Égalités / Culture

A la recherche d'une identité

Temps de lecture : 2 min

La première photo de la série de Sarah Deragon, autoportrait: Queer, Lesbienne féminine.
La première photo de la série de Sarah Deragon, autoportrait: Queer, Lesbienne féminine.

Sarah Deragon est une photographe américaine. Le 2 janvier 2014, elle a lancé The Identity Project, ou «projet identité» en français. Une série de photos destinées à explorer la façon dont les gens se définissent sexuellement et sur le plan du genre. Elle a lancé la série avec une première photo d'elle-même assortie de deux qualificatifs: «queer femme». Queer peut rester tel quel en français; femme employé en anglais fait référence au fait d'être une femme lesbienne féminine.

La photographe a d'abord invité ses amis, ses contacts Facebook, à lui faire signe pour être photographiés, et puis elle a ensuite fait appel à toute «la communauté LGBTQ». «L'intérêt que le projet suscite est formidable: en quelques semaines, je me suis mise à avoir des centaines de personnes demandant à être photographiées».

Ces photos montrent un individu, et les qualificatifs qu'il choisit, ceux qui selon lui, lui correspondent. Elles sont passionnantes, parce qu'elles montrent la façon plurielle dont les gens se définissent. Elles montrent qu'il y a un éventail bien plus large que le simple fait d'être homme ou femme. Qu'en admettant qu'il y a un spectre à l'extrêmité duquel il y a d'un côté les hommes hétérosexuels qui se sentent hommes et de l'autre les femmes hétérosexuelles qui se sentent femmes, il y a entre les deux toute une palette de ce que l'on peut être.

C'est d'autant plus fascinant de voir ce projet depuis la France où tous les qualificatifs utilisés dans le projet de Sarah Deragon n'existent pas. Aux Etats-Unis, où les études sur le genre sont bien plus ancrées, tout un vocabulaire a émergé pour trouver les mots qui collent à ce que les individus ressentent. Autant de mots qui paraissent souvent en France inutiles voire inquiétants. On se contente d'hétéro, homo, bi, homme, femme, trans.

Mais cette pléthore de mots montre aussi le besoin très fort de se définir, de trouver à tout prix le mot qui collera à ce que l'on resent, à ce que l'on pense être. Le besoin d'écarter le flou quand, pourtant, rappelle le sociologue Jean-Claude Kauffman dans Identités, la bombe à retardement, l'identité est une chose mouvante. Elle «n'est jamais une "essence" ou une "substance"».

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

C.P.

Newsletters

Le «hogging», cette détestable pratique qui sévit dans les fraternités américaines

Le «hogging», cette détestable pratique qui sévit dans les fraternités américaines

Des étudiants se lancent le pari de qui couchera avec la femme la plus grosse de la soirée. Sur TikTok, une victime dénonce le phénomène.

«Lorsqu'elles disent “non”, les femmes pensent “oui”»: le déni du consentement, une tradition bien ancrée

«Lorsqu'elles disent “non”, les femmes pensent “oui”»: le déni du consentement, une tradition bien ancrée

La résistance des femmes aux assauts sexuels des ces messieurs a longtemps été perçue comme un acte feint, destiné à pimenter le jeu érotique et à flatter la force masculine.

Pourquoi les couples où l'homme est plus vieux choquent-ils autant?

Pourquoi les couples où l'homme est plus vieux choquent-ils autant?

Les amants qui ont une grande différence d'âge au profit de monsieur sont souvent ciblés par les critiques et vont jusqu'à déclencher de véritables polémiques quand il s'agit de célébrités.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio