Culture

Offre légale de séries: les chaînes françaises ont-elles enfin tout compris?

Temps de lecture : 2 min

Après OCS qui diffuse «Game of Thrones» avec un jour de décalage, c'est maintenant Canal+ qui propose «24 heures chrono» avec seulement quelques minutes de décalage sur les États-Unis.

Jack Bauer est de retour dans la saison 9 de «24» (Fox).
Jack Bauer est de retour dans la saison 9 de «24» (Fox).

La première fois que j’ai regardé 24 heures chrono, c’était en 2004. La série en était à sa troisième saison en France, et était diffusée les samedis soirs, sur Canal+.

A l’époque, je savais que la diffusion française avait du retard par rapport à la version américaine, mais je ne savais pas que l’écart entre les deux était de près d’un an.

Au fur et à mesure des saisons, les délais ne se sont pas forcément raccourcis. Ainsi, les téléspectateurs français avaient dû attendre presque 15 mois pour voir la saison huit de 24 heures chrono arriver sur Canal+. Difficile alors de blâmer ceux qui ont préféré aller chercher la série ailleurs.

Surtout qu’il suffit d’attendre le lendemain d’une diffusion aux Etats-Unis pour que les séries puissent être regardées de ce côté de l’Atlantique. Et en général, il vaut mieux faire ainsi, si l’on ne veut pas se faire spoiler la série sur Twitter, Facebook ou par des amis qui vous veulent du mal.

Seul petit point négatif. Tout ceci n’est pas vraiment légal.

De leur côté, les diffuseurs français semblent s’être enfin rendus compte que diffuser une série, même trois mois après sa diffusion originale, n’avait plus aucun sens.

L’année dernière, Orange avait innové en permettant au public français de regarder la troisième saison de Game of Thrones le lendemain de la diffusion américaine. Visiblement, cette recette fonctionne, puisque OCS, la chaîne sur laquelle est diffusée la série de HBO, a renouvelé l’expérience en 2014.

A la rentrée, Canal+ avait introduit Canal Séries, qui permettait d’en faire de même avec plusieurs séries américaines, comme Brooklyn Nine-Nine.

Il y a un mois, la chaîne cryptée a décidé de s’inspirer du même modèle que Netflix. La cinquième et dernière saison de Mafiosa était entièrement disponible sur le service à la demande avant même la diffusion télé.

Ce 5 mai, Canal+ Séries propose la diffusion de la neuvième de 24 heures chrono en même temps que la diffusion américaine. Pour Nathalie Coste-Cerdan, directrice cinéma à Canal+, même si cela n’est pas possible tout le temps, l’objectif est de diffuser les séries le moins longtemps après leur première diffusion à l’étranger:

«Avant, il y avait ce dogme. Notre calendrier dictait les programmes. Aujourd’hui, nous n’avons plus le choix. Après le sport et le cinéma, les séries sont la raison principale d’un abonnement. L’enjeu, c’est de ne plus avoir de délais aussi longs, qui nourrissent les rangs des téléchargeurs pirates.»

Les puristes diront que cette diffusion n’a pas vraiment lieu en même temps. La pub, ultra-présente sur les networks américains (CBS, NBC... et Fox qui diffuse 24), coupe les séries –plus ou moins– toutes les dix minutes. Un épisode de 40 minutes met donc une heure à être diffusé. Pour que la série ne se termine pas plus tôt en France, Canal diffusera donc les deux premiers épisodes à partir de 2h40.

Et pour ceux qui n’auraient pas le courage de rester debout ou de se lever en pleine nuit, Canal Séries rediffusera ce double épisode le mardi soir. Il sera également disponible sur son service à la demande.

Dix ans après la démocratisation d’Internet, Canal+ semble avoir compris comment satisfaire ses fans de séries. Il était temps.

Newsletters

Où se situe la plus ancienne structure artificielle au monde?

Où se situe la plus ancienne structure artificielle au monde?

Le premier temple à structure mégalithique avant l'agriculture est l'un des sites archéologiques les plus importants jamais trouvés.

«Au vieux pays de mes pères», un podcast qui invite à questionner l'histoire familiale

«Au vieux pays de mes pères», un podcast qui invite à questionner l'histoire familiale

Dans ce documentaire en quatre volets produit par Binge Audio, Thomas Rozec tente de découvrir la vérité sur le supposé passé collaborationniste de son arrière-grand-père breton.

Dans les comics, les gros sont rarement des super-héros

Dans les comics, les gros sont rarement des super-héros

Il s'agit soit de super-héros en crise existentielle, soit de super-vilains, soit de personnages secondaires... Quand leur surpoids n'est pas simplement le super-pouvoir qui les caractérise.

Newsletters