Culture

«Les Teletubbies» et «Doctor Who» bientôt en Corée du Nord

Temps de lecture : 2 min

Teletubbies / uniccus via Flickr CC License by.
Teletubbies / uniccus via Flickr CC License by.

Dipsy, La-La, Tinky Winky et Po envahiront prochainement les écrans de télévision des Nord-Coréens, révèle The Independent. En effet, les Teletubbies, Docteur Who et Top Gear ont été sélectionnés pour être diffusés au milieu des programmes du régime de Kim Jong-un.

Après des mois de négociations, ce sont finalement ces trois programmes de la BBC que la Corée du Nord a choisis. Des séries comme Mr Bean, EastEnders, Hercule Poirot ou encore The Good Life avaient été envisagées, mais n’ont finalement pas été retenues.

Dans le pays de Kim Jong-un, la télévision se résume surtout au culte de la personnalité du dictateur. The Independent mentionne notamment l’émission It’s so funny, où les sketches de deux soldats sont entrecoupés par des «discours sur la grandeur» du dirigeant nord-coréen.

C’est pour cette raison que l’an dernier, la BBC a proposé à Pyongyang de lui vendre quelques programmes. La chaîne britannique a soumis une liste d’émissions susceptibles d’intéresser le gouvernement coréen. Le ministre des Affaires étrangères britannique, William Hague, voyait dans cet accord une façon d’aider les Nord-Coréens:

«C’est un bon moyen d’améliorer la compréhension du monde extérieur d’une société aussi fermée.»

Mais attention: pas question pour Kim Jong-un d’accepter de diffuser n’importe quel émission britannique sur ses ondes. Jusqu’à présent d’ailleurs, les Nord-Coréens qui ont osé regarder des programmes étrangers n’en sont pas ressortis vivants… Pour le dictateur, une observation méticuleuse des séries proposées par la Grande-Bretagne était nécessaire.

William Hague avait saisi les exigences du régime, quand il écrivait dans une lettre que rapporte le Daily Mail:

«On ne pourrait pas envoyer Dad’s Army, car [cette série] traite de la guerre. Mais les Teletubbies pourraient être une bonne option, ou The Good Life, avec un peu de jardinage, et de petites chamailleries dans la cuisine»

En somme, un programme n’engageant rien de politique, ce qu’a répété une source du régime nord-coréen:

«Quelque chose de trop politique, ce n’était pas approprié, mais ces émissions sont des émissions de divertissement, et l’une d’entre elles est même pour les jeunes enfants.»

Plus globalement, la question est de savoir si toute série ne véhicule pas des valeurs politiques –c’est d’ailleurs de cette manière que se définit le «soft power». Et Richard Ottaway, président du département des Affaires étrangères, ne cachait pas l’intérêt de la Grande-Bretagne dans ce projet de coopération avec la Corée du Nord:

«C’est un bon moyen d’utiliser le soft power britannique»

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Des sites se sont d’ailleurs amusés à définir ce que nos émissions préférées révèlent sur nos orientations politiques. Pour le sondeur YouGov, en Grande-Bretagne, Top Gear se classe du côté conservateurs et Docteur Who du côté libéral-démocrate. Peut-être Kim Jong-un prend-il un risque en acceptant de diffuser très bientôt cette dernière émission…

Newsletters

«Irma Vep»: pourquoi y a-t-il des séries au Festival de Cannes?

«Irma Vep»: pourquoi y a-t-il des séries au Festival de Cannes?

Nous avons rencontré Olivier Assayas, le réalisateur de la dernière série en date à être présentée au Festival de Cannes.

Festival de Cannes, jour 11: «Stars at Noon» et «Pacifiction», juste avant l'ouragan

Festival de Cannes, jour 11: «Stars at Noon» et «Pacifiction», juste avant l'ouragan

Le film de Claire Denis et celui d'Albert Serra inventent chacun un univers torride et troublant, aux franges du thriller politique, de l'espionnage et du fantastique, qui donnent de manière chaque fois singulière son véritable sens à l'idée de cinéma queer.

Comment filmer les féminicides?

Comment filmer les féminicides?

Entre «La Nuit du 12», «Les Nuits de Mashhad» et «Riposte féministe», tous trois présentés au Festival de Cannes, plusieurs visions et représentations de la violence sexiste s'opposent.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio