CultureCulture

Festival de Cannes 2014: Xavier Dolan n'est pas seulement le plus jeune réalisateur en compétition

Charlotte Pudlowski, mis à jour le 17.04.2014 à 16 h 27

Xavier Dolan dans son film «Tom à la ferme»

Xavier Dolan dans son film «Tom à la ferme»

Si vous avez vu ne serait-ce qu'un des trois premiers films de Xavier Dolan, J'ai tué ma mère (en 2009) Les Amours imaginaires (2010) Laurence Anyways (2012), vous savez que ce type a un talent fou. Qu'il fait des choses dingues, bouleversantes, avec sa caméra. Qu'il prend votre coeur entre ses mains, il serre, ça explose en cotillons.

Si en plus vous regardez les dates, vous découvrez que Xavier Dolan est prolifique: un film par an depuis qu'il a commencé.

Sans compter son très beau clip pour Indochine, College Boy.

Mecredi 16 avril est sorti son dernier film en date: Tom à la ferme. Le Nouvel Obs a salué «la virtuosité d’un réalisateur défait de ses tics»; Télérama a décrit:

«Construit comme un thriller psychologique, le film repose sur un duo-duel qui se révèle de plus en plus vénéneux, au fil d'un crescendo orchestré avec précision. Une méticulosité qui n'empêche pas une vigueur baroque. (...) Xavier Dolan excelle dans cet art des mélanges à la fois audacieux et subtil.»

Alors que le public, en France, découvre tout juste ce film, tourné en dix-sept jours, le Festival de Cannes annonce que son nouveau film, Mommy, figure dans la sélection officielle. Il a donc réussi à le finir à temps.

Un rythme de travail frénétique. Depuis la sortie de Laurence Anyways en 2012, Dolan a mené à terme deux films entiers. Et il joue dans Tom à la ferme. Sans compter qu'il poursuit, en parallèle, des activités de doublage. «Il dit qu’il n’a pas le choix, que le cinéma ne le fait pas encore vivre», raconte Télérama.

«Il a ainsi été la voix québécoise de Ron, meilleur ami d’Harry Potter pendant toute la saga. A le voir à la tâche, derrière son micro, face au grand écran, dans la pénombre du studio, on devine qu’en plus, il adore ça...»

Et Xavier Dolan a 25 ans. Le jeune homme, si jeune et déjà parmi les habitués de Cannes, n'avait jusqu'à présent jamais été en compétition. Il s'en était plaint en 2012, avec toute son arrogance de surdoué, pensant mériter mieux. A la conférence de presse du Festival ce 17 avril,  Thierry Frémaux interrogé par Slate a souri:

«Xavier Dolan avait exprimé son insatisfaction de ne pas avoir été sélectionné en compétition avec Laurence Anyways et là, il a exprimé sa satisfaction. Ça va être compliqué s’il continue à ce rythme-là: dans vingt ans, il aura fait vingt films de plus. C’est d'ailleurs ce qu’on lui avait dit pour le consoler de l'absence de Laurence Anyways en compétition.»

Ce film, selon le délégué du Festival, «peut être considéré comme un film plus mature, et comme le film qui le voit franchir une étape supplémentaire» sur le plan artistique.

«C’est un film extrêmement cohérent mais aussi assez fou, assez débridé, qui va rajouter des couleurs, des sons.»

S'il obtenait la Palme d'Or, il deviendrait le plus jeune réalisateur à se la voir décerner. En attendant, il figure déjà parmi les plus jeunes réalisateurs jamais sélectionnés en compétition. L'imbattable réalisatrice iranienne Samira Makhmalbaf, sélectionnée à vingt ans, lui ravit la première place. Mais même Arnaud Desplechin (en compétition avec La Sentinelle en 1992, à 32 ans), François Truffaut (en compétition avec Les 400 Coups, à 27 ans, en 1959) ou Steven Soderbergh (palmé à 26 ans, dès sa première compétition en 1989, avec Sexe, Mensonges et Vidéo) étaient un peu plus vieux que lui.

C.P.

Charlotte Pudlowski
Charlotte Pudlowski (740 articles)
Rédactrice en chef de Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte