Culture

«Black Mirror» sur France 4, on en parle?

Temps de lecture : 2 min

Black Mirror - DR
Black Mirror - DR

Dès ce jeudi soir et jusqu'au 5 juin prochain, les deux saisons de la jouissive série britannique Black Mirror seront diffusées en deuxième partie de soirée sur France 4.

Créée par le journaliste Charlie Brooker, critique acerbe et drôle des médias pour The Guardian (entre autres) mais également auteur de la mini-série Dead Set (des zombies lâchés sur le plateau de Loft Story), Black Mirror est une série d'anticipation en format anthologique: chaque épisode est indépendant, comme un petit film –Robert Downey Jr a d'ailleurs acheté les droits de l'épisode The Entire History of You (aka Arrêt sur images, en français, diffusé le 15 mai prochain) pour le transposer en long métrage.

Pour rappel, voici l'épatant trailer de la première saison de cette série diffusée outre-Manche par Channel 4:

Bien qu'inégaux, les six épisodes de ces deux premières saisons –une troisième est d'ores et déjà prévue– posent de fascinantes questions sur notre rapport à la technologie, qu'il s'agisse du droit à l'oubli ou de l'ultra-surveillance.

Black Mirror se plaît également à imaginer les dérives des médias, notamment dans le domaine de la télé-réalité. Un domaine que connaît bien Brooker, et le fait que la série soit produite par une filiale d'Endemol ne rend la chose que plus méta –ou cynique, c'est selon.

A l'occasion de la première diffusion de la série, France 4 a décidé de s'inspirer du format des «talk show débriefant les séries» popularisés outre-Atlantique par des programmes comme Talking Bad et Talking Dead sur la chaîne AMC, respectivement consacrés à Breaking Bad et Walking Dead.

Votre serviteur, accompagné de joyeux lurons de l'Internet que sont Vincent Glad (Slate), Nico Prat (Le Mouv') et Cécile Jandau (L'Express), a servi de cobaye pour ce pilote et tenté d'aligner quelques propos intelligibles sur la série lors d'une discussion filmée puis montée par le web de France 4. Les studios de la Cité du Cinéma n'étant pas disponibles, la chose a été tournée dans les studios cosy de Dailymotion.

En attendant la mise en ligne de la version longue de la discussion animée par Claire Berthelémy, plusieurs extraits ont été mis en ligne par la chaîne –précisons au passage que la participation au talk étant évidemment à titre gracieux, j'en parle ici sans verser dans le conflit d'intérêt et uniquement parce que Black Mirror mérite d'être découvert par le plus grand nombre.

Il convient d'ailleurs de rappeler que ladite discussion s'adresse aux gens ayant déjà vu la série, les spoilers y étant légion.

Il a notamment été question de «médias, politique et diplomatie»:

Mais aussi «vie privée et big data»:

Avec un interlude «Google Glass, technologie et société»:

Et enfin de «dialogue entre réel et fiction», où il apparaît évident que j'articule comme un porc asthmatique, toutes mes excuses:

Une fois la discussion dans son intégralité disponible, le présent article sera mis à jour en incluant la vidéo.

[MAJ] Et voici l'intégrale de la discussion -en réalité, une version d'une demi-heure montée à partir d'un enregistrement d'une heure environ- mise en ligne par France 4 :

Alexandre Hervaud

Newsletters

2020 a été si chaotique que l'Oxford Dictionary a choisi plusieurs mots de l'année

2020 a été si chaotique que l'Oxford Dictionary a choisi plusieurs mots de l'année

En temps normal, seul un terme est désigné par le dictionnaire britannique pour résumer l'année écoulée.

La meilleure amie racisée, figure facile pour faire croire à la diversité dans les séries

La meilleure amie racisée, figure facile pour faire croire à la diversité dans les séries

S'il y a des personnages non-blancs dans les séries en 2020, ils sont le plus souvent érigés en figures secondaires.

Ce qu'il restera de «Dix pour cent», ce sont ses personnages féminins

Ce qu'il restera de «Dix pour cent», ce sont ses personnages féminins

[ATTENTION SPOILERS] Une héroïne lesbienne iconique, un discours moderne sur le sexisme du cinéma français… voilà ce que l'on retiendra de la série créée par Fanny Herrero.

Newsletters