HistoireCulture

La dernière lettre de Kurt Cobain: «Il vaut mieux brûler franchement que s'éteindre à petit feu»

DesLettres, mis à jour le 02.04.2014 à 19 h 27

Le 8 avril 1994, le corps de Kurt Cobain était retrouvé sans vie. Il n’a laissé que cette lettre d’adieu adressée à un ami d’enfance imaginaire, datée du 5 avril, le jour de son décès.

Kurt Cobain aux MTV Music Awards 1992. REUTERS/Lee Celano AT

Kurt Cobain aux MTV Music Awards 1992. REUTERS/Lee Celano AT

5 avril 1994

«A Boddah,

Parlant du point de vue d'un niais qui en a vu et qui, visiblement, préférerait être un gamin émasculé et plaintif, cette lettre devrait être assez facile à comprendre.

Tous les avertissements qui m'ont été donnés, des quatre cents coups du punk rock, jusqu'à ma découverte, dirons-nous, de l'éthique qu'impliquaient l'indépendance et l'embrassement de votre communauté, se sont avérés justifiés. Je n'ai plus ressenti d'excitation à écouter de la musique ni même à en créer depuis maintenant trop d'années. Je me sens coupable de tout cela bien au-delà des mots.

Par exemple, lorsque nous sommes en coulisses, que les lumières s'éteignent et que les hurlements frénétiques de la foule commencent à se faire entendre, cela ne me touche plus autant qu'un Freddie Mercury, qui semblait adorer et se délecter de l'amour et de l'adoration que cette foule lui témoignait, ce que j'admire et envie totalement. Le fait est que je ne peux pas vous tromper, aucun d'entre vous. Cela n'est honnête ni pour vous ni pour moi. Le pire crime auquel je puisse penser serait de duper les gens en prétendant que je m'amuse encore à 100%. Parfois, j'ai l'impression que c'était comme si je pointais avant de monter sur scène. J'ai essayé tout ce qui était en mon pouvoir pour y prendre plaisir (et j'y prends effectivement plaisir, mon dieu croyez-moi, j'y prends plaisir, mais pas suffisamment). Je me réjouis d'avoir touché et diverti tant de gens. Je dois être l'un de ces narcissiques qui n'apprécient les choses que lorsqu'elles ne sont plus. Je suis trop sensible. J'ai besoin d'être légèrement engourdi pour retrouver l'enthousiasme de mon enfance.

Au cours de nos trois dernières tournées, j'ai pu apprécier bien mieux tous les gens que j'ai rencontrés personnellement ou en tant qu'admirateur de notre musique; mais je ne parviens toujours pas à surmonter la frustration, la culpabilité et l'empathie que j'éprouve à l'égard de tout le monde. Il y a de la bonté en chacun de nous et je pense que j'aime tout simplement trop les gens. Tant et si bien que ça me rend foutrement triste. Pauvre petit, susceptible et ingrat, né sous le signe du poisson, doux Jésus. Pourquoi ne pas simplement se réjouir? Je ne sais pas!

J'ai une femme divine qui transpire l'ambition et la compassion et une fille qui me rappelle trop ce que j'ai été, pleine d'amour et de joie, qui embrasse chaque personne qu'elle croise parce que chacun est bon et ne lui fera pas de mal. Et ça me terrifie au point que je peux à peine fonctionner. Je ne peux pas me faire à l'idée que Frances puisse devenir le rocker misérable, autodestructeur et suicidaire que je suis aujourd'hui.

J'ai de la veine, beaucoup de veine, mais dès l'âge de sept ans, j'ai commencé à haïr l'être humain en général. Simplement parce que ça semble si facile pour les gens qui ont de l'empathie de bien s'entendre. Seulement parce que j'aime trop les gens et que je me montre trop compatissant envers eux, je crois.

Je vous remercie tous, depuis le gouffre brûlant de mon estomac nauséeux, pour vos lettres et l'intérêt que vous m'avez accordé ces dernières années. Je suis un gosse, trop erratique et trop instable! Je n'ai plus de passion, alors rappelez-vous: il vaut mieux brûler franchement que s'éteindre à petit feu.

Paix, amour, compassion. Kurt Cobain.

Frances et Courtney, je vous adorerai toujours. S'il te plaît, Courtney, continue pour Frances. Pour sa vie, qui sera bien plus heureuse sans moi.

JE VOUS AIME. JE VOUS AIME!»

[La lettre en anglais et en grand format]

La dernière phrase de cette lettre et titre en français de cette page, «It's better to burn out than to fade away», est tiré d'une chanson de Neil Young.

En partenariat avec le site DesLettres

DesLettres
DesLettres (10 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte