CultureCulture

Freud, Victor Hugo, Balzac: comparez votre rythme de vie avec celui d'un génie

Charlotte Pudlowski, mis à jour le 31.03.2014 à 15 h 31

Vous avez, comme Freud, 24 heures dans chacune de vos journées, et pourtant, lui a inventé la psychanalyse, et vous... Vous vous êtes en train de lire Slate au lieu d'analyser vos proches, leurs rêves, leurs pulsions sexuelles, leurs névroses.

Vous avez aussi 24 heures dans vos journées comme Balzac. Il a écrit cent trente-trois œuvres comprenant quatre-vingt-quinze romans, nouvelles, essais, contes, et vingt-cinq œuvres inachevées. Et huit romans de jeunesse. Et vous?

Le site InfoWeTrust s'est servi des données répertoriées par Mason Currey, dont Slate a aussi publié des textes, dans son livre Daily Rituals, sur les routines quotidiennes de 161 génies créatifs pour établir des graphiques sur l'utilisation quotidienne moyenne des 24 heures de 16 personnes.

Prenez Freud: 

Sigmund Freud ne dormait que six heures par nuit: de 1h à 7h du matin. Après une demi-heure matinale à prendre son petit-déjeuner et à tailler sa barbe, il voyait ses analysants et commençait à fumer ses cigares (une vingtaine par jour).

Il faisait une pause de 12h à 14h. Faisait une heure d'exercice (une marche rapide dans Vienne), reprenait ses consultations dans l'après-midi, jusqu'à 21h.

Il prenait alors une heure et demie pour passer du temps avec sa femme, sa fille, et dîner. Avant de consacrer encore deux heures et demie à lire et à écrire. 

Victor Hugo, lui prenait le temps de dormir davantage:

Globalement, il prenait même le temps de vivre et de se détendre davantage.

Huit heures de sommeil, de 22h à 6h du matin. Un réveil au café fraîchement moulu, et une lettre de sa maîtresse Juliette Drouet. Deux oeufs crus. Et puis toute la journée des rendez-vous, des visites, des balades en calèche avec Juliette, de la gym sur la plage... Ce n'est qu'entre 18h et 22h qu'Hugo écrivait. 

Et Balzac, ce forçat de la plume?

Balzac, c'est original, dormait 7 heures par jour: il se couchait à 18h, pour se lever à 1h du matin. Il écrivait alors jusqu'à 8h. Faisait une sieste d'une heure et demie. Puis écrivait de nouveau, boosté à la caféine, jusqu'à 16h. Il ne négligeait pas de faire une demi-heure d'exercice, puis recevait et faisait sa toilette, avant d'aller dormir.

Evidemment, ces rituels sont des moyennes. On ne compte pas le temps passé par Freud à voyager, à donner des conférences; celui de Victor Hugo à partir en exil, à pester contre «Napoléon le petit» ou à élever ses petits enfants, ni celui de Balzac à se faire harceler par ses créanciers. Ni d'ailleurs le temps passé par chacun à avoir des relations sexuelles (ce qui retire bien du temps, au moins un peu, quelque part).

Néanmoins, c'est globalement le rythme qu'ils avaient, et peu parmi les 16 personnes étudiées, consacraient du temps à gagner leur vie autrement qu'en pratiquant leur art. (Seuls trois en fait: Mozart Kant et Flaubert, qui tiraient des revenus de cours qu'ils donnaient).

Ces rythmes sont incroyablement variés d'un génie à l'autre. «La vraie leçon du livre», expliquait l'auteur de Daily Rituals, Mason Currey, sur Slate.com «est qu'il n'y a pas un modèle unique –les rituels et habitudes qui ont aidé l'artiste x à créer un chef d'oeuvre ne marcheraient jamais pour l'artiste y. Et en réalité, ça ne marcherait même pas forcément pour l'artiste x lui-même à une autre période de sa vie».

En fait, ce qui vous manque ce n'est pas leur routine, c'est leur génie.

Charlotte Pudlowski
Charlotte Pudlowski (740 articles)
Rédactrice en chef de Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte