CultureCulture

Led Zeppelin est (encore) poursuivi pour plagiat. Et ça pourrait empêcher la sortie d'un de ses albums

Aude Deraedt, mis à jour le 19.05.2014 à 14 h 11

Les premières notes du titre Straiway to heaven de Led Zeppelin ne seraient pas l'oeuvre de Jimmy Page, mais d'un petit groupe californien des années 1970. Selon le site Business Week, le groupe de rock britannique ferait même l'objet de poursuites judiciaires, pour plagiat. La célèbre romance de 8 minutes sortie dans les bacs en 1971 serait en réalité inspirée d'un titre du groupe californien Spirit, intitulée Taugus

Business Week vous propose un petit test amusant pour retrouver la partition de Led Zep:

Led Zeppelin, qui s'est produit sur scène à plusieurs reprises dans les mêmes lieux que le groupe de Los Angeles, aurait pu entendre cette chanson, composée en 1968 par Randy California, le guitariste de Spirit. Les Britanniques ont même fait la première partie de Spirit en décembre 1968, à Denver, aux Etats-Unis, avant d'être réunis l'année suivante à plusieurs reprises sur les mêmes scènes, à Détroit, à Atlanta ou encore à Seattle.

«Taurus ne dure que 2 minutes et 37 secondes, explique l'auteur de l'article publié dans Business Week. Environ une minute de ce titre est un pincement de cordes de guitare qui ressemble beaucoup aux mesures d'ouvertures de Stairway to heaven.»

Le guitariste du groupe avait déjà déclaré lors d'une interview au magazine américain Listener en 1997 que Stairway to heaven «était une copie». «Ces mecs se sont fait des millions de dollars sans jamais nous dire "merci"», avait-il alors ajouté.

La même année, Randy California meurt d'une noyade en voulant sauver son fils. Les autres membes du groupe décident alors de faire créditer le célèbre titre de Led Zeppelin du nom de leur guitariste, et d'en obtenir une partie des droits d'auteur.

En juin, Led Zeppelin sortira une version remasterisée de tous ses albums, en vinyles et en CD, dont Led Zeppelin IV, dans lequel se trouve Stairway to heaven. Spirit a donc engagé un avocat, Francis Alexander Malofiy, afin de poursuivre Led Zeppelin pour violation du droit d'auteur et tenter de bloquer la parution de l'album qui contient cette chanson.

Selon Business Week, l'album Led Zeppelin IV (dans lequel se trouve Stairway to heaven), se serait mieux vendu aux Etats-Unis que Thriller de Michael Jackson. Une explosion due en grande partie à la volonté du groupe de ne pas sortir ce titre en single.

«En 2008, quand le magazine Portfolio, de Conde Nast, a publié une estimation qui prenait en compte les droits d'auteur et les records de ventes, cette chanson avait gagné au moins 562 millions de dollars (409 millions d'euros).»

Quatre autres accusations de plagiat

Mais ce n'est pas la première fois que Led Zeppelin se fait poursuivre pour plagiat. Dans les années 1970, le bluesman Chester Burnett, alias Howlin' Wolf, a attaqué le groupe britannique en affirmant que The lemon song, l'un des plus grands tube de Led Zep', était un dérivé de Killing floor, l'une de se chansons.

L'année suivante, c'est le titre Whole lotta love qui fait l'objet de poursuites. Babe I'm gonna leave you et Dazed and confused ont également été accusées de plagiat.

Dans une interview accordée à Brad Tolinski pour Light and Shade: conversations with Jimmy Page, le leader de Led Zeppelin a expliqué qu'il «a toujours essayé d'apporter quelque chose de nouveau dans tout ce qu'[il] utilisait».

«Je me suis toujours assuré de trouver quelques variations. En fait, je pense que dans la plupart des cas, vous ne pourriez par deviner quelle était la source originale.»

A quelques exceptions près. Car les membres de Spirit savaient depuis le début que cette chanson était largement inspirée de Taugus. Ils n'avaient simplement pas les moyens à l'époque de se lancer dans un procès.

Aude Deraedt
Aude Deraedt (37 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte