Culture

Les poèmes de Bukowski inspirent des courts-métrages d'animation

Temps de lecture : 2 min

L'Oiseau bleu dans le court métrage de Minka Umba
L'Oiseau bleu dans le court métrage de Minka Umba

Le site Open Culture rassemble trois courts-métrages d'animation, réalisés par trois personnes différentes qui ont décidé de mettre en scène des poèmes de Charles Bukowski.

«La qualité et la variété des animations inspirées par Bukowski aujourd'hui disponibles sur Internet m'ont surpris», explique le journaliste.

Il présente notamment l'adaptation du poème The Man with the Beautiful Eyes (L'Homme aux beaux yeux) par Jonathan Hodgson qui «met en avant des images vives et colorées pour raconter le poème, tardif, de Bukowski, dans lequel il se souvient de son enfance, d'un jeune homme mystérieux et sauvage dans une maison délabrée».

Un autre court-métrage de Minka Umba est une adaptation muette de L'Oiseau Bleu –poème d'Avec les damnés, racontant un homme, qui a dans son coeur «un oiseau bleu qui veut sortir»– Bukowski:

«mais je suis trop coriace pour lui,

je lui dis, reste là, je ne veux pas

qu’on te voie.

il y a dans mon coeur un oiseau bleu qui

veut sortir

mais je verse du whisky dessus et tire

une bouffée de cigarette

et les putains et les barmen

et les employés d’épicerie

ne savent pas

qu’il est

là.»

Un dernier court-métrage est mis en avant par Open Culture: l'interprétation du poème Le coeur riant (The Laughing heart) par Bradley Bell qui se sert de la voix de Tom Waits, le chanteur avait fait une fameuse lecture de ce poème appelant à ne pas se soumettre à la puissance de la mort.

Newsletters

Splendeurs et misères d'«Illusions perdues»

Splendeurs et misères d'«Illusions perdues»

La brillante adaptation du chef-d'œuvre de Balzac par Xavier Giannoli réussit l'évocation d'une époque passée en suggérant le présent, mais surenchérit sur la noirceur au risque d'un dangereux déséquilibre.

«Succession» nous rapproche de l'expérience collective de «Game of Thrones»

«Succession» nous rapproche de l'expérience collective de «Game of Thrones»

Cette semaine, la grand-messe des séries. 

«Venom 2»: ils ont quand même réussi à faire pire que le premier

«Venom 2»: ils ont quand même réussi à faire pire que le premier

L'ennemi de Spider-Man, qui s'est retrouvé par miracle star de son propre film, a droit aujourd'hui à une suite. Et c'est comme l'adolescence, un peu moche, bête et pas toujours satisfaisant. 

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio