Culture / Culture

Disparition de Gabriel Garcia Marquez: relisez son discours de lauréat du prix Nobel, en 1982

Temps de lecture : 2 min

Gabriel Garcia Marquez, en 1987. REUTERS.
Gabriel Garcia Marquez, en 1987. REUTERS.

L'écrivain colombien Gabriel Garcia Marquez est mort, jeudi 17 avril, à son domicile de Mexico à l'âge de 87 ans. Annoncée par la presse mexicaine, sa disparition a été confirmée par le président Juan Manuel Santos.

Auteur notamment de Cent ans de solitude et L'Amour au temps du choléra, il avait reçu le Prix Nobel de littérature en 1982 pour «ses romans et ses nouvelles dans lesquels le fantastique et le réalisme se combinent dans un monde imaginaire richement composé, reflétant la vie et les conflits d'un continent».

Dans son discours de réception du prix, le 8 décembre 1982, il évoquait les personnages «irracontables» des siècles d'histoire de l'Amérique latine, «ce royaume sans limites d’hommes hantés et de femmes historiques». Les fantômes des dictatures des années 70 tel le chilien Salvador Allende, ce «président prométhéen retranché dans son palais en flammes [...] mort en se battant seul contre toute une armée», ainsi que les enfants anonymes nés dans les prisons de la dictature argentine. Mais concluait, optimiste, sur «une utopie de la vie, [...] où les lignées condamnées à cent ans de solitude ont enfin et pour toujours une deuxième chance sur la terre».

Ce discours peut être relu dans son intégralité en anglais et en espagnol sur le site du comité Nobel, et ici dans une traduction française.

Slate.fr

Newsletters

New York, années 1980, souvenirs d’une époque disparue

New York, années 1980, souvenirs d’une époque disparue

Regarder les photographies de New York prises par Robert Herman dans les années 1980, c’est un petit peu comme regarder un film. Une fois transportés vers une époque de New York de plus en plus aimée et mythifiée à mesure qu’on s’en éloigne, le...

Beyoncé et Britney Spears doivent beaucoup à Michael Jackson (pas le chanteur, le danseur)

Beyoncé et Britney Spears doivent beaucoup à Michael Jackson (pas le chanteur, le danseur)

Moonwalk, anti-gravity lean, balancé testiculaire… Michael Jackson maîtrisait certes des «steps» hors de portée du commun des mortels, mais il a surtout introduit une certaine idée du métissage chorégraphique sur les dance floors.

Voici ce que vous auriez pu faire des 16.000 ans que vous avez passé à regarder «Gangnam Style»

Voici ce que vous auriez pu faire des 16.000 ans que vous avez passé à regarder «Gangnam Style»

Le clip de Gangnam Style, le tube du sud-coréen Psy, a dépassé la barre des 2 milliards de vues sur Youtube cette semaine. Depuis le 12 juillet 2012, date de mise en ligne de la vidéo sur YouTube, nous aurions ainsi passé plus de 140 millions d...

Newsletters