: «Un chevalier des Sept Couronnes», récap et analyse

«Game of Thrones», saison 8, épisode 3: «La Longue Nuit», récap et analyse

Épisode 3

«Game of Thrones», saison 8, épisode 3: «La Longue Nuit», récap et analyse

Newsletters

«Le Traître» dans la nuit de Cosa Nostra, et la pénible expérience «Mektoub»

«Le Traître» dans la nuit de Cosa Nostra, et la pénible expérience «Mektoub»

Le film de Marco Bellocchio reconstitue un épisode décisif de la lutte contre la Mafia, tandis qu'Abdellatif Kechiche plonge le public dans une interminable boucle bruyante et comateuse.

Quatre bonnes raisons de se plonger dans un livre dès ce soir

Quatre bonnes raisons de se plonger dans un livre dès ce soir

Il est indispensable de lire de (vrais) bouquins.

Les trois lumières: Bong Joon-ho, Desplechin et Gu Xiaogang

Les trois lumières: Bong Joon-ho, Desplechin et Gu Xiaogang

«Parasite» et son classicisme inventif, «Roubaix, une lumière» d’une douceur révolutionnaire et l'inattendu «Séjour dans les Monts Fuchun», la journée la plus convaincante jusqu'ici.

Newsletters