Culture

Rock: les paroles qu'on ne comprend pas servent à quelque chose, elles nous apprennent à penser

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran du clip Smells like teen spirit
Capture d'écran du clip Smells like teen spirit

Vous vous souvenez tous de cette époque où, adolescent, vous chantiez des chansons en anglais, mais ne parlant mal anglais, vous réinventiez les paroles? Eh bien c'est aussi le cas pour les chansons en anglais entendues par des adolescents anglophones.

Sur le site Chronicle, le critique musical (et professeur d'anglais), Kevin J. H. Dettmar cite quelques exemples de tubes incompréhensibles, comme Smells Like Teen Spirit, de Nirvana (1991). Il se souvient aussi de tubes de rock qu'il écoutait lui-même, ado.

Notamment Ether, premier titre de l'album Entertainment! du groupe post-punk britannique Gang of Four. Il y avait ces paroles:

There may be oil/ Under Rockall (il y a peut-être du pétrole/ sous Rockall, un rocher de l'Atlantique dont les droits d'exploitation étaient disputés)

Dettmar entendait:

There may be oil/ Under our coal (il y a peut-être du pétrole/ sous notre charbon)

Quand il était déprimé, il entendait même:

There may be oil / Under f*** all. (il y a peut-être du pétrole sous tout ce bordel)

«Mon erreur, en soi triviale, explique Dettmar, suggère une chose importante sur la capacité du rock (dont la faible intelligibilité n'est pas un simple accident, mais bien davantage un élément constitutif) à entreprendre un travail politique signifiant. Mon erreur de lecture, je pense, n'était pas qu'une association hasardeuse. Ce qui est important (bien que subconscient, ou inconscient) c'est que ce que je comprenais des paroles, et la charge politique du son et de la chanson elle-même, me préparèrent à remplir les blancs dans ma compréhension.»

Face au rock, à ses chansons incompréhensibles, l'auditeur devient co-créateur, par son imagination, en transformant les paroles, de la musique –une musique souvent politique, agressive.

«Et ça, selon moi, est une puissante pédagogie politique. Les chansons d'Entertainment! ne me disent pas quoi penser, elle m'apprennent comment penser.»

Pour le plaisir, rappel de cette petite vidéo assez bête mais assez drôle, dans laquelle on voit diverses interprétations en français de chansons qui ne le sont pas.

Newsletters

Splendeurs et misères d'«Illusions perdues»

Splendeurs et misères d'«Illusions perdues»

La brillante adaptation du chef-d'œuvre de Balzac par Xavier Giannoli réussit l'évocation d'une époque passée en suggérant le présent, mais surenchérit sur la noirceur au risque d'un dangereux déséquilibre.

«Succession» nous rapproche de l'expérience collective de «Game of Thrones»

«Succession» nous rapproche de l'expérience collective de «Game of Thrones»

Cette semaine, la grand-messe des séries. 

«Venom 2»: ils ont quand même réussi à faire pire que le premier

«Venom 2»: ils ont quand même réussi à faire pire que le premier

L'ennemi de Spider-Man, qui s'est retrouvé par miracle star de son propre film, a droit aujourd'hui à une suite. Et c'est comme l'adolescence, un peu moche, bête et pas toujours satisfaisant. 

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio