Culture / Culture

Voici ce que vous auriez pu faire des 16.000 ans que vous avez passé à regarder «Gangnam Style»

Temps de lecture : 2 min

Le clip de Gangnam Style, le tube du sud-coréen Psy, a dépassé la barre des 2 milliards de vues sur Youtube cette semaine. Depuis le 12 juillet 2012, date de mise en ligne de la vidéo sur YouTube, nous aurions ainsi passé plus de 140 millions d'heures, soit 16.000 ans, à regarder Psy monter un cheval imaginaire avec son lasso.

The Economist s'est demandé ce que nous aurions tous pu faire à la place. Donc, plutôt que de faire rentrer Psy dans le Livre des records, nous aurions pu (re)construire vingt Empire State Building, six tours Burj Khalifa (actuellement la plus haute tour du monde) mais aussi quatre pyramides de Gizeh.

Sachant que ses données ne prennent pas en compte les performances live ni les diffusions télévisées (mais sachant aussi que le chiffre de 140 millions d'heures part du postulat, loin d'être évident, que les 4'12'' du clip ont été regardées en entier à chaque fois), on aurait peut-être même pu faire mieux. Mais mieux vaut ne pas trop y réfléchir et se replonger une énième fois dans le Gangnam de Psy.

Julien Jégo Journaliste

Newsletters

Éclat et zones d'ombre de «J'accuse»

Éclat et zones d'ombre de «J'accuse»

La transposition à l'écran de l'affaire Dreyfus est un thriller historique mené avec maestria, où Roman Polanski suggère un très contestable parallèle avec sa propre situation.

Mentalisme, voyance et charlatans, où est l'arnaque?

Mentalisme, voyance et charlatans, où est l'arnaque?

Les mentalistes lisent dans vos pensées, devinent votre code de carte bleue, et sont parfois capables de tordre des cuillères par la force de l'esprit. Mais les techniques de ces magicien·nes peuvent aussi être utilisées par des charlatans, qui...

Il y a trop de gens qui écrivent des livres (et on ne les voit pas)

Il y a trop de gens qui écrivent des livres (et on ne les voit pas)

Plus de la moitié de la population française aimerait se tourner vers l'écriture. Pourtant, le livre est un produit en déclin et son marché, ultra-concurrentiel.

Newsletters