Tech & internetCulture

Sur Internet, HBO tombe sous l'assaut des fans de «Game of Thrones»

Andréa Fradin, mis à jour le 07.04.2014 à 11 h 34

Affiche de la saison 4 de Game of Thrones

Affiche de la saison 4 de Game of Thrones

C'est une manie un peu gênante. House of cards, True Detective, Game of Thrones: à chaque série à succès, son anecdote qui raconte comment le service qui la diffuse n'a pas réussi à assurer face à la déferlante de fans qui tentent -en vain- de regarder leur show favori sur Internet.

Ce dimanche 6 avril, ça n'a pas loupé: les serveurs du câblo-opérateur américain HBO se sont écroulés au moment de la reprise très attendue -et c'est un euphémisme- de sa série culte Game of Thrones, avec la diffusion du premier épisode de la saison 4.

En cause, le service mobile de la chaîne, intitulé HBO Go, qui permet aux abonnés d'HBO de regarder ses séries au moment où ils le souhaitent, à partir de leurs téléphones, tablettes ou ordinateurs. Problème: au moment de se connecter pour regarder la première de Game of Thrones, «le service de streaming soit chargeait pendant un temps excessivement long», soit affichait un message d'erreur, raconte le site spécialisé Mashable.

De quoi déchaîner la colère des fans sur Internet, et particulièrement sur Twitter, où, outre leur mauvaise humeur, ils ont pu aussi démontrer leurs talents humoristiques:

«Winter is... loading», variation sur le thème «Winter is coming» («l'hiver arrive») qui devient ici «l'hiver... charge».
«Et il semblerait que HBO Go soit la première vicitime de cette nouvelle saison».

Visé de toute part, HBO Go a tenté de dédramatiser en y allant également de son bon mot:

«Il semblerait qu'il y ait des difficultés dans le royaume. Nos excuses pour la gêne occasionnée. Nous allons faire des mises à jour, donc merci de rester connectés #GameofThrones.»

Pas sûr néanmoins que cela suffise à apaiser les sérivores. Ces derniers n'ont en effet de cesse de se confronter à l'impossibilité de regarder des séries en streaming, sur des services pour lesquels ils paient le plus souvent en abonnement.

Il y a à peine un mois, HBO Go se faisait déjà épingler pour ne pas avoir réussi à diffuser sans encombre le dernier épisode de la série True Detective, comme le rapporte Business Insider. De même, le très populaire Netflix, dont on annonce chaque jour en France l'arrivée imminente, se voit régulièrement accusé de ne pas faire le nécessaire pour assurer une bonne qualité de service.

Au delà de la frustation des utilisateurs, se pose derrière ces échecs à répétition la question du modèle des services de vidéos en ligne. Mais aussi de leur relation aux autres acteurs du réseau, dont dépend en partie la bonne diffusion des séries. Pour que les octets de ces fichiers volumineux circulent sans difficulté dans les tuyaux du Net, il faut que tous les protagonistes du réseau, du fournisseur de contenu à l'internaute, coopèrent. Or ce n'est pas toujours le cas, comme l'illustre très bien la tension aux Etats-Unis entre Netflix et les opérateurs, qui accusent régulièrement le site de boucher Internet, et, en France, dans une certaine mesure, celle opposant YouTube et Free.

>> Lire: «House of Cards va-t-il boucher l'Internet?»

A l'heure où la vidéo en ligne est plebiscitée, l'acheminement des données est donc l'un des gros enjeux du numérique. D'autant plus épineux que, quand ça bloque sur la ligne, chaque acteur impliqué se renvoie la balle. Sans qu'il soit toujours simple d'identifier les responsabilités et causes réelles.

A.F.

Andréa Fradin
Andréa Fradin (204 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte