Culture

Combien coûte une Palme d'or ou un prix du jury à Cannes

Temps de lecture : 2 min

Nuri Bilge Ceylan, lauréat de la Palme d'or 2014 pour «Winter Sleep», le 24 mai 2014. REUTERS/Regis Duvignau
Nuri Bilge Ceylan, lauréat de la Palme d'or 2014 pour «Winter Sleep», le 24 mai 2014. REUTERS/Regis Duvignau

Le site de Radio-Canada a établi un graphique pour comparer combien valent les différents prix remis à Cannes, en fonction des budgets des films récompensés cette année. Or les films qui obtiennent les récompenses les plus prestigieuses ne sont pas ceux qui coûtent le plus cher:

«Les récompenses sont presque inversement proportionnelles aux budgets. Notre compilation montre que la Palme d'or, Winter Sleep, a coûté 4,4 millions de dollars. Le Grand Prix, La Meraviglie, 3,7 millions. Quant au film de Jean-Luc Godard, Adieu au langage, ex aequo avec celui de Xavier Dolan, il a coûté 2,8 millions» –quand celui de Dolan a coûté selon le site environ 5 millions de dollars. «Les films plus chers ont récolté cette année des prix de catégorie, en scénarisation ou en interprétation. Seules manquent les données pour Foxcatcher».

La Parisien avait de son côté examiné les budgets des films historiquement palmés. «Si Francis Ford Copolla («Apocalypse Now», 1979) et Roman Polanski («Le Pianiste», 2002), ont tous deux dépensé plus de 30 millions de dollars, David Lean a eu la Palme pour «Brève rencontre» avec un film dix fois moins cher. Alors certes, c'était en 1946 et les budgets des films primés que nous avons pu compiler ont sensiblement augmenté depuis la création du festival. Mais on reste très, très loin des budgets pharaoniques de certains blockbusters hollywoodiens». Un graphique que le quotidien a à son tour établi (et qui n'est pas intégrable) en atteste. Par exemple en 2012, le budget de la palme était sensiblement inférieur à celui du blockbuster de l'année...

Newsletters

Ode à Kim Wexler, l'antihéroïne fascinante de «Better Call Saul»

Ode à Kim Wexler, l'antihéroïne fascinante de «Better Call Saul»

Alors que la série touche à sa fin, il est temps de dire adieu à un personnage féminin qui n'a cessé de nous surprendre tout au long des six saisons.

La baronne dada, «cancellée» par Duchamp, aurait dû être l'artiste la plus influente du XXe siècle​

La baronne dada, «cancellée» par Duchamp, aurait dû être l'artiste la plus influente du XXe siècle​

On doit l'urinoir, première œuvre conceptuelle, à Elsa von Freytag-Loringhoven. Marcel Duchamp l'a promptement effacée de l'histoire et n'a pas été le seul à usurper son talent.

L'azulejo, le carré de céramique qui passionne au-delà du Portugal

L'azulejo, le carré de céramique qui passionne au-delà du Portugal

Après avoir manqué de sombrer dans l'indifférence, cet artisanat importé il y a treize siècles connaît un rebond appréciable.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio