Culture

Vous avez aimé «Beyoncé»? Ecoutez la première mixtape de BOOTS, son mystérieux producteur

Temps de lecture : 2 min

Moraljonathan via Wikimedia Commons CC Licence By
Moraljonathan via Wikimedia Commons CC Licence By

Si vous n’avez aucune idée de qui est BOOTS, sachez que vous n’êtes pas seuls.

L’artiste et producteur conserve sa part de mystère, mais voici le peu que l’on sait: son vrai nom est Jordy Asher.

C’est un musicien de Miami qui a commencé avec des groupes indépendants comme Blonds ou Young Circles. Il a explosé quand l'album Beyoncé est sorti et lorsqu'il est apparu qu’un inconnu avait produit 80% de l’album, écrit quatre chansons originales, et joué de plusieurs instruments pendant son enregistrement. Queen B, de son côté, parle de lui comme d'un «innovateur» pour qui elle a «un très grand respect».

Quelques morceaux sont finalement sortis de cette ascension météorique et énigmatique, puisque BOOTS vient de mettre en ligne sa première mixtape, WinterSpringSummerFall. C’est un mélange discordant de sons et de styles, similaires à ceux de Beyoncé. Ma préférée est Alright. Sur ce morceau, BOOTS rappe d’une voix rauque sur des riffs de guitare et des beats répétitifs à base de batterie.

Il y a aussi Dreams, qu’il avait déjà sorti, il y a un moment, en duo avec Beyoncé. Vous pouvez écouter toute la mixtape ci-dessous.

Sarah Shetty

Traduit par Grégor Brandy

Newsletters

La jalousie de Dark Vador

La jalousie de Dark Vador

Goûter à la célébrité même furtivement, c'est s'exposer à l'admiration, aux fans et aux dédicaces… mais aussi à la jalousie, à l'envie ou au désir des autres. ...

Avis aux nostalgiques, les cassettes VHS font leur grand retour!

Avis aux nostalgiques, les cassettes VHS font leur grand retour!

Certaines cassettes vidéo se vendent à des milliers d'euros.

Cary Joji Fukunaga: le parcours multiculturel du réalisateur du prochain James Bond

Cary Joji Fukunaga: le parcours multiculturel du réalisateur du prochain James Bond

Venu du cinéma indé, le réalisateur de 43 ans est aujourd'hui aux commandes de «Mourir peut attendre».

Newsletters