Santé / Culture

#BoomerRemover

Temps de lecture : 4 min

Ou comment une millennial qui ne souriait jamais instrumentalisa le Kovid-19 pour guérir l'humanité de ses penchants suicidaires.

Greta Thunberg lors d'une marche pour le climat à Bruxelles, en mars 2020. | John Thys / AFP
Greta Thunberg lors d'une marche pour le climat à Bruxelles, en mars 2020. | John Thys / AFP

Ceci est une fable dont le but est d'apporter un semblant de légèreté au milieu du cauchemar sanitaire où nous nous trouvons. Puisque rien ni personne ne contrôle le storytelling, sinon la pandémie elle-même, autant raconter n'importe quoi.

Il faisait chaud à Stockholm, mais pas assez. Le mois d'août 2018 tirait à sa fin et le diable s'ennuyait ferme dans son hôtel non loin du Parlement suédois. La social-démocratie, l'égalité, la transparence, les Krisprolls: tout dans ce foutu pays était désespérément vierge de vice et de saveur. Il n'y avait pas une âme damnée à se mettre sous la dent.

Avant de mettre le cap sur une contrée plus hospitalière, il se résolut à faire un dernier tour dans le quartier à la recherche du pécheur zéro.

Les rues étaient désertes. Sur une chaîne info, on ne parlait que de la canicule qui poussait les locaux à rester à la maison et les touristes à passer leur temps avachis chez Starbucks. Canicule? Tu parles. Le diable, lui, se les gelait grave. Il fallait être fair-play: le bon Dieu avait réussi un coup de maître en créant la Scandinavie.

Le diable était sur le point de disparaître dans un nuage de soufre quand il aperçut une forme humaine au pied du Riksdag. En s'approchant, il vit qu'il s'agissait d'une petite fille, assise entre un sac à dos aussi grand qu'elle et une pancarte où était écrit:

SKOLSTREJK

FOR

KLIMATET

La petite fille devait avoir 8 ans, 10 tout au plus.

«Les écoles en grève pour le climat?», souffla le diable, dont les naseaux infaillibles avaient flairé le parfum de l'oisiveté. Il ne se tenait plus de joie: c'était la première fois qu'il entrevoyait la possibilité de la damnation dans ce pays assommant de droiture.

Il s'approcha, mains dans le dos, et s'éclaircit la voix: «Bonjour, petite fille.»

La gamine ne leva même pas les yeux. Elle était trop occupée à triturer son Rubik's Cube. Le diable fit un pas de plus et réitéra sa formule de politesse. Les étranges nattes qui tombaient derrière les oreilles de l'écolière parasitaient peut-être son audition.

«Va te faire mettre, vieux dégueulasse. Tu ressembles au fils naturel de Harvey Weinstein et de Roman Polanski. Pour ta gouverne, je ne suis pas une petite fille. Avance encore d'un centimètre et je te défonce la gueule.»

À ces mots, le diable sentit l'eau lui monter à la bouche. La chère petite! Lui qui n'avait rien mangé depuis son arrivée chez les protestants, il se promit de déguster chaque morceau de son corps d'enfant.

«Tu ne devrais pas être à l'école?
– C'est quoi ton problème, ducon? Tu ne sais pas lire?»

La dévorer toute crue était tentant, presque irrésistible, mais une autre idée germa dans l'esprit omniscient du diable.

«Cette grève… Tu m'expliques de quoi il s'agit?
– L'idée, c'est de faire comprendre aux vieux cochons de ton espèce qu'il n'y a plus moyen. Le saccage de la planète, votre jouissance en bande organisée pendant que le reste du monde crève dans le caniveau, c'est fini. Le moment est venu de passer à la caisse.
– La vengeance, sans me vanter, je connais un peu. Je pose ça là, à tout hasard: je pourrais t'être utile.»

La gamine se leva et le regarda pour la première fois depuis qu'il l'avait abordée, plongeant ses yeux bleu-métal au fond des siens. Elle avait beau être minuscule, le diable sentit que quelque chose ne tournait pas rond. Il allait falloir jouer serré.

«Dis toujours.
– Tu as l'air plus maligne que la moyenne de tes compatriotes. Mon identité n'a pas dû t'échapper.
– Accouche, Méphisto. Il y a un moment que je t'ai calculé à ton odeur. On n'a pas toute la journée. Mes parents m'attendent.»

Tout compte fait, il valait peut-être mieux tourner les talons. Mais l'éclat étrange dans le regard de la gamine le fascinait.

«En échange de ton âme, hasarda-t-il, j'exaucerai trois vœux. N'importe lesquels. Tu as une minute.
– C'est tout réfléchi. Je veux que tous les réacs de plus de 60 ans cassent leur pipe sans délai et dans des souffrances à la mesure de leurs torts. Je veux que les émissions de dioxyde de carbone diminuent dans des proportions telles que le réchauffement de la planète redeviendra soutenable. Et je veux que l'être humain réapprenne à vivre en circuits courts, sans malbouffe ni glyphosate.»

Le diable fouilla dans ses archives mentales. Si Virginie Despentes, Nicolas Hulot et Natacha Polony avaient eu un enfant ensemble, comment la naissance de celui-ci avait-elle pu lui échapper?

Mais l'écolière s'impatientait:

«C'est oui ou c'est non?
– Tu mesures bien les conséquences? Tu es prête à m'appartenir jusqu'à la fin des temps, à brûler dans un feu éternel, à endurer des sévices inconcevables pour l'esprit humain?
– Accouche.
– J'ai le produit qu'il te faut: une triple lame biologique. Ça s'appelle le Koronavirus.
– Tu te fous de moi? Ça fait des lustres que ton épidémie low-cost va et vient au gré des saisons. Tu veux me refourguer de la marchandise frelatée ou quoi?

Le diable se sentit soulevé dans les airs. La gamine l'avait empoigné par le col et le tenait au-dessus d'elle, apparemment sans le moindre effort. Il commençait à avoir du mal à respirer.

«C'est une version 3.0, bégaya-t-il. Kovid-19. Fais-moi confiance. Tous les vieux vont y passer –les encrassés du poumon et les asthmatiques aussi, offert par la maison. D'ici un an et demi, deux tout au plus, ça va tomber comme à Gravelotte.
– OK, Boomer.
– Je te demande pardon?
– Hyper méta, tes derniers mots.»

Et, ni une ni deux, elle lui fracassa le crâne contre les vénérables murs du Parlement. Le pauvre diable retomba comme un sac d'os puant à ses pieds.

«Tu m'as prise pour le PSG un soir de remontada. Sale bolosse.»

Elle cracha un mollard bien gluant entre les cornes de l'infortuné, ajusta ses nattes, ramassa son carton et son sac. Puis elle se dirigea vers le couchant.

Un an et demi, avait dit Lucifer.

Il y avait du pain sur la planche.

À suivre.

Koronavirus
#ChineseWuhanVirus

Épisode 2

#ChineseWuhanVirus

#AllahNousProtège

Épisode 3

#AllahNousProtège

Newsletters

Poison d'avril

Poison d'avril

Italie: la deuxième ligne de front face au coronavirus est dans les supermarchés

Italie: la deuxième ligne de front face au coronavirus est dans les supermarchés

Au stress de se faire contaminer au contact de la clientèle s'ajoute celui d'être à la hauteur d'une mission essentielle à la résistance psychologique et physique des citoyen·nes.

Face au coronavirus, la Suède choisit l’auto-responsabilité

Face au coronavirus, la Suède choisit l’auto-responsabilité

Boîtes de nuit ouvertes, de nombreuses personnes dans les rues… La Suède a opté pour une voie bien différente de ses voisins européens.

Newsletters