Culture

D'où vient l'odeur des vieux livres?

Temps de lecture : 2 min

Et va-t-elle demeurer?

REUTERS/Miguel Vidal.
REUTERS/Miguel Vidal.

Vous connaissez tous l’odeur familière qui hante les librairies de livres d’occasion et les bouquinistes? (Pas moi) Ou à l’inverse, celle des livres neufs que vous venez d’acheter? «Comme pour tous les arômes», explique le site CompoundChem, «[ses] origines peuvent s’expliquer grâce aux composants chimiques».

Il est assez difficile de définir précisément l’odeur des livres neufs, selon le site: d’abord, parce qu’assez peu de recherches scientifiques semblent avoir été menées sur le sujet. «Ensuite, [car] la variété de produits chimiques utilisés pour fabriquer les livres signifie aussi que l’arôme varie de livre en livre. Sans compter qu’il y a littéralement des centaines de composants à l’œuvre.» Même si évidemment, si l’odeur d’un nouveau livre est reconnaissable, c’est grâce aux trois sources obligatoirement présentes: le papier, l’encre, les adhésifs pour le relier.

Ce sont les produits contenus dans le papier, et surtout leur évolution, qui génèrent l’odeur particulière des vieux livres –dont la composition a été mieux étudiée, pour pouvoir les préserver:

«Le papier contient, entre autres composants chimiques, de la cellulose et de plus faibles quantités de lignine. Toutes deux proviennent du bois dont est issu le papier; les papiers les plus beaux contiennent moins de lignine que, par exemple, le papier journal. Dans les arbres, la lignine aide à maintenir ensemble les fibres de cellulose, maintenant ainsi le bois raide; elle est aussi responsable du jaunissement du papier avec le temps. L'oxydation la décompose en acides qui décomposent ensuite la cellulose».

L’odeur de vieux livres vient de cette dégradation chimique. Des procédés chimiques appliqués aux papiers modernes, de haute qualité, permettront de retirer la lignine, mais la décomposition de la cellulose peut toujours se produire (beaucoup plus lentement) à cause de la présence d’acides près du livre, dans ses environs. Cette décomposition produit toute une série de composés organiques, dont beaucoup sont susceptibles de contribuer à l’odeur des vieux livres.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Du coup, même les nouveaux livres actuels sont susceptibles de dégager plus tard une odeur de vieux livres. Qui ne vous plaira peut-être plus tant que ça, maintenant que vous en connaissez l’origine.

Newsletters

Festival de Cannes, jour 4: «Frère et sœur», le bruit et la fureur du vivant

Festival de Cannes, jour 4: «Frère et sœur», le bruit et la fureur du vivant

Le nouveau film d'Arnaud Desplechin est un vertigineux et bouleversant affrontement entre Alice et Louis, qui se haïssent d'amour.

«Ébouriffant·e·s», la BD d'anticipation dont les poils sont les héros

«Ébouriffant·e·s», la BD d'anticipation dont les poils sont les héros

Adeline Rapon et Émilie Gleason imaginent un futur proche dans lequel le poil est si libre qu'on ouvre des salons dans lesquels il est sublimé au lieu d'être ratiboisé.

Festival de Cannes, jour 3: fulgurante plongée dans le labyrinthe des années de plomb

Festival de Cannes, jour 3: fulgurante plongée dans le labyrinthe des années de plomb

Présenté comme une série, «Esterno Notte», de Marco Bellocchio, est un immense film sur les multiples formes de la folie en politique, déployant les ramifications de l'affaire Aldo Moro.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio