Culture

«Les Évadés», le film le mieux noté de tous les temps, fête ses vingt ans. Et il rapporte encore beaucoup d'argent.

Temps de lecture : 2 min

Morgan Freeman et Tim Robbins dans «Les Évadés».
Morgan Freeman et Tim Robbins dans «Les Évadés».

Il y a vingt ans cet automne débarquait sur les écrans américains The Shawshank Redemption (Les Évadés), un film de Franck Darabont avec Tim Robbins et Morgan Freeman racontant l'emprisonnement injuste d'un homme dans un pénitencier américain. Adapté d'un roman de Stephen King, qui en céda les droits à la fin des années 80 pour 5.000 dollars seulement, le film ne fut pas un énorme succès de box-office, rapportant 18 millions de dollars environ lors de sa première sortie –soit tout juste six fois moins, pour situer, que Pulp Fiction, dont on vient tout juste de fêter les vingt ans de la Palme d'or cannoise.

Mais deux décennies après, il continue toujours de rapporter de l'argent, beaucoup d'argent. Et bénéficie d'un statut de film culte qui lui vaut notamment d'être le film le mieux noté de tous les temps sur la plate-forme IMDB. Un phénomène que vient d'analyser le Wall Street Journal sous le titre «The Shawshank Residuals».

Et les «résidus» sont plutôt substantiels, si l'on en croit le quotidien économique américain, qui raconte comment ce film a longtemps dominé le marché de la location de vidéo et est devenu un classique des diffusions télévisées aux États-Unis. «Ted Turner, béni soit-il, a choisi de montrer le film toutes les cinq minutes», explique le réalisateur, selon qui Steven Spielberg a un jour qualifié son long-métrage de «film chewing-gum –si vous marchez dessus, il vous colle à la chaussure».

«Je pense que ma fille, dans bien des années, recevra encore des chèques», explique de son côté Bob Gunton, un des acteurs secondaires du film, en racontant comment, année après année, il continue de recevoir régulièrement son petit pourcentage des recettes, qui a fini par former «une somme à six chiffres». Bref, Les Évadés est l'exemple typique d'un film de catalogue dont les revenus réguliers peuvent aider un studio, en l'occurrence Warner Bros, à surmonter un flop.

Et il trône donc aujourd'hui en tête du classement des films les mieux notés de tous les temps d'IMDB, avec une note moyenne de 9,2 sur 10. Une position qu'il occupe depuis l'été 2008, à l'issue d'un épisode assez rocambolesque: afin de détrôner Le Parrain, numéro un du classement, les fans de The Dark Knight, le second épisode réalisé par Christopher Nolan, s'étaient mis à voter en masse contre le film de Coppola afin de le faire baisser… pour le plus grand bonheur de celui de Frank Darabont.

Newsletters

«Harry Potter» est-elle une saga sexiste?

«Harry Potter» est-elle une saga sexiste?

Depuis leur publication, les livres de J. K. Rowling font partie des lectures préférées des enfants. Mais ils semblent davantage renforcer les stéréotypes de genre que les renverser.

«Irradiés», terrible et tendre incantation fatale

«Irradiés», terrible et tendre incantation fatale

Avec son dispositif visuel inhabituel, le film de Rithy Panh met en scène de manière bouleversante des visions des massacres du XX​e siècle comme questionnement inquiet d'une pulsion de mort de l'espèce humaine tout entière.

En Chine, le film «Fight Club» n'a pas du tout la même fin

En Chine, le film «Fight Club» n'a pas du tout la même fin

Le plan de Tyler Durden n'était pas franchement en phase avec l'idéologie du PCC.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio