Culture / Culture

H.R. Giger est mort: son tableau «Necronom IV» avait inspiré «Alien»

Temps de lecture : 2 min

Détail de «Necronom IV» de H.R. Giger (1976).
Détail de «Necronom IV» de H.R. Giger (1976).

L'artiste suisse H.R. Giger est mort, lundi 12 mai, à l'âge de 74 ans. Il était notamment connu pour avoir conçu la terrifiante créature de la franchise Alien, ce qui lui avait valu de partager l'Oscar des meilleurs effets visuels avec quatre autres collaborateurs du premier film en 1980.

À l'origine de cette créature, on trouve la peinture de Giger ci-dessus, baptisée Necronom IV (1976).

Comme le racontait le site WhatCulture, c'est en tombant dessus que Scott, qui avait déjà engagé Giger pour travailler sur le design du film, a su précisément quel genre de monstre il cherchait:

«Ridley Scott a vu une reproduction de Necronom IV et a immédiatement su que c'était l'alien qu'il voulait dans son film. Ce qui l'a attiré était le fait que la créature du tableau avait une attitude agressive et sexuellement vorace tout en manifestant également une certaine beauté. Le producteur Ivor Powell a expliqué qu'elle avait l'air de quelque chose "qui pouvait facilement vous baiser avant de vous buter".»

Scott avait aussi été frappé par une autre peinture de la même série, Necronom V, expliquait son biographe James Clarke, comparant le travail de Giger à celui de Jérôme Bosch ou Francis Bacon.

Necronom V, de H.R. Giger

Dans un dictionnaire des réalisateurs de science-fiction, le journaliste Dennis Fischer a bien résumé le travail de Giger sur la bête, qui s'est poursuivi sur Aliens (1986), Alien 3 (1992) et Alien Resurrection (1997):

«Son travail semblait mélanger le passé et le futur, son design incorporer des textures cauchemardesques et des peurs primitives (l'alien avait des griffes, des tentacules, un corps en forme de phallus, une bouche à l'intérieur de sa bouche et d'autres choses terrifiantes pour les humains). Giger a dessiné l'alien sautant au visage [de l'astronaute joué par John Hurt dans Alien, ndlr] en partant de l'idée d'une créature en forme de crustacé qui utiliserait sa grande queue en spirale pour bondir tel un diable de sa boîte.»

Jean-Marie Pottier Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).

Newsletters

New York, années 1980, souvenirs d’une époque disparue

New York, années 1980, souvenirs d’une époque disparue

Regarder les photographies de New York prises par Robert Herman dans les années 1980, c’est un petit peu comme regarder un film. Une fois transportés vers une époque de New York de plus en plus aimée et mythifiée à mesure qu’on s’en éloigne, le...

Beyoncé et Britney Spears doivent beaucoup à Michael Jackson (pas le chanteur, le danseur)

Beyoncé et Britney Spears doivent beaucoup à Michael Jackson (pas le chanteur, le danseur)

Moonwalk, anti-gravity lean, balancé testiculaire… Michael Jackson maîtrisait certes des «steps» hors de portée du commun des mortels, mais il a surtout introduit une certaine idée du métissage chorégraphique sur les dance floors.

Voici ce que vous auriez pu faire des 16.000 ans que vous avez passé à regarder «Gangnam Style»

Voici ce que vous auriez pu faire des 16.000 ans que vous avez passé à regarder «Gangnam Style»

Le clip de Gangnam Style, le tube du sud-coréen Psy, a dépassé la barre des 2 milliards de vues sur Youtube cette semaine. Depuis le 12 juillet 2012, date de mise en ligne de la vidéo sur YouTube, nous aurions ainsi passé plus de 140 millions d...

Newsletters