Culture

Rock: les paroles qu'on ne comprend pas servent à quelque chose, elles nous apprennent à penser

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran du clip Smells like teen spirit
Capture d'écran du clip Smells like teen spirit

Vous vous souvenez tous de cette époque où, adolescent, vous chantiez des chansons en anglais, mais ne parlant mal anglais, vous réinventiez les paroles? Eh bien c'est aussi le cas pour les chansons en anglais entendues par des adolescents anglophones.

Sur le site Chronicle, le critique musical (et professeur d'anglais), Kevin J. H. Dettmar cite quelques exemples de tubes incompréhensibles, comme Smells Like Teen Spirit, de Nirvana (1991). Il se souvient aussi de tubes de rock qu'il écoutait lui-même, ado.

Notamment Ether, premier titre de l'album Entertainment! du groupe post-punk britannique Gang of Four. Il y avait ces paroles:

There may be oil/ Under Rockall (il y a peut-être du pétrole/ sous Rockall, un rocher de l'Atlantique dont les droits d'exploitation étaient disputés)

Dettmar entendait:

There may be oil/ Under our coal (il y a peut-être du pétrole/ sous notre charbon)

Quand il était déprimé, il entendait même:

There may be oil / Under f*** all. (il y a peut-être du pétrole sous tout ce bordel)

«Mon erreur, en soi triviale, explique Dettmar, suggère une chose importante sur la capacité du rock (dont la faible intelligibilité n'est pas un simple accident, mais bien davantage un élément constitutif) à entreprendre un travail politique signifiant. Mon erreur de lecture, je pense, n'était pas qu'une association hasardeuse. Ce qui est important (bien que subconscient, ou inconscient) c'est que ce que je comprenais des paroles, et la charge politique du son et de la chanson elle-même, me préparèrent à remplir les blancs dans ma compréhension.»

Face au rock, à ses chansons incompréhensibles, l'auditeur devient co-créateur, par son imagination, en transformant les paroles, de la musique –une musique souvent politique, agressive.

«Et ça, selon moi, est une puissante pédagogie politique. Les chansons d'Entertainment! ne me disent pas quoi penser, elle m'apprennent comment penser.»

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Pour le plaisir, rappel de cette petite vidéo assez bête mais assez drôle, dans laquelle on voit diverses interprétations en français de chansons qui ne le sont pas.

Newsletters

«Irma Vep»: pourquoi y a-t-il des séries au Festival de Cannes?

«Irma Vep»: pourquoi y a-t-il des séries au Festival de Cannes?

Nous avons rencontré Olivier Assayas, le réalisateur de la dernière série en date à être présentée au Festival de Cannes.

Festival de Cannes, jour 11: «Stars at Noon» et «Pacifiction», juste avant l'ouragan

Festival de Cannes, jour 11: «Stars at Noon» et «Pacifiction», juste avant l'ouragan

Le film de Claire Denis et celui d'Albert Serra inventent chacun un univers torride et troublant, aux franges du thriller politique, de l'espionnage et du fantastique, qui donnent de manière chaque fois singulière son véritable sens à l'idée de cinéma queer.

Comment filmer les féminicides?

Comment filmer les féminicides?

Entre «La Nuit du 12», «Les Nuits de Mashhad» et «Riposte féministe», tous trois présentés au Festival de Cannes, plusieurs visions et représentations de la violence sexiste s'opposent.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio