Culture

Si la série «Mad Men» avait été un film de la Blaxploitation des années 1970

Temps de lecture : 2 min

La série Mad Men a longtemps été critiquée pour son approche hésitante des questions raciales, et il n’est donc pas surprenant que plusieurs parodies du monde imaginaire de Matthew Weiner, adoptant une perspective noire, soient nées ces dernières années.

Le résultat en a été tour à tour perspicace, idiot ou légèrement décevant, mais la dernière parodie en date pourrait être la plus drôle jusqu’ici.

Le trailer de Don-O-Mite est un catalogue de quatre minutes de références pointues à la Blaxploitation, adaptées aux détails de l’univers de Mad Men. Le narrateur aux pitchs parfaits nous présente des personnages comme Black Peggy, Pete «the Soup Man» Campbell et Sugar Hills Holloway, chacun étant une parfaite traduction cool de son équivalent dans Mad Men.

Ce trailer est en fait une publicité pour une agence de publicité, Leroy & Clarkson, mais c’est probablement pour cette raison que ça fonctionne aussi bien: l’écriture est intelligente et maîtrise les racines de la Blaxploitation, tandis que le jeu d’acteurs, les costumes et les décors sont impeccables. Difficile de ne pas éprouver un peu d’attachement pour l’agence capable de créer quelque chose de si dyn-a-mitant.

Aisha Harris

Traduit par Jean-Laurent Cassely

Newsletters

Créatifs, artistes: trois conseils pour rester actifs sur le marché du travail

Créatifs, artistes: trois conseils pour rester actifs sur le marché du travail

Autodidacte ou issu d’une formation reconnue par l’Etat, il est possible de développer sa carrière, en s’appuyant sur des stratégies qui ne sont pas toujours enseignées en école d’art, de musique ou de théâtre.

Revoir «Ally McBeal» après #MeToo

Revoir «Ally McBeal» après #MeToo

Alors qu'une possible suite a été annoncée, retour sur la série culte de la fin des années 1990. 

Les films à voir sur Amazon Prime Video pendant le (nouveau) confinement

Les films à voir sur Amazon Prime Video pendant le (nouveau) confinement

Ça commence par deux jours sans fin.

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters